INDE – Dirigeants catholiques : « La politique incite à la haine religieuse, la violence est orchestrée »

INDE – Dirigeants catholiques : « La politique incite à la haine religieuse, la violence est orchestrée »

 » La violence qui sévit dans 13 endroits des États du nord de l’Inde n’est ni aléatoire ni le fait d’éléments isolés. Ils constituent un travail systématiquement orchestré et synchronisé pour intimider la communauté chrétienne, en particulier contre les petites communautés vulnérables et isolées, dans des États indiens connus pour ces violences ciblées ». C’est ce qu’a déclaré à l’Agence Fides l’écrivain et journaliste catholique John Dayal, ancien président de la All India Catholic Union, en commentant la  » journée noire  » du 3 octobre, au cours de laquelle 13 attaques contre des communautés chrétiennes ont été enregistrées. Selon Dayal, « les violences font suite aux menaces exprimées publiquement par des éléments de groupes extrémistes, tels que le Sangh Parivar, qui appellent à priver les communautés chrétiennes et musulmanes indiennes de leurs droits de citoyenneté.  


Dayal note : « La situation est préoccupante car des autorités politiques de haut niveau, telles que des ministres fédéraux et d’État, membres du Bharatiya Janata Party (BJP) au pouvoir, incitent ouvertement à la violence et apprennent aux gens à considérer les agriculteurs, les adivasis (tribus), les dalits et les minorités religieuses comme des ennemis de l’État. « Il s’agit d’une situation alarmante qui menace l’État de droit, la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de religion et de croyance », avertit Dayal. 
A.C. Michael, un laïc catholique, coordinateur national du United Christian Forum et ancien membre de la Commission des minorités de Delhi, a ajouté : « La politique en Inde a connu un déclin général. Nos politiciens prononcent des mots et des phrases qui blessent les gens ou créent des divisions et des discriminations. Je pense qu’il est du devoir et de la responsabilité des élus d’administrer le gouvernement du pays, de donner la priorité à l’harmonie nationale et de prononcer des mots qui unissent plutôt que de créer la haine dans la société ».


A. C. Michael s’attarde notamment sur l’épisode de Roorkee, dans l’Uttarakhand, où environ 500 extrémistes ont fait irruption dans une salle où 15 fidèles s’étaient réunis pour la prière dominicale, attaquant et blessant des chrétiens, dont l’un se trouve à l’hôpital dans un état critique. « C’est le résultat des déclarations irresponsables de certains individus et groupes politiques et sociaux qui incitent à la haine religieuse. Il y a des organisations qui semblent fournir des plateformes idéologiques pour la violence », note-t-il. « Ces personnes diffusent une propagande infondée et mensongère selon laquelle les chrétiens procèdent à des conversions religieuses par des moyens frauduleux, allégations qui ont été démenties à plusieurs reprises par les tribunaux. Je tiens à souligner qu’à ce jour, aucun tribunal n’a jamais jugé un chrétien coupable de convertir quelqu’un par des moyens frauduleux », conclut Michael. 


Les chrétiens en Inde représentent 2,3% (29 millions) des quelque 1,3 milliard d’habitants, dont la grande majorité est hindoue. 

Source: Agence Fides, le 5 octobre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s