« Combien mon amour pour toi l’emporte sur ton amour pour moi ! »

« Combien mon amour pour toi l’emporte sur ton amour pour moi ! »

Le premier motif du grand amour que Marie a pour les hommes, c’est le grand amour qu’elle a pour Dieu. « Nous avons reçu ce commandement, dit saint Jean, que celui aime Dieu aime aussi son frère » (1Jn 4, 21). Si donc, même parmi les esprits bienheureux, il ne s’en trouve aucun qui surpasse Marie en amour de Dieu, nous ne trouvons et ne pouvons trouver personne qui, après Dieu, nous aime plus que cette très aimante Mère.

Pourquoi encore notre céleste Mère nous chérit-elle à ce point ? 

Parce que, au moment d’expirer, son bien-aimé Jésus nous recommanda à son affection maternelle. Nous l’avons vu, ce sont tous les hommes qu’il lui montrait en la personne de saint Jean quand il lui dit « Femme voici votre fils » (Jn 19, 26).

En outre, nous sommes des enfants excessivement chers à Marie, parce que nous lui avons coûté d’excessives douleurs. Les mères sont ainsi.

Un jour saint Alphonse de Liguori, de la Compagnie de Jésus, se trouvait devant une image de Marie, et, sentant son cœur brûler d’amour pour la Très Sainte Vierge, ne put s’empêcher de lui dire : « Ma très aimable Mère, je sais bien que vous m’aimez, mais pas autant que je vous aime. » Alors Marie, comme offensée sur ce point délicat de son amour lui répondit de cette image : « Que dis-tu, Alphonse, que dis-tu ? Oh ! combien mon amour pour toi l’emporte sur ton amour pour moi ! Sache qu’il y a moins de distance de la Terre au Ciel que de ton amour au mien. » (Zaninus, Vita, II, 12).

Synthèse F. Breynaert

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Se préparer à la Fête de l’Assomption de la Vierge Marie par un carême ?

Se préparer à la Fête de l’Assomption de la Vierge Marie par un carême ?

Autrefois, un « carême » était pratiqué dans l’Eglise latine pour préparer la fête du 15 août. Actuellement, ce carême ne se pratique essentiellement que dans les églises orientales, dont les églises catholiques de rite byzantin, lesquelles l’appellent carême de la dormition. Il a connu en orient différentes durées pouvant aller jusqu’à 40 jours. Il est actuellement de deux semaines commençant le 1er août et se terminant le 14 août.

Ce jeûne consiste actuellement dans les églises byzantines à ne prendre que des produits d’origine végétale, mais pas de vin ni d’huile, avec un allègement le dimanche et le jour de la Transfiguration. Il accompagne des prières quotidiennes à la Sainte Vierge. C’est une merveilleuse façon de se préparer à cette grande fête mariale que de le faire par le jeûne, d’autant plus que notre période en a vraiment besoin. Nous pouvons donc reprendre cette tradition.

Les vertus du jeûne sont multiples et ceux qui le pratiquent en voient souvent les fruits : apaisement des passions, paix intérieure, augmentation de la foi, délivrance de démons notamment. Il aide à la prière, la rend plus facile, favorise la contemplation et associé à la charité, nous ouvre les portes du Ciel.

Quelle prière faire durant cette période ? Le rosaire, est certainement une des prières préférées de notre Sainte Mère.

La mesure du jeûne c’est aussi de pouvoir faire son devoir d’état. Ce jeûne est particulier surtout parce qu’il se fait sous la conduite de la Vierge Marie qui adoucit toute chose.

Un oriental disait ainsi combien ce carême avait été pour lui un moment particulièrement heureux. Tout cela nous permet d’honorer notre Mère, qui nous introduit ainsi d’une manière unique auprès de son Fils, Notre Seigneur Jésus Christ. C’est aussi l’occasion de l’honorer comme reine et lui demander d’être notre avocate.

Abbé Jean-François BILLOT

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

En 1850, l’évêque du Puy (sud de la France) lance le projet de l’édification d’une statue monumentale de la Vierge Marie sur le Mont Anis, au-dessus de la basilique du Puy. En 1853, un concours est lancé auquel participent 53 artistes. Dans le même temps, une souscription est lancée dans toute la France.

Les 300 000 Frères des Écoles Chrétiennes réunissent la somme nécessaire à l’édification du piédestal. Pour sa part, l’empereur Napoléon III offre des canons pris sur l’armée russe au cours de la guerre de Crimée.

En 1859, les différents éléments de la statue sont fondus à Givors (Rhône) et seront acheminés jusqu’au Puy. L’inauguration officielle aura lieu le 12 septembre 1860, en présence d’une foule de 120 000 personnes et de 12 évêques.

Depuis, la statue de Notre-Dame de France fait partie intégrante de l’image de la ville du Puy-en-Velay. Touristes et pèlerins gravissent le sentier et les marches qui conduisent au pied de la statue.

La statue de Notre-Dame de France exprime en premier lieu la confiance des catholiques de France en la Vierge Marie. Pour les catholiques, Marie est celle qui montre quelle disponibilité de cœur il faut avoir pour accueillir Dieu dans sa vie et le donner au monde. Elle est donc un modèle.

La statue de Notre-Dame de France a été réalisée grâce à la fonte de canons. Des instruments de mort sont devenus statue évoquant la paix et la réconciliation. La récupération des canons de l’armée russe a été, au départ, un moyen de récupérer à moindre coût la matière première pour la réalisation de la statue. Mais, ce faisant, la statue de Notre-Dame de France semble faire écho à la prophétie d’Isaïe dans la Bible :

« De leurs épées ils forgeront des socs et de leurs lances des serpes ; une nation ne lèvera pas l’épée contre une autre nation et on n’apprendra plus la guerre » (Isaïe, chapitre 2)

Extrait de l’article du jeudi 5 août 2010, par P.B.Planche, sur le site de la conférence épiscopale de France.

Voir aussi dans l’Encyclopédie Mariale

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

En 1850, l’évêque du Puy (sud de la France) lance le projet de l’édification d’une statue monumentale de la Vierge Marie sur le Mont Anis, au-dessus de la basilique du Puy. En 1853, un concours est lancé auquel participent 53 artistes. Dans le même temps, une souscription est lancée dans toute la France.

Les 300 000 Frères des Écoles Chrétiennes réunissent la somme nécessaire à l’édification du piédestal. Pour sa part, l’empereur Napoléon III offre des canons pris sur l’armée russe au cours de la guerre de Crimée.

En 1859, les différents éléments de la statue sont fondus à Givors (Rhône) et seront acheminés jusqu’au Puy. L’inauguration officielle aura lieu le 12 septembre 1860, en présence d’une foule de 120 000 personnes et de 12 évêques.

Depuis, la statue de Notre-Dame de France fait partie intégrante de l’image de la ville du Puy-en-Velay. Touristes et pèlerins gravissent le sentier et les marches qui conduisent au pied de la statue.

La statue de Notre-Dame de France exprime en premier lieu la confiance des catholiques de France en la Vierge Marie. Pour les catholiques, Marie est celle qui montre quelle disponibilité de cœur il faut avoir pour accueillir Dieu dans sa vie et le donner au monde. Elle est donc un modèle.

La statue de Notre-Dame de France a été réalisée grâce à la fonte de canons. Des instruments de mort sont devenus statue évoquant la paix et la réconciliation. La récupération des canons de l’armée russe a été, au départ, un moyen de récupérer à moindre coût la matière première pour la réalisation de la statue. Mais, ce faisant, la statue de Notre-Dame de France semble faire écho à la prophétie d’Isaïe dans la Bible :

« De leurs épées ils forgeront des socs et de leurs lances des serpes ; une nation ne lèvera pas l’épée contre une autre nation et on n’apprendra plus la guerre » (Isaïe, chapitre 2)

Extrait de l’article du jeudi 5 août 2010, par P.B.Planche, sur le site de la conférence épiscopale de France.

Voir aussi dans l’Encyclopédie Mariale

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

En 1850, l’évêque du Puy (sud de la France) lance le projet de l’édification d’une statue monumentale de la Vierge Marie sur le Mont Anis, au-dessus de la basilique du Puy. En 1853, un concours est lancé auquel participent 53 artistes. Dans le même temps, une souscription est lancée dans toute la France.

Les 300 000 Frères des Écoles Chrétiennes réunissent la somme nécessaire à l’édification du piédestal. Pour sa part, l’empereur Napoléon III offre des canons pris sur l’armée russe au cours de la guerre de Crimée.

En 1859, les différents éléments de la statue sont fondus à Givors (Rhône) et seront acheminés jusqu’au Puy. L’inauguration officielle aura lieu le 12 septembre 1860, en présence d’une foule de 120 000 personnes et de 12 évêques.

Depuis, la statue de Notre-Dame de France fait partie intégrante de l’image de la ville du Puy-en-Velay. Touristes et pèlerins gravissent le sentier et les marches qui conduisent au pied de la statue.

La statue de Notre-Dame de France exprime en premier lieu la confiance des catholiques de France en la Vierge Marie. Pour les catholiques, Marie est celle qui montre quelle disponibilité de cœur il faut avoir pour accueillir Dieu dans sa vie et le donner au monde. Elle est donc un modèle.

La statue de Notre-Dame de France a été réalisée grâce à la fonte de canons. Des instruments de mort sont devenus statue évoquant la paix et la réconciliation. La récupération des canons de l’armée russe a été, au départ, un moyen de récupérer à moindre coût la matière première pour la réalisation de la statue. Mais, ce faisant, la statue de Notre-Dame de France semble faire écho à la prophétie d’Isaïe dans la Bible :

« De leurs épées ils forgeront des socs et de leurs lances des serpes ; une nation ne lèvera pas l’épée contre une autre nation et on n’apprendra plus la guerre » (Isaïe, chapitre 2)

Extrait de l’article du jeudi 5 août 2010, par P.B.Planche, sur le site de la conférence épiscopale de France.

Voir aussi dans l’Encyclopédie Mariale

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

« Notre Sainte Mère a voulu que je te les apporte ! »

« Notre Sainte Mère a voulu que je te les apporte ! »

Le 10 octobre, mon fils de 22 ans faisait du vélo avec sa sœur. Alors qu’ils faisaient une petite pause, mon fils s’est évanoui et s’est cassé la clavicule. Transporté d’urgence à l’hôpital, les médecins souhaitaient l’opérer pour réparer sa clavicule. Néanmoins ils soupçonnaient une maladie cardiaque fatale à l’origine de son évanouissement.

Il devait voir un cardiologue pour déterminer ce qui n’allait pas avec son cœur et établir les risques possibles d’une opération sur sa clavicule.

Inutile de dire que nous avons pris le Ciel d’assaut avec nos prières, ainsi que toutes les personnes que nous avons pu contacter. Le samedi suivant, avant la messe du matin, j’ai regardé une excellente vidéo intitulée l’Incroyable histoire de Notre Dame de la Prière : les Apparitions de Notre Dame de L’Île-Bouchard. J’y ai appris que les fillettes avaient demandé un « signe » à la Vierge Marie pour prouver aux autres qu’elle leur apparaissait vraiment. Notre sainte Mère leur en a effectivement donné un. J’ai pensé que je pourrais moi aussi demander à Notre Dame de me faire savoir d’une manière ou d’une autre que mon fils allait guérir. Je lui ai demandé de faire en sorte qu’il n’y ait aucun doute que ce signe vienne de sa part.

Après la messe du samedi matin, après le chapelet, j’ai prié une « neuvaine volante » (comme le faisait sainte Teresa de Calcutta : neuf Souvenez-vous en guise de pétition et un dixième pour remercier Marie, dans la confiance d’être exaucé) devant la statue de Notre-Dame de Fatima, confiant à nouveau tout à notre sainte Mère.

À mon retour à la maison j’ai rencontré une de mes amies. Elle portait dans ses mains un pot de petites roses jaunes et m’a saluée en disant : « Notre sainte Mère a voulu que je te les apporte ! » Elle m’a aussi apporté une petite carte qui disait : « Quand je les ai vues, j’ai tout de suite su que la Vierge voulait te les donner ! Ne t’inquiète pas, Jésus, Marie et Joseph s’occupent de tout ! »

La réponse était claire : notre sainte Mère nous aidait ! Mon fils a été opéré le 22 octobre par un excellent chirurgien et tous les tests ont confirmé que son cœur était en bonne santé. Comme nous sommes bénis d’avoir une Mère qui nous aime tant ! Demandez des grâces avec confiance, à notre sainte Mère qui est si bonne et si aimante pour nous ses enfants.

Témoignage de Marilyne, une lectrice canadienne d’Une minute avec Marie, mars 2021

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

L’icône fut transportée sur les champs de bataille contre Napoléon

L’icône fut transportée sur les champs de bataille contre Napoléon

© Wojciech Pysz, CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/, via Wikimedia Commons

Dans une icône Hodigitria (« qui montre le chemin »), la Mère montre de la main la seule voie à suivre : le Christ. Comme toutes les icônes de Marie, elle porte l’inscription « Mère de Dieu ». Sur son front et ses épaules, les trois étoiles brillantes sont l’expression du dogme qui dit qu’elle est vierge avant, pendant et après la naissance de son Fils. La tunique dorée de l’Enfant indique que tout est lumineux en lui. Il est, selon la définition du concile de Nicée : « Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu. »

L’icône de la Pure Porteuse de Dieu (icône de type Hodigitria) à Smolensk, aurait été peinte par saint Luc pour la communauté d’Antioche (en Turquie actuelle). Elle aurait ensuite été vénérée à Constantinople dans l’église de Blacherne (Turquie). Elle aurait été apportée en Russie en l’an 1046 et placée en 1101 à Smolensk, dans la cathédrale de l’Assomption.

Elle a été invoquée pour obtenir conseil et aide. En particulier, elle aida l’empereur Vladimir Monomaque (1053-1125) à pacifier et à unir la Russie. On lui attribue la protection de la ville contre l’invasion des Tartares. En 1398, elle fut apportée à Moscou dans la cathédrale de l’Annonciation ; puis, elle fut restituée à Smolensk (Russie), dans l’église de l’Assomption du monastère de Novodevi.

En 1812, l’icône fut transportée sur les champs de bataille contre Napoléon : « Devant et autour de l’icône, derrière et de toute part, marchaient, courraient et se prosternaient jusqu’à terre, la tête découverte, des foules de militaires »(Tolstoï, Guerre et Paix).

Le 22 novembre 1991, on vit l’icône verser des larmes toute la journée devant une grande foule de fidèles. L’évêque et le patriarche en ont reconnu l’authenticité.

La Vierge Hodigitria de la Pure porteuse de Dieu est fêtée le 5 novembre : fête instituée après la victoire contre Napoléon en 1912 ainsi que le 22 novembre : fête qui commémore les larmes de l’icône en 1991.

L’équipe de Marie de Nazareth

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

« Je me suis souvenu de son cœur de mère »

« Je me suis souvenu de son cœur de mère »

Dans un temps de grandes peines, ne sachant où me réfugier, craignant d’être trompé par le diable, je me suis souvenu de son cœur de Mère du Perpétuel Secours, et je me suis mis entre ses mains, comme son enfant, sa propriété, la suppliant, elle, Notre Dame du Perpétuel Secours, de me porter, comme elle vous portait quand vous étiez enfant, et de faire de moi, non ce que je voudrais, mais ce qu’elle voudrait elle-même pour la plus grande gloire de son Fils, selon sa volonté, elle qui lit dans son cœur.

Depuis ce temps, je me considère comme vôtre, ô Mère du Perpétuel Secours !

Charles de Foucauld

Considérations sur les fêtes de l’année 14/11

Charles Eugène de Foucauld de Pontbriand, vicomte de Foucauld, O.C.S.O. (septembre 1858, décembre 1916) fut officier de cavalerie de l’armée française devenu explorateur et géographe, avant de se convertir et de devenir prêtre catholique, ermite et linguiste. Il a été assassiné à Tamanrasset (Algérie).

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

L’histoire incroyable de la Madonnina

L’histoire incroyable de la Madonnina

© Roberto Ferruzzi. Original téléversé par Aquinat sur Wikipédia allemand. Public domain, via Wikimedia Commons

On l’appelle la Madone du Repos, la Madone à l’enfant ou encore la Madone des rues. Elle fait partie de ces images de piété que l’on rencontre partout et qui témoigne de l’authentique foi populaire.

Et cette fameuse Madone a une histoire pour le moins incroyable. Tout commence en Vénétie (Italie) à la fin du XIXe siècle, quand le peintre italien Roberto Ferruzzi fait la rencontre d’une jeune fille de 13 ans, Angelina Cian. Ému par la façon dont elle s’occupe de son petit frère, alors encore un tout petit bébé, le peintre décide de les représenter ensemble dans un beau tableau symbolisant la maternité. Contre toute attente, la toile, qui est présentée à la Biennale de Venise, séduit par sa douceur et reçoit le premier prix en 1897.

À partir de ce moment-là, le tableau connaît un succès incroyable et on lui prête une connotation religieuse. Avec son visage plein de douceur et le bébé endormi dans ses bras, la jeune fille fait indéniablement penser à la Vierge Marie. Très vite, tout le monde l’appelle la « Madonnina » !

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Angelina, la jeune fille du tableau, se marie quelques années plus tard à un vénitien et part s’installer aux États-Unis. Ensemble, le couple aura dix enfants. Malheureusement, Angelina perd son mari et se retrouve en grande difficulté financière avec ses jeunes enfants. Attristée, elle perd petit à petit la raison et se retrouve hospitalisée dans un établissement psychiatrique où elle meurt en 1972.

Parmi ses dix enfants, une fille, Marie, devient religieuse et prend le nom de sœur Angela Maria. Désireuse d’en savoir plus sur sa famille et ses racines, elle se rend en Italie. Là-bas, elle retrouve deux de ses tantes, les sœurs d’Angelina. Et à sa grande surprise, elle découvre que l’image de la Vierge si connue en Italie, et que tant de fidèles prient depuis des années, est en réalité le portrait de sa mère bien-aimée lorsqu’elle était enfant. Aujourd’hui, la Madonnina est toujours aussi célèbre et fait partie de ces images pieuses de la Vierge que tous les Italiens ont chez eux.

https://fr.aleteia.org/2021/02/24/letonnante-histoire-de-la-madonnina-de-ferruzzi/?utm_campaign=NL_fr&utm_content=NL_fr&utm_medium=mail&utm_source=daily_newsletter

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Après le « M » de Marie, la Grande Marche de saint Joseph

Après le « M » de Marie, la Grande Marche de saint Joseph

Après le succès du pèlerinage du « M » de Marieen France l’an dernier, vient le tour de la « Grande Marche de saint Joseph ». Le 7 juin 2021, des pèlerins ont commencé à sillonner les routes de France depuis le Sacré-Cœur de Montmartre à Paris et poursuivent leur chemin de pèlerinage jusqu’au 15 août 2021 pour rejoindre Cotignac (sud de la France), où la Vierge Marie est apparue les 10 et 11 août 1519, mais aussi saint Joseph, le 7 juin 1660. Une initiative spécialement conçue pour marquer cette « année Saint-Joseph » lancée par le pape François.

Les dates sont très symboliques, puisque le 7 juin marque l’apparition de saint Joseph au Bessillon à Cotignac (Var), et le 15 août marque l’Assomption de la Vierge Marie fêtée chaque année en grande pompe à Cotignac. Tout le monde est invité à rejoindre l’un des tronçons du pèlerinage, « même simplement une journée ou un après-midi »,exhorte Dominique Chevillard, l’un des organisateurs. Il insiste : « Nous sommes ouverts à tous, les familles, les jeunes, les pèlerins seuls, les plus ou moins croyants, ceux qui seront simplement touchés en voyant passer le cortège sur la route ».

Les pèlerins passent par certains grands sanctuaires : Vézelay ou encore Paray-le-Monial. Ils marchent environ 15 kilomètres par jour, avec des étapes délimitées, pour s’arrêter le soir dans certaines paroisses où une veillée est organisée. « Nous avons contacté les évêques, mais aussi des mouvements scouts qui camperont dans les environs. Les veillées seront ainsi très diverses ! Adorations, chants, veillées scoutes… Nous nous laissons guider au fil des propositions », a confié Dominique Chevillard.

« Nous espérons aller à la rencontre des gens, toucher les cœurs, y compris ceux des personnes qui ne croient pas », confie encore le responsable. « Saint Joseph est un saint très populaire que les gens aiment énormément, remarque quant à lui le frère Hubert Marie, recteur du sanctuaire de Cotignac qui accueillera les pèlerins pour la clôture du pèlerinage le 15 août.C’est un saint pour tous, pour les époux, pour les familles, pour les mourants, pour les travailleurs… un saint de la vie quotidienne. » Le recteur ajoute que « saint Joseph nous entraîne vers Marie, apparue à Cotignac portant Jésus dans les bras. Nous nous en remettrons à ces trois cœurs unis pendant ce pèlerinage ».

https://www.famillechretienne.fr/36551/article/la-grande-marche-de-saint-joseph-traversera-la-france-cet-ete

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie