Marthe Robin accusée de ‘fraude mystique’

Marthe Robin accusée de ‘fraude mystique’

Un livre à paraître début octobre aux éditions du Cerf met en cause la figure de Marthe Robin, évoquant une «fraude mystique». Pour le Père carme Conrad De Meester, décédé à fin 2019, «ses actes frauduleux sont si fréquents et si génialement orchestrés qu’il est impossible que Marthe n’en ait pas eu conscience». Pour les défenseurs de la vénérable co-fondatrice des Foyers de Charité, cette opinion personnelle ne saurait remettre en cause les avis favorables de dizaines d’autres experts exprimés lors du procès de béatification.

Le message spirituel de Marthe Robin ne serait pas de Marthe. Ses écrits seraient le résultat d’un patchwork habile mais frauduleux, à partir de dizaines d’auteurs mystiques. Presque trente ans après sa mort, tandis que Rome a reconnu, en 2014, ses vertus héroïques, un livre, à paraître le 8 octobre 2020, dénonce, selon son auteur, une imposture, explique La Croix.

La mise en cause émane du Père Conrad De Meester. Le carme belge (1936-2019), spécialiste de la mystique, avait été sollicité en 1988 pour étudier les textes de Marthe Robin en vue de son procès en béatification. Quand il meurt en décembre 2019, son supérieur découvre le manuscrit du livre de 400 pages au terme duquel il parvient à une conclusion sans concession: Marthe Robin a trompé son monde.

L’impossible retour à la vérité

La paralysie, les stigmates, l’absence de nourriture pendant un demi-siècle excepté l’hostie consacrée, les visions: le carme émet de sérieux doutes sur la véracité de ces phénomènes. Pour lui, la stigmatisée de Châteauneuf s’est peut-être convaincue elle-même, usant de tous les moyens pour maintenir l’illusion: «Ses actes frauduleux sont si fréquents et si génialement orchestrés qu’il est impossible que Marthe n’en ait pas eu conscience, souligne Conrad De Meester. La notoriété de Marthe, de ses ’expériences mystiques’ et le ‘culte’ qui a entouré sa personne ont rendu difficile sinon impossible un retour à la vérité.»

Source et suite sous: CATH.CH, le 2 octobre 2020

A noter que CATH.CH traite en cinq volets la thématique du procès en béatification de Marthe Robin. Voici les liens internet des quatre premiers. Le cinquième lien sera ajouté dès publication.

  1. Marthe Robin: La naissance d’une mystique 1/5
  2. Marthe Robin: la plus grande mystique du XXe siècle? 2/5
  3. Marthe Robin: une enquête diocésaine 3/5
  4. Marthe Robin: un procès à rebondissements 4/5

Marthe Robin: la Congrégation pour les causes des saints réfute Conrad De Meester

Marthe Robin à 28 ans ©FoyersDeCharité

Marthe Robin À 28 Ans ©FoyersDeCharité

Marthe Robin: la Congrégation pour les causes des saints réfute Conrad De Meester

Rien de neuf: toutes les objections ont été prises en compte

La Congrégation pour les causes des saints réagit à la publication du livre posthume du père carme flamand Conrad De Meester (1936-2019) sur Marthe Robin (1902-1981), publié en français aux éditions du Cerf et qui parle de « fraude mystique ».

Rien de neuf dans ce livre répond la Congrégation romaine.La mise au point du dicastère romain, en français et en date du 8 octobre 2020, remet les pendules à l’heure en rappelant l’enquête rigoureuse menée d’abord au niveau diocèsain pendant huit ans, et ensuite au niveau romain.

Et au passage, la Congrégation rappelle le secret professionnel juré par le théologien, comme c’est la règle dans les enquêtes canoniques.La Congrégation persiste et signe: Marthe Robin, qui a « quelque chose à dire aux jeunes« , a été déclarée « vénérable » (7 novembre 2014) et par conséquent un miracle devra être authentifié pour qu’elle soit béatifiée: aucun obstacle nouveau n’est révélé par le livre paru ce mois d’octobre 2020. Toutes les objections du théologien belge avait été examinées de son vivant par les commissions ad hoc et réfutées.Voici la déclaration de la Congrégation romaine:« L’enquête diocésaine sur la vie et les vertus de la Vénérable Marthe Robin a été instruite dans le Diocèse de Valence, en France, de 1988 à 1996.

Au cours de l’enquête, ont été nommés deux Théologiens Censeurs, dont l’un est le Père De Meester, chargés d’évaluer les écrits de Marthe Robin. En acceptant cette charge, le Père De Meester s’est engagé sous serment à maintenir le secret professionnel. Au terme de sa mission, il a remis un rapport écrit et a été auditionné par le Tribunal diocésain.

Dans son rapport, le Père De Meester émet un certain nombre de doutes, en particulier en ce qui concerne la dimension mystique de Marthe Robin. Celui du second Théologien en revanche ne contient pas de réserves en ce domaine.Tout ce qui est contenu dans le rapport d’expert du Père De Meester (336 pages) et tout ce qu’il a lui-même exposé devant le Tribunal diocésain au cours de son audition (72 pages), avec son argumentation et ses observations écrites, sont intégralement rapportés dans l’imposante Positio super virtutibus qui compte plus de 3000 pages.

La Positio contient également des documents visant à faire la lumière sur les problématiques signalées, par exemple une expertise graphologique, une évaluation médicale etc….Les observations critiques du Père De Meester ont été examinées pendant l’étude de la Cause en premier lieu par les Théologiens nommés par la Congrégation pour les Causes des Saints  puis par les Cardinaux et Evêques, membres de cette même Congrégation.

Sur la base de la totalité des documents contenus dans la Positio et des mises au point ajoutées par la Postulation, ceux-ci ont émis un jugement positif quant à l’héroïcité des vertus de Marthe Robin. »

Source: ZENIT.ORG, le 9 octobre 2020