« Je suis la Vierge des Pauvres »

« Je suis la Vierge des Pauvres »

Mariette BECO est née le 25 mars 1921 dans une famille ouvrière qui habite une modeste maison  à l’écart du village de Banneux, en face d’un grand bois de sapins. 

Le soir du 15 janvier 1933, Notre-Dame apparaît pour la première fois dans le jardin de la petite maison. Elle appelle Mariette par un signe de la main, mais la maman de Mariette lui défend de sortir. 

Le mercredi 18 janvier à 19h, Mariette est dans le jardin et prie à genoux. Tout à coup, Mariette quitte le jardin et s’engage sur la route où l’appelle la Dame. A deux reprises sur le chemin, elle tombe à genoux. Une troisième fois, elle se met à genoux près du fossé, devant une « flaque » d’eau provenant d’une source. La Dame lui parle : « Poussez vos mains dans l’eau. » Mariette le fait et répète ce que la Dame lui dit : « Cette source est réservée pour moi. Bonsoir, au revoir. »

Le 19 janvier, le temps est très mauvais. Mariette est à genoux dans le sentier. La Dame apparaît. Mariette lui demande : « Qui êtes-vous, belle Dame ? » « Je suis la Vierge des Pauvres. » La Vierge conduit l’enfant par le chemin jusqu’à la source. Mariette interroge encore : « Belle Dame, vous m’avez dit hier : cette source est réservée pour moi. Pourquoi pour moi ? » Mariette se désigne, croyant que la source est pour elle. Avec un sourire, la Vierge répond : « Cette source est réservée pour toutes les Nations … pour soulager les malades. » « Merci, merci » dit Mariette. La Vierge ajoute : « Je prierai pour toi. Au revoir. »

Le vendredi 20 janvier, Mariette reste au lit toute la journée : elle a mal dormi. A 18H45, elle se réveille, s’habille et sort. Quand la Vierge apparaît, Mariette s’écrie : « Oh, la voici. » Puis elle demande : « Que désirez-vous ma belle Dame ? » Souriante, la Vierge répond : « Je désirerais une petite chapelle. »

Suivent trois semaines de grand calme. La Vierge interrompt ses visites. Le 11 février, de nouveau, Mariette est entraînée sur la route. L’enfant s’agenouille deux fois, trempe ses mains dans l’eau à la source et fait un signe de croix. La Vierge apparaît et dit : « Je viens soulager la souffrance. » 

Marie apparaîtra encore le 15 et le 20 février suivants à la fillette pour lui demander avec insistance de « prier beaucoup ». Dix jours plus tard, Mariette reverra la Vierge une dernière fois, le jeudi 2 mars. Elle livrera le message confié par Marie : « Je suis la Mère du Sauveur Mère de Dieu. Priez beaucoup. »

Abbé Joseph Schmetz

Et aussi : L’Encyclopédie Mariale

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

« Je suis la Vierge des Pauvres »

« Je suis la Vierge des Pauvres »

Du 15 janvier au 2 mars 1933, la Vierge Marie est apparue huit fois à une fillette de 11 ans, Mariette Béco, à Banneux, ville située à 20 km de Liège, dans les Ardennes, en Belgique.

Mariette Bécoest née le 25 mars 1921, aînée d’une famille modeste et non pratiquante de sept enfants, domiciliée au lieu-dit « la Fange », sur la route de Pépinster à Louveigné. Elle ne fréquente ni l’église ni le catéchisme.

Or le dimanche 15 janvier 1933, vers dix-neuf heures, Mariette est assise devant la fenêtre, au domicile de ses parents. Dehors, il fait nuit, il neige. Il gèle à -12 degrés. Mariette soulève le rideau. Avec surprise, elle voit une « lumière » dans le jardin, puis aperçoit une « belle Dame ». (…)

Le 19 janvier 1933, la Dame revient et Mariette demande :

– « Qui êtes-vous, ma belle Dame ? » – « Je suis la Vierge des Pauvres. »

Puis la Vierge invite l’enfant à plonger ses mains dans une source… « Une source pour toutes les nations […] pour soulager les malades », explique la Vierge.

Le 11 février, à dix-neuf heures, Mariette sort à son habitude dans le jardin, accompagnée de six personnes. Elle récite un premier chapelet, sans que rien ne se passe.

« Si nous disions un second chapelet ? », suggère Mariette. Parvenue à la cinquième dizaine, elle tombe subitement à genoux, puis, comme lors des précédentes apparitions, elle se rend à la source, s’agenouille et trempe son chapelet dans l’eau froide. – « Je viens soulager la souffrance », entend-elle.

Le 2 mars 1933, la Sainte Vierge dit : « Je suis la Mère du Sauveur, Mère de Dieu. Priez beaucoup. Adieu ! » (Notons que l’année 1933 est le moment de l’accession d’Hitler au pouvoir ; le message des apparitions dans ce contexte n’en prend que plus de relief).


Le 22 août 1949, l’évêque diocésain reconnaît officiellement les apparitions de Banneux.

Source : Patrick Sbalchiero, Extraits de l’article « Banneux », dans : René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire encyclopédique des apparitions de la Vierge

Voir aussi : Notre Histoire avec Marie

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie