Aux Émirats arabes unis, large participation au Rosaire mondial des femmes !

Aux Émirats arabes unis, large participation au Rosaire mondial des femmes !

Des femmes du monde entier se sont réunies le 8 décembre 2022 pour réciter publiquement un chapelet à la Vierge aux Émirats arabes unis, où seulement 7% de la population professe le christianisme !

Martha et Darío sont un couple de Colombiens mariés qui vivent à Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis. Dans leur nouveau pays, ils ont une vie de foi profonde et engagée ; le 8 décembre, ils faisaient partie d’un groupe de catholiques qui s’est joint au Rosaire mondial des femmes.

« On a tendance à penser que, dans un endroit où la foi catholique n’est pas la principale foi reconnue, toutes sortes de difficultés peuvent survenir », reconnaît Darío. « Ici, au contraire, nous recevons constamment des “défis amicaux” pour témoigner fidèlement de notre foi aux autres dans l’amour, dans la charité, dans le respect, dans la tolérance », dit-il.

Le couple a connu cette initiative grâce à Fanny Tagle, une Chilienne qui participait à la coordination de l’initiative et qui était une ancienne camarade de classe de Darío. Martha et Darío ont présenté l’idée à leur paroisse et le prêtre a décidé de la soutenir en proposant d’offrir les intentions des chapelets qui sont dits dans la demi-heure précédant chaque messe du 5 au 8 décembre, pour le Rosaire mondial des femmes.

Dans l’ensemble du pays, dont la taille est à peu près égale à 15% de celle de la France, il n’y a que neuf paroisses catholiques, ce qui signifie que « des personnes de différentes cultures et de différents pays ont afflué aux célébrations eucharistiques ». Darío estime que, chaque dimanche, quelque 15 000 personnes assistent à la messe !

Des représentants d’Argentine, d’Australie, de Bolivie, du Brésil, du Canada, du Chili, de Colombie, du Costa Rica, de l’Équateur, du Salvador, d’Espagne et des États-Unis ont participé au Rosaire mondial des femmes ainsi que des femmes du Guatemala, du Honduras, d’Italie, du Mexique, du Nicaragua, du Panama, du Paraguay, du Pérou, de Porto Rico, de la République dominicaine, de l’Ouganda, de l’Uruguay et du Venezuela !

CNA Newsroom, 22 novembre 2022 (Cette histoire a été publiée pour la première fois par ACI Prensa, le partenaire d’information en langue espagnole de CNA. Elle a été traduite et adaptée par l’AIIC.)

www.catholicnewsagency.com

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

« Je ne veux plus faire route sans Marie ! »

« Je ne veux plus faire route sans Marie ! »

Nous avions prévu de partir en famille à Medjugorje(1) (Bosnie Herzégovine) cette année 2004, puis ce périple s’est avéré un peu compliqué à organiser. Heureusement, une amie m’a dit qu’elle partait à Medj avec un groupe, un certain « club medj »… Les choses ont été ensuite très vite, et me voilà quelques semaines plus tard, dans ce bus en direction de Medj, avec deux amis.

Le trajet commence, les présentations se font. Nous arrivons donc à Medj. A l’annonce du programme, mon sourire s’est quelque peu estompé quand on nous a proposé de prier le chapelet dès notre arrivée ! Moi et le chapelet, ça faisait vraiment 10 000 avant de partir, j’arrivais laborieusement à prier une dizaine… Mais je me suis dit qu’il fallait jouer le jeu ! Eh bien jamais le temps n’est passé aussi vite ! Autant vous dire que Marie nous prend par la main dès que nous arrivons.

Les jours passaient, et j’avoue que tout n’était pas  tout rose. Certains enseignements remuent parfois un passé douloureux, et on se dit alors qu’on préférerait être à Paris, chez soi, bien tranquille, à regarder un DVD ! Mais même si on prend parfois de grosses claques là-bas, on comprend vite que Marie se sert de tout cela pour nous faire avancer dans un chemin de guérison. Et jamais on ne se sent seul, tout d’abord parce qu’on trouve toujours un endroit pour aller prier, mais aussi parce que toute l’équipe qui encadre le pèlerinage assure vraiment ! Ils sont tous d’une disponibilité incomparable ! On rencontre des personnes qui deviennent vraiment des frères et sœurs !

Puis le « pélé » se termine, le retour dans le monde est parfois assez difficile, mais Marie ne nous lâche pas la main !

On ne ressort pas indifférent d’un tel pèlerinage. On reçoit beaucoup de grâces en y allant, mais on en reçoit aussi beaucoup à notre retour. Souvent on ne sait pas pourquoi on y va, mais si on se retrouve là, c’est tout simplement parce que notre chère Maman du Ciel nous y invite. Difficile de résumer une semaine si riche en quelques lignes, mais une chose est sûre : pour ma part, j’ai découvert Marie et ne veux plus faire route sans elle !

Anne Laure

www.clubmedj.com

(1) Lieu d’apparition mariale en Bosnie Herzégovine depuis 1981 qui voit chaque année des millions de pèlerins affluer du monde entier.

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

La prière de Marthe pour la Fille aînée de l’Église

La prière de Marthe pour la Fille aînée de l’Église

« Ô Père, ô mon Dieu,

Délivrez, sauvez maintenant votre France ; préparez le cœur de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour elle, pour toutes les autres nations, pour l’Église tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu,

Que le cœur de tous vos élus tressaille maintenant à votre appel, reconnaissant votre voix et votre commandement, votre invitation à agir ;

Conduisez-les, ô mon Dieu, chacun à sa place et chacun à sa mission et imposez-leur vous-même tout ce que vous voulez de chacun et de tous.

Que rien ne soit l’effet de leur choix, ô mon Dieu, mais de votre unique désir, de votre unique volonté d’amour.

Ô Maman chérie, ne les laissez ni s’égarer, ni se tromper. »

Marthe Robin(1)

(1) Marthe Robin, née en 1902 à Châteauneuf-de-Galaure dans la Drôme en France, et morte le 6 février 1981, est une mystique catholique française, fondatrice des Foyers de charité présents aujourd’hui sur les 5 continents.

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

« Nous sommes dans le temps de Marie »

« Nous sommes dans le temps de Marie »

Statue en bronze de la Vierge Marie. 

« C’est toi que j’ai choisi pour vivre ma Passion le plus pleinement après ma Mère. En outre, personne après toi ne la vivra aussi totalement et pour que tu souffres jour et nuit tu ne dormiras pas, jamais plus », a déclaré le Christ à Marthe Robin, grande mystique(1), qui est restée 50 ans sans boire ni manger autre chose que l’Eucharistie hebdomadaire. Peu avant son entrée dans la Vie, le 6 février 1981, Marthe, totalement donnée à la Mère de Dieu, affirmait sa grande espérance : « Jean-Paul II est le pape de Marie ; c’est elle qui l’a spécialement choisi. Nous sommes dans le temps de Marie. »

Pour en savoir plus : Encyclopédie Mariale

(1) Marthe Robin, née en 1902 à Châteauneuf-de-Galaure dans la Drôme en France, et morte le 6 février 1981, est une mystique catholique française, fondatrice des Foyers de charité présents aujourd’hui sur les 5 continents.

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

Pourquoi parler du « siècle de Marie » à venir ?

Pourquoi parler du « siècle de Marie » à venir ?

Le pape saint Jean-Paul II commente ce que dit saint Louis-Marie Grignion de Montfort des derniers temps :

« Cette dimension eschatologique (concernant les fins ultimes) est contemplée par saint Louis-Marie, en particulier lorsqu’il parle des « saints des derniers temps », formés par la Vierge afin d’apporter dans l’Église la victoire du Christ sur les forces du mal (cf. Traité de la vraie dévotion, n° 49-59).

Il ne s’agit en aucune façon d’une forme de « millénarisme », mais du sens profond du caractère eschatologique de l’Église, liée à l’unicité et à l’universalité salvifique de Jésus Christ. L’Église attend la venue glorieuse de Jésus à la fin des temps.

Comme Marie et avec Marie, les saints sont dans l’Église et pour l’Église, afin de faire resplendir sa sainteté, afin d’étendre jusqu’aux extrémités de la Terre et jusqu’à la fin des temps l’œuvre du Christ, unique Sauveur. » (Jean Paul II, Lettre aux familles montfortaines, § 8).

Et c’est dans ce contexte qu’il faut interpréter l’expression « siècle de Marie » : « Quand viendra ce temps heureux et ce siècle de Marie, où plusieurs âmes choisies et obtenues du Très-Haut par Marie, se perdant elles-mêmes dans l’abîme de son intérieur, deviendront des copies vivantes de Marie, pour aimer et glorifier Jésus-Christ » (VD 217)

Ce « siècle de Marie » est un temps où d’une part, Marie se sera donnée à connaître (elle éclate en miséricorde, en force et en grâce) ; d’autre part, un certain nombre de chrétiens entreront profondément dans la « vraie dévotion » à Marie et glorifieront Jésus-Christ.

Françoise Breynaert

Encyclopédie Mariale

Abréviation : VD : Saint Louis-Marie de Montfort, Traité de la vraie dévotion

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

« J’ai tout fait à coup de chapelet »

« J’ai tout fait à coup de chapelet »

Marie Rivier, (1768 – 3 février 1838) est une religieuse française, fondatrice des Sœurs de la Présentation de Marie. Elle a été canonisée le 15 mai 2022 à Rome et elle est commémorée le 3 février selon le Martyrologe romain.

Elle n’avait que 16 mois, lorsqu’en tombant de son lit superposé elle s’est abîmé la hanche et les chevilles, ne pouvant plus marcher. Sa mère, très pieuse, la confia à la Vierge Marie et obtint sa guérison quatre ans après l’accident. Très vite un véritable dialogue s’était installé entre Notre-Dame  et la petite Marinette (comme l’appelaient ses proches) qui promit alors à Marie : « Si tu me guéris, je te ramasserai des filles et je leur dirai de bien t’aimer. » Elle guérit en effet, mais resta boiteuse et de santé précaire.

Quelques années plus tard elle voulut devenir religieuse dans la congrégation Notre-Dame de Pradelles, mais fut refusée en raison de sa santé. À l’âge de dix-huit ans, Marie Rivier ouvrit alors une école à Montpezat-sous-Bauzon, son village natal en Ardèche. Elle était convaincue que l’éducation chrétienne est le meilleur moyen pour l’évangélisation des jeunes et pour travailler à la réconciliation entre tous. Elle s’occupera aussi des mères de familles, des jeunes filles, et animera des assemblées sans prêtre.

Lorsque la Révolution française survient et que la Terreur règne, tout acte religieux devient suspect. Alors que tous les couvents ferment, Marie Rivier, qui n’a que 28 ans, va ouvrir le sien à Thueyts, toujours en Ardèche, où elle ouvre aussi une école, en 1794.

Le 21 novembre 1796, jour de la fête de la Présentation de Marie au Temple, Marie Rivier et ses quatre premières compagnes se consacrent à Dieu. Cinq ans plus tard, en 1801, avec l’approbation de l’évêque de Vienne, la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie voit le jour et, en quelques années, elle fonde 46 maisons !

Quand on lui demandait comment, avec une santé défaillante, elle avait eu tant d’énergie, elle répondait : « J’ai tout fait à coup de chapelet. »

L’équipe de Marie de Nazareth

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

L’émotion de Marie entendant la prédiction de Syméon

L’émotion de Marie entendant la prédiction de Syméon

Dans le tome 1 de L’Évangile tel qu’il m’a été révélé, Maria Valtorta(1) rapporte la scène de la Présentation de Jésus au temple dont elle a reçu par grâce la vision. En voici un extrait :

« Il y a des gens, des curieux qui regardent. Parmi eux se dégage un petit vieux, courbé qui marche péniblement en s’appuyant sur une canne, Il doit être très vieux, je dirais plus qu’octogénaire. Il s’approche de Marie et lui demande de lui donner pour un instant le Bébé. Marie le satisfait en souriant.

C’est Syméon, j’avais toujours cru qu’il appartenait à la caste sacerdotale et au contraire, c’est un simple fidèle, à en juger du moins par son vêtement. Il prend l’Enfant, l’embrasse. Jésus lui sourit avec la physionomie incertaine des nourrissons. Il semble qu’il l’observe curieusement, parce que le petit vieux pleure et rit à la fois et les larmes font sur sa figure des dessins emperlés en s’insinuant entre les rides et retombant sur la barbe longue et blanche vers laquelle Jésus tend les mains : c’est Jésus, mais c’est toujours un petit bébé et, ce qui remue devant lui attire son attention et lui donne des velléités de se saisir de la chose pour mieux voir ce que c’est. Marie et Joseph sourient, et aussi les personnes présentes qui louent la beauté du Bébé.

J’entends les paroles du saint vieillard et je vois le regard étonné de Joseph, l’émotion de Marie, les réactions du petit groupe des personnes présentes, les unes étonnées et émues aux paroles du vieillard, les autres prises d’un fou rire. Parmi ces derniers se trouvent des hommes barbus et de hautains membres du Sanhédrin qui hochent la tête. Ils regardent Syméon avec une ironique pitié.

Ils doivent penser que son grand âge lui a fait perdre la tête.

Le sourire de Marie s’éteint en une plus vive pâleur, lorsque Syméon lui annonce la douleur. Bien qu’elle sache, cette parole lui transperce l’âme. Marie s’approche davantage de Joseph pour trouver du réconfort ; elle serre passionnément son Enfant sur son sein et, comme une âme altérée, elle boit les paroles d’Anne qui, étant femme, a pitié de la souffrance de Marie et lui promet que l’Éternel adoucira l’heure de sa douleur en lui communiquant une force surnaturelle : « Femme, Celui qui a donné le Sauveur à son peuple ne manquera pas de te donner son ange pour soulager tes pleurs. L’aide du Seigneur n’a pas manqué aux grandes femmes d’Israël et tu es bien plus que Judith et que Yaël. Notre Dieu te donnera un cœur d’or très pur pour résister à la mer de douleur par quoi tu seras la plus grande Femme de la création, la Mère. Et toi, Petit, souviens-toi de moi à l’heure de ta mission. » »

Source : www.maria-valtorta.org

(1) Maria Valtorta (1897-1961) est une visionnaire et mystique laïque italienne, membre du Tiers-ordre catholique des Servites de Marie et auteur d’écrits spirituels, dont les 10 tomes de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé, son œuvre majeure.

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

Quelques conseils pour bien prier le rosaire

Quelques conseils pour bien prier le rosaire

Bien que l’idée de prier le rosaire puisse en intimider certains, le Père Dominicain Lawrence Lew, promoteur général du rosaire pour les Dominicains depuis le 7 octobre 2019, affirme qu’il est plus facile à prier qu’on ne le pense.

Dans une homélie dite à l’église Holy Rosary de Houston au Texas (États-Unis) pour la fête du Saint-Rosaire le 7 octobre, le père Lew a partagé quelques conseils sur cette prière:

1. « Commencez à prier le rosaire petit à petit », dit-il. « Si vous le trouvez creux, commencez lentement avec une dizaine par jour. »

2. Il conseille aux débutants d’augmenter progressivement le nombre de dizaines chaque jour, une à la fois, et de répartir celles-ci sur une journée.

3. Étant investi du rôle de promoteur général du rosaire, il défend et prêche activement le rosaire au sein de l’Ordre dominicain et encourage ses confrères dominicains à prêcher le rosaire, qui fait partie de l’héritage sacré de l’Ordre dominicain.

4. Il compare la prière du rosaire à un médicament prescrit à un malade. Les effets ne sont généralement pas immédiats, mais les gens ont confiance et s’attendent à ce que le médicament les aide d’une manière ou d’une autre.

5. « Le rosaire devrait susciter et faire grandir notre amour pour Dieu. C’est le but de la prière », ajoute-t-il. « Dans un sens, il ne sert à rien de prier le chapelet par cœur, comme une simple répétition de mots. »

6. Ne le dites pas à toute vitesse: « Il est très clair dans la tradition dominicaine et l’enseignement dominicain que le rosaire doit être prié comme une méditation. Il est préférable de prier une dizaine à la fois, et de bien la prier plutôt que d’essayer de dire les cinq dizaines en 20 minutes. »

Il conclut par un sage conseil: « Mais si on finit par le prier machinalement sans vraiment méditer, il ne faut pas se sentir coupable… nous sommes humains, et les êtres humains sont parfois distraits en priant. Tant que nous nous fixons une intention, que nous entamons la prière, et que nous sommes motivés par l’amour de Dieu, même si nous sommes distraits, notre prière ne perd pas son mérite. »

James Ramos, 28 octobre 2022

Source: catholiccourier.com

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Dans mon deuil le chapelet fut ma bouée de sauvetage

Dans mon deuil le chapelet fut ma bouée de sauvetage

Ma vie a implosé le 17 avril 2011 (dimanche des Rameaux), lorsque l’on a frappé à la porte à 8h30 et que mon beau-frère m’a annoncé que [mon mari] John était décédé ce matin-là, alors qu’il était dans notre chalet, d’une crise cardiaque. Je me suis effondrée… c’était comme si une « épée avait transpercé mon cœur ».

Cela vous dit quelque chose ? C’était la prophétie de Siméon à la Vierge Marie lors de la Présentation de Jésus au Temple. Je savais donc qu’elle (Marie) connaissait ma douleur. Je me suis tournée vers Marie et lui ai demandé de me tenir dans ses bras comme elle tenait son Fils (je me suis souvenue de la petite statue de la Pietà que j’avais dans mon enfance).

Quelques semaines après la mort de John, je n’arrivais toujours pas à dormir la nuit. Une amie m’a prêté son iPod et m’a dit : « Tiens Mary, emprunte ça, écoute l’enregistrement du rosaire. Ça t’aidera à dormir. » J’avais beau être pratiquante, dire ma prière avant d’aller me coucher et assister à la messe tous les dimanches, je n’étais pas une fan du chapelet. Mais j’ai suivi le conseil de cette amie et j’ai commencé à écouter le chapelet. Ce fut une bouée de sauvetage ! Et en écoutant les méditations, j’ai commencé à comprendre que  Marie comprenait ma douleur et qu’ elle voulait m’aider à traverser cette épreuve.

Cette première année a été très difficile. J’avais beaucoup de choses à gérer. Mon entourage et mes amis ont été formidables. Mais je souffrais toujours autant. Je pleurais la nuit, à la messe… J’essayais de rester occupée ou de me distraire avec des livres, des films, un verre de vin, un dîner avec des amis, ou en faisant du bénévolat. Mais ce vide dans mon cœur était toujours là.

Avec le temps, en écoutant le chapelet quotidien, la « magie » de Marie (que je reconnais maintenant comme étant la grâce) a commencé à opérer. J’ai réalisé que le vide dans mon cœur ne pouvait être comblé que par Dieu. J’ai creusé avec une énergie renouvelée pour comprendre ma belle foi catholique. J’ai finalement confié le volant à Jésus.

Merci, Maman Marie ! Merci, Jésus ! Merci pour cette belle Église catholique universelle et sa puissante communion des saints !

Mary Fox Schaefer, 18 novembre 2022

Source : the catholicspirit.com

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

En vue des JMJ de 2023, les jeunes se lèvent et pèlerinent avec Marie

En vue des JMJ de 2023, les jeunes se lèvent et pèlerinent avec Marie

Les 19 et 20 novembre 2022, à l’occasion de la fête du Christ-Roi, des millions de jeunes se sont réunis dans le monde entier pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) diocésaines, un avant-goût des JMJ de Lisbonne au Portugal qui auront lieu du 1er au 6 août 2023. Il s’agissait de préparer la rencontre mondiale dont le thème sera « Marie se leva et partit avec empressement », et de mobiliser le plus grand nombre de jeunes pour l’évènement.

En France, de nombreuses rencontres étaient organisées dans les diocèses, et des milliers de jeunes se sont rassemblés le temps d’un week-end, d’une journée ou d’une veillée de prière.

Au Sénégal, cet évènement qui a repris après trois années de pause liée à la Covid-19, a été l’occasion pour les autorités de l’Église sénégalaise de revisiter, avec la jeunesse, le modèle de Marie, Mère de Jésus, pour l’offrir en modèle de foi et d’espérance. Une forte mobilisation des jeunesses chrétiennes sénégalaises ont été attentives à l’homélie prononcée par l’archevêque de Dakar.

A travers l’exemple de Marie et de la Visitation, Monseigneur Benjamin Ndiaye a invité les jeunes et les catholiques à persévérer dans la louange et dans les actions de grâces : « La Visitation est le point focal de notre année 2022-2023, Notre Dame de la Visitation s’invite avec nous comme elle le fit avec Elisabeth. Et elle ne vient pas seule, elle nous apporte le sauveur conçu en son sein par l’Esprit Saint. Plein de joie et de reconnaissance nous nous exclamons alors avec sa cousine Elisabeth », a expliqué Monseigneur Ndiaye, qui a rappelé que les JMJ coïncident avec l’année mariale diocésaine. 

Pour célébrer cette année diocésaine dédiée à la Mère du Sauveur, l’archevêque a annoncé l’arrivée de« Vierges pèlerines dans les paroisses, les communautés religieuses et sacerdotales pour manifester l’hospitalité et la reconnaissance filiales de la communauté catholique à la Mère du Sauveur. (…) Nos Vierges pèlerines sont des signes pour soutenir notre foi et notre pratique religieuse. »

Adapté de : www.surdquotidien.sn

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie