Marie, co-fondatrice et gloire des frères Maristes

Marie, co-fondatrice et gloire des frères Maristes

© Felisberto, CC BY 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by/3.0, via Wikimedia Commons

Saint Marcellin Champagnat (1789-1840) est le fondateur de la congrégation enseignante des Frères Maristes. C’est Marie qui a fait de Marcellin un fondateur. Le Frère Jean-Baptiste écrit :

« C’est dans l’une de ses fréquentes visites à la Sainte Vierge que lui vint la pensée de fonder une congrégation de pieux instituteurs et de lui donner le nom même de celle qui lui en avait inspiré le projet. » Et il ajoute : « Il crut que le nom seul de Marie suffirait pour attirer des sujets à la congrégation qu’il avait l’intention de fonder. »

Dans une lettre à Louis-Philippe, roi de France, pour obtenir l’autorisation légale de son Institut, Marcellin confirme l’affirmation de son biographe : « Je pensai sérieusement à créer une société d’instituteurs que je crus devoir consacrer à la Mère de Dieu, persuadé que le seul nom de Marie attirerait beaucoup de candidats. » (Lettre du 28 janvier 1834)

À ses premiers Frères, en plus du chapelet quotidien, il demande de réciter le Petit Office de la Sainte Vierge, pour le succès des écoles. Il tient à ce que ses disciples aient sur eux le chapelet : « Celui qui aime Marie n’est jamais sans quelque objet qui lui rappelle sa divine Mère »leur disait-il.

Le fondateur forme ses Frères à connaître et aimer Jésus afin qu’il puisse le faire connaître et aimer à leurs élèves. C’est le but de leur vocation et la raison d’être de l’Institut ; Il leur déclare : « Marie ne nous reçoit que pour nous donner à Jésus »,et il la leur donne comme éducatrice dans l’apprentissage de l’amour de Jésus.

Il la regarde comme Première Supérieure de la Congrégation. Dans une lettre de 1835 à Mgr Gaston de Pins, administrateur apostolique du diocèse de Lyon, Marcellin écrit :« Je n’ose refuser les postulants qui se présentent ; je les considère comme amenés par Marie elle-même. »

Et à Mgr Jean-Baptiste Pompallier, vicaire apostolique d’Océanie, le 27 mai 1838 : « Marie montre bien visiblement sa protection à l’égard de l’Hermitage… Marie, oui Marie seule est notre prospérité ; sans Marie nous ne sommes rien et avec Marie nous avons tout, parce que Marie a toujours son adorable Fils ou entre les bras ou dans son Cœur. »

présence mariste

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, pour défaire les nœuds entre les deux Corées

Marie, pour défaire les nœuds entre les deux Corées

© https://blog.gingko-editions.fr

L’artiste sud-coréenne Caterina Sun-Hwa Sim, appelée également Shim Soonhwa, a réalisé une copie du tableau de Marie qui défait les nœuds en 2018 pour l’offrir au pape François, à l’occasion de la visite au Vatican de l’ambassadeur Joseph Baek-Man Lee. Cette version est originale, car il ne s’agit pas en effet d’une simple copie : l’artiste a représenté une Madone coréenne, vêtue dans les habits du pays et entourée d’anges aux yeux en amande.

La version coréenne du tableau de Marie qui défait les nœuds est unique. Caterina Sun-Hwa Sim peint en effet depuis longtemps des sujets religieux, mais toujours en tenant compte des éléments classiques de la tradition coréenne.

« Les nœuds sur cette image représentent des problèmes. Ces temps-ci, la péninsule coréenne souffre de beaucoup de problèmes. Le premier problème est le danger d’une guerre entre les deux Corées. C’est pour cette raison que j’ai choisi de donner cette image au pape François, pour lui rappeler que ces problèmes ont besoin d’une solution », a ajouté l’ambassadeur. (1)

Le pape François envisage d’ailleurs de se rendre en Corée prochainement.

L’équipe de Marie de Nazareth

(1) Interview réalisée pour le blog Cheminons avec Marie qui défait les nœuds, accessible ici

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, Épouse du Saint-Esprit

Marie, Épouse du Saint-Esprit

Sur le tableau de Marie qui défait les nœuds, au-dessus de la tête de la Vierge Marie, plane une colombe, symbole de l’Esprit Saint, qui illumine le haut du tableau d’une lumière toute céleste. Comme le dit le père Zannini (1) :

« L’Esprit Saint avec Marie devient le formateur du Verbe Incarné. Il agit sur l’âme, le cœur et la chair de la Vierge en les remplissant de tous ses dons, de toutes ses grâces, de tout son amour infini, et c’est ainsi qu’il élève ce chaste sein à la hauteur du sein du Père et qu’il prépare au Verbe ce corps immaculé que le Verbe incarné fait sien. Il acquiert sur le Fils du Père, comme homme, une autorité qu’il n’avait jamais eue auparavant. C’est en se penchant sur son humanité, en la remplissant de toute sa sainteté, en lui donnant ce baiser d’amour infini qu’il fait de l’Homme-Dieu, le Saint de Dieu (Jn 6, 29).

Et Jésus le dira lui-même : « L’Esprit Saint est sur moi parce qu’il m’a consacré par l’onction pour porter la bonne nouvelle aux pauvres » (Lc 4, 18).

C’est encore le même Esprit qui forma Jésus en Marie, qui le fit sortir de son sein et qui le fit sortir vivant du tombeau et vainqueur de la mort. Et comme l’Esprit a ressuscité Jésus, il ressuscitera tous les membres de son Église, parce que par Marie, il a obtenu puissance et juridiction sur tout le corps du Christ qui est l’Église. »

(1) Père François Zannini, « Mère admirable, priez pour nous ! », article du 31 décembre 2021 accessible en ligne sur le blog Cheminons avec Marie qui défait les nœuds, à l’adresse suivante : https://blog.gingko-editions.fr/mere-admirable-priez-pour-nous/.

Isabelle Rolland, Marie qui défait les nœuds – D’un « miracle conjugal » à une dévotion universelle, MDN 2022.

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, Reine des anges, assiste-nous pendant cette terrible bataille !

Marie, Reine des anges, assiste-nous pendant cette terrible bataille !

Les 11-12-13 février 2022, le temple de Satan a choisi Scottsdale (Etats-Unis) dans le diocèse de Phœnix, Arizona, dans le dessein de se regrouper en une grande conférence de 500 personnes destinée à offrir l’Amérique au culte de Satan !

Des centaines de croyants, catholiques ou chrétiens se sont unis, par la prière, le chapelet, des images du Christ, des croix du Christ Jésus, afin de se battre spirituellement contre eux et pour empêcher qu’une armée d’anges démoniaques soient relâchés et libres de venir nous attaquer.

Nous sommes vraiment en guerre spirituelle. En ces temps troublés, nous devons prier pour nous protéger et protéger nos enfants. Un nombre sans précédent d’enfants disparaît pour ces sacrifices sataniques.

Durant ces trois jours, les prières se sont concentrées, de midi à 15h, ces heures où le Christ a subi les plus terribles brutalités pour nous. Ces trois heures furent celles où il a souffert jusqu’au don de sa vie pour nous. Jésus a, par le sacrifice de son Sang béni, ouvert les portes du Ciel pour nous.

Les Anges célestes attendent nos demandes afin de venir livrer bataille avec et pour nous. Dieu a besoin des hommes pour livrer cette bataille finale sur la terre. Nous sommes un petit nombre sans doute qui acceptons de livrer cette bataille, mais nous savons qu’au nom de Jésus les démons fuient ! Alors nous avons crié son Nom, dans notre tête, dans notre cœur, pendant ces trois jours, avec foi.

Marie, Mère de Dieu, Reine des anges, assiste-nous pendant cette terrible bataille où le sort des hommes est en jeu. Jésus, Fils de Dieu et Rédempteur du monde, par ton Sang Béni, par ta Croix Glorieuse, protège nous, sanctifie nous.

Un jour, on saura que ce ne sont pas les armes qui nous auront fait gagner la guerre, mais une prière, dite par un cœur humble.

L’équipe de Marie de Nazareth

Source : markets.businessinsider.com

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, une Mère qui accompagne constamment ses enfants maronites

Marie, une Mère qui accompagne constamment ses enfants maronites

Pour les fidèles maronites, l’attachement à la Sainte Vierge Marie n’est pas nouveau ; notre Mère du Ciel a accompagné notre Église depuis sa fondation au Vème siècle jusqu’à nos jours.

De saint Maroun, le saint patron de l’Église maronite, à saint Jean-Maroun, son fondateur, et à son patriarche actuel, la Sainte Vierge a toujours été la compagne et la sainte patronne. Même les noms des patriarcats lui rendent hommage : Notre-Dame de Yanouh, Notre-Dame d’Elige, Notre-Dame de Qadisha, Notre-Dame de Deman et enfin Notre-Dame de Bkerke.

Nous voyons ici l’étendue de l’influence de la Vierge dans la vie de l’Église maronite; elle a été ancrée dans la tradition ecclésiastique, dès le début et tout au long de sa persécution, alors que les Maronites fuyaient d’une région à l’autre, connaissant le martyre et échappant de justesse aux tentatives des Mamelouks, des Ottomans et de bien d’autres pour les éradiquer. Dès ses débuts, l’Église maronite a compris la vérité de foi selon laquelle la Vierge Marie est un membre actif et essentiel de l’Église par sa mission singulière de mère et de formatrice.

[…] En même temps que le Concile d’Éphèse et de Chalcédoine, au cinquième siècle, expliquait la doctrine de la personne et de la nature du Christ, il exposait le fait que Marie est la « Mère de Dieu ». Les disciples de saint Maroun ont été parmi les plus ardents défenseurs de cette doctrine.

La Vierge Marie reste la Mère de notre Église, la personne la plus aimée après son Fils Jésus, qui nous accompagne avec notre peuple de génération en génération, de l’Est du Liban vers le monde entier, et elle reste proche du cœur des adultes et des enfants qui chantent les paroles du célèbre hymne Ya Oum Allah : « Oh, Mère de Dieu, au Cœur tendre… Tu es notre Mère et notre espérance. »

Père John Paul Bassil, OMM – Supérieur de l’Ordre Maronite de la Mission B.V.M. en Australie.

20 novembre 2021

Adapte et traduit de The Catholic Weekly 

Voir aussi : Encyclopédie Mariale

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, celle qui ne s’est jamais aperçue d’elle-même (II)

Marie, celle qui ne s’est jamais aperçue d’elle-même (II)

Mais après s’être ignorée toujours, Marie pouvait-elle compter à ses yeux à cet instant où tout ce qui avait pu rester d’elle-même s’effaçait en lui, où tout son être pour jamais s’immergeait dans son mystère pour n’être plus qu’une relation vivante à lui ?

Suprêmement dépouillée d’elle-même, elle ne pourrait plus que se donner éternellement en cet Enfant qu’elle avait conçu de l’Esprit non comme l’image glorifiée d’elle-même – mais comme la splendeur de la gloire du Père dans la transparence de sa pauvreté.

Sa maternité même consommait sa désappropriation. Elle était vraiment, dans un sens unique : « La Femme pauvre. » « Comme j’étais toute petite, j’ai plu au Très-Haut et j’ai enfanté dans mes entrailles celui qui est Dieu et homme. » 

Maurice Zundel (1897-1975) 

Prêtre et théologien catholique suisse

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, celle qui ne s’est jamais aperçue d’elle-même (I)

Marie, celle qui ne s’est jamais aperçue d’elle-même (I)

Avant l’Annonciation, Marie est déjà tout à Dieu, elle est offerte, elle est donnée, elle est pauvre, elle attend. Mais elle ignore encore avec quelle plénitude doit se réaliser en elle le mot du Cantique : « Je suis à mon Bien-Aimé, et son cœur est tourné vers moi » (Cant., VII, 10). 

Elle savait sans doute par cœur les Écritures ; elle avait compris leur mouvement secret, l’orientation christique de chaque parole (…). Elle y cherche une Présence, elle y trouve une Personne où toute l’espérance humaine est contenue. 

Son cœur ne bat que dans cette prophétie : « la Vierge concevra et enfantera un fils. » (Is., vii, 14). Elle n’a jamais pensé qu’il pût être question d’elle. Son regard n’a qu’une direction dont il ne se départit jamais. Son regard est simple : elle ne s’est jamais aperçue d’elle-même.

Quand éclate l’apparition de l’ange et que résonne le premier Ave, elle se trouble : que signifie ce message ? S’il dit vrai, s’il vient de Dieu, il faut que sa parole ne contrarie pas le propos virginal dont Dieu lui-même lui a inspiré le vouloir :

— « Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? »

— « L’Esprit-Saint surviendra en toi, et la vertu du Très-Haut te couvrira de Son ombre » (Luc, I, 34-35). 

Sûre que c’est Dieu qui l’appelle, elle consent par ce mot qui a suscité la création dans une admirable dignité et qui la rétablit plus admirablement encore : « Fiat. Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole » (Luc, 1, 38). 

Maurice Zundel (1897-1975) 

Prêtre et théologien catholique suisse

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, Celle entre tous qui retenait ces choses en son cœur

Marie, Celle entre tous qui retenait ces choses en son cœur

A propos de la Vierge Marie il y a un point où les semeurs de trouble achoppent. Ils n’ont pas compris le sens de la phrase de l’Evangile : « Or il advint, comme il parlait ainsi, qu’une femme éleva la voix du milieu de la foule et lui dit : “Heureuses les entrailles qui t’ont porté et les seins que tu as sucés !” Mais il dit : “Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et l’observent !” » (Luc 11/27).

Ils tirent argument de ces paroles pour prétendre interdire aux chrétiens, et spécialement aux Catholiques de proclamer Marie Bienheureuse, conformément à l’évangile (Luc 1/48-49). Or la parole de Jésus qu’ils veulent tourner contre la Vierge Marie en argumentant, comment ne voient-il pas qu’elle s’applique magnifiquement d’abord à Marie pour dire qu’elle est bienheureuse d’abord pour avoir écouté la parole de Dieu et l’avoir observée ?

Marie n’a-t-elle pas écouté la parole de Dieu, n’y a-t-elle pas cru ? Ne l’a-t-elle pas mise en pratique ? – Marie dit à l’Ange Gabriel, à l’Annonciation « Je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole ! » (Message de Dieu transmis par l’Ange). (Luc 1/37) – Elisabeth dit à Marie : « Oui, bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur. (Luc 2/19). – « Quant à Marie elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditait dans son cœur ». (Luc 2/19). 

Il s’agit là de tout le récit de la naissance de Jésus à Bethléem dans la crèche. Nous n’aurions évidemment pas ce passage de l’évangile sur Bethléem si Marie n’avait pas « retenu ces choses dans son cœur »

Adapté de  Hervé-Marie Catta

http://www.1000questions.net/fr/chroniq/les-protestants.html

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, la Terreur des démons

Marie, la Terreur des démons

Malgré le fait que Satan ait séduit Ève, entraînant Adam à sa suite, Dieu non seulement nous a donné un Rédempteur qui par sa mort a vaincu la mort, mais dans la personne de la Femme, la Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, qui a écrasé en elle-même et en tout le genre humain la tête du serpent, il nous a fourni une avocate infatigable auprès de son Fils et notre Dieu, une plaideuse invincible pour les pécheurs les plus endurcis. 

C’est à cause de cela qu’elle est appelée « la Terreur des démons », car il est impossible pour le démon de faire périr un homme tant que ce dernier ne cesse lui-même de recourir à l’aide de la Theotokos.

Saint Séraphim de Sarov 

De l’Eglise russe orthodoxe (1759-1833)

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Marie, de silence en silence

Le partage de la Vierge est d’être en silence et d’écouter.

C’est son état, c’est sa voie, c’est sa vie.

Sa vie est une vie de silence qui adore la Parole éternelle.

En voyant devant ses yeux, en son sein, en ses bras,

Cette même Parole, la Parole substantielle du Père,

Être muette et réduite au silence par l’état de son enfance,

Elle entre en un nouveau silence et y est transformée

À l’exemple du Verbe incarné,

Qui est son Fils, son Dieu, son unique Amour.

Et sa vie se passe ainsi de silence en silence,

De silence d’adoration en silence de transformation.Cardinal Pierre de Bérulle (1575-1629)Adapté de L’Encyclopédie Mariale

Prions :

Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Source: une minute avec Marie