Marie, conçue sans péché, est la médiatrice idéale

Marie, conçue sans péché, est la médiatrice idéale

Ma relation avec Marie se vit dans ma prière quotidienne, le matin. Elle s’ordonne en quatre parties : la lecture de la Parole – en général les lectures du jour, ma demande de pardon, mes actions de grâces et mes intentions particulières.

La lecture de la Parole, c’est Dieu qui me parle : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute. » (1 Samuel 3,10) Les trois autres parties, c’est moi qui souhaite parler à Dieu. Je suis tenté de lui dire : « Maintenant, écoute, Seigneur, ton serviteur parle ! »

Toute ma prière est donc destinée à Dieu, qui est Père, Fils et Saint-Esprit. À laquelle de ces trois personnes de la Trinité adresser plus particulièrement ma prière ? Parler directement à Dieu le Père est pour moi plus difficile que parler à Jésus. J’observe que les prières prononcées au cours des messes sont toujours adressées à Dieu le Père, et se terminent toutes par l’expression : « Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur… » Cette manière de prier correspond bien à ce que Jésus dit dans l’Évangile de saint Jean : « Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai » (Jean 14,13). Donc, ceci est, pour moi, une invitation à adresser mes prières à Jésus. D’autant plus que Jésus est vrai homme comme chacun de nous, même s’il est aussi vrai Dieu : il a partagé notre condition humaine, il a vécu comme un homme, il a aimé, il a pleuré, il a prié et il a souffert jusqu’au sacrifice de la Croix. Mais sa condition divine induit pour moi une distance, qui me fait hésiter à lui confier directement tout ce que je veux lui dire.

Or, Jésus est notre frère car il nous a donné sa Mère : la Vierge Marie, totalement femme et, qui plus est, conçue sans péché. Donc, la médiatrice idéale. C’est pourquoi, je transmets chacune de mes intentions de prière à Jésus en sollicitant l’intercession de Marie. En faisant ainsi, je réponds à la dernière parole de Marie aux enfants de Fatima : « Récitez le chapelet tous les jours pour que le monde puisse obtenir la paix… » Et je lui adresse implicitement ce refrain, que j’aime beaucoup : « Ô Marie, prends nos prières, purifie-les, complète-les, présente-les à ton Fils. » Ainsi, je suis sûr que Jésus reçoit toute ma prière, portée et sanctifiée par Marie, et qu’il y répondra selon sa justice et son infinie Miséricorde.

Pierre Deschamps

Ancien associé d’une grande entreprise française de services numériques et ancien président des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens ; mécène de plusieurs fondations (dont l’Abbaye de Bassac) et fondateur de la fondation familiale Capital Don ; sylviculteur et heureux grand-père de six petits-enfants

Février 2021

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

La Prière du Père Kolbe pour la conversion des francs-maçons « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour les francs-maçons ! » :

La Prière du Père Kolbe pour la conversion des francs-maçons « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour les francs-maçons ! » :

« Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous, qui avons recours à Vous, et pour tous ceux qui n’ont pas recours à Vous, spécialement pour les francs-maçons ! » 

Ainsi soit-il.

Cette association de la Milice de l’Immaculée fondée par Saint Maximilien-Marie Kolbe, franciscain conventuel, est connue et répandue dans le monde entier, encore de nos jours. Ce que l’on connait moins bien ou que l’on cherche à faire oublier, ce sont les circonstances qui ont conduit et présidé à sa fondation, en 1917. A l’époque, le frère Maximilien-Marie étudiait à Rome, et fut le spectateur attristé de manifestations provocatrices sous les fenêtres du Vatican, à l’occasion du bicentenaire de la fondation de la première loge maçonnique. Les manifestants ne craignirent pas de dévoiler leurs plans et d’annoncer à grands cris qu’ils occuperaient bientôt la curie romaine … 

Le frère Maximilien-Marie, vivement impressionné par cette grave menace, fut éclairé en même temps sur le meilleur recours : l’Immaculée, à qui Dieu a donné la Puissance nécessaire pour écraser Satan et sa postérité. 

Le 16 octobre 1917, il fonde donc la « M. I. » ou « Milice de l’Immaculée » (que les modernistes ont débaptisée en Mission de l’Immaculée). Son but : « Contribuer à la conversion des pécheurs, des hérétiques, schismatiques et des juifs, mais spécialement des francs-maçons »

Puisque les francmaçons ne sont qu’une bande organisée de fanatiques, qui visent, de manière déraisonnable, à la destruction de l’Église Catholique, à laquelle l’homme-Dieu lui-même a assuré que les portes de l’enfer ne pourront pas triompher sur Elle. Les pauvres fous, ils battent leur tête contre un rocher ! 

L’Immaculée, Médiatrice de toutes les Grâces, peut et veut nous aider … Une âme pénétrée d’amour envers Elle opposera certainement une résistance efficace à cette œuvre de dépravation qui est l’arme privilégiée des francs-maçons : « Nous ne vaincrons pas l’Église par le raisonnement » – ont-ils déclaré dans un de leurs convents – « mais par la corruption des mœurs ». 

Souvenons-nous bien que Jésus est mort pour tous, sans tenir compte des différences de nationalité et que chacun de nous, donc chaque juif aussi, est un ingrat, néanmoins il est aussi le fils de notre Mère céleste commune. Efforçons-nous par la prière et surtout par une prudente diffusion de la Médaille Miraculeuse, aussi parmi les fils égarés d’Israël, efforçons-nous de les conduire à la connaissance de la Vérité et à l’acquisition de la vraie Paix et du Bonheur. 

Saint Maximilien Kolbe (1894-1941) – « Manuel du Tiers-Ordre de la Pénitence d’obédience traditionnelle de notre Séraphique Père Saint François d’Assise » sous l’autorité du R. P. Antoine de Fleurance, Gardien du Couvent Saint-François à Morgon dans le département du Rhône, pages 639-640.