« Le pape François qui se lâche », « un complot conservateur »: tout cela est-il bien réel ?

Photo par Nacho Arteaga / Unsplash

D’Ed. Condon sur The Pillar :

Le « Pape François qui se lâche », un « complot conservateur » : les deux sont-ils réels ?

Nombreux sont ceux qui affirment que la mort de Benoît XVI marquera le début d’une nouvelle ère pour le pape François, et qui prédisent un retour de flamme des conservateurs. L’un ou l’autre est-il vrai ?

19 janvier 2023

Après le décès du pape Benoît XVI, la veille du Nouvel An, certaines personnalités du Vatican ont prédit que la mort du pape émérite marquerait le début d’une « nouvelle ère » du pontificat de François, libéré de la contrainte de son prédécesseur.

Et même avant les funérailles de Benoît XVI, certains observateurs de l’Église ont également affirmé qu’il y avait une sorte de résistance renouvelée au pape François parmi ses détracteurs « conservateurs », et qu’il était même question de complots visant à forcer le pape à quitter son poste.

L’un ou l’autre de ces récits est-il réel ?

La mort de Benoît XVI est-elle vraiment susceptible d’affecter la gouvernance de l’Église par François ? Dans quelle mesure les rumeurs d’une guerre civile ecclésiastique à Rome sont-elles réelles ? Ou bien ces deux récits sont-ils en réalité les signes d’une impatience croissante des catholiques progressistes à l’égard d’un pape qui, selon certains, n’est pas allé « assez loin » au cours de la première décennie de son règne ?

La mort du pape Benoît XVI, le 31 décembre, a eu le caractère inhabituel de sembler à la fois soudaine et attendue pour beaucoup dans l’Église, et en particulier à Rome. Au cours de la décennie qu’il a passée à vivre dans son statut auto-créé de « pape émérite », il est devenu de moins en moins visible, et ses déclarations publiques (jamais fréquentes) de moins en moins nombreuses.

Si certaines de ses rares contributions à la vie de l’Église, comme sa lettre de 2019 sur la responsabilité épiscopale à la suite du scandale McCarrick, ont été chaleureusement accueillies par toutes les parties, d’autres ne l’ont pas été.

Notamment en 2020, lorsqu’un livre défendant le célibat clérical a été publié, citant Benoît XVI comme co-auteur avec le cardinal Robert Sarah, de nombreux commentateurs « pro-François » de premier plan l’ont dénoncé comme une tentative de l’ancien pape (et de ses partisans) de bloquer la liberté de son successeur de réformer l’Église comme il l’entendait.

Cette critique a été renouvelée lorsque le pape François a refusé d’assouplir la discipline du célibat après le Synode sur l’Amazone, et a alimenté un récit plus large selon lequel le pape aurait pu, ou aurait été plus audacieux sur toute une série de questions – du clergé marié aux unions entre personnes de même sexe, en passant par l’ordination des femmes – s’il n’y avait pas eu la force restrictive de son prédécesseur nonagénaire vivant en semi-retraite au fond du jardin.

François a, bien sûr, rendu visite à Benoît XVI au monastère Mater ecclesia, et il n’existe aucune trace de ce dont les deux hommes ont pu discuter en privé, ni aucun moyen définitif de savoir à quel point l’ancien pape a influencé ou même retenu François. Mais la suggestion, souvent émise à la suite de la mort de Benoît XVI, selon laquelle le pape émérite aurait été une sorte de frein à un pontificat radical de François n’a pas beaucoup d’exemples évidents sur lesquels s’appuyer.

Le livre controversé sur le célibat clérical, dont le nom de Benoît XVI a ensuite été retiré en tant que co-auteur, ne s’est pas écarté de manière significative des nombreuses déclarations publiques de François en faveur de cette discipline.

De même, les attentes d’un changement définitif sur des questions telles que l’ordination des femmes et la reconnaissance par l’Eglise des unions homosexuelles ont été maintes fois alimentées et déçues pendant l’ère François, le pape lui-même ayant souvent fait part de ses propres réserves sur ces sujets.

Et sur les questions de signature de Benoît XVI, comme l’utilisation de la forme extraordinaire de la liturgie, le pape émérite n’a pas semblé vouloir ou pouvoir empêcher François d’abroger effectivement l’héritage de son prédécesseur.

En effet, dans les jours qui ont suivi la mort de Benoît XVI, son ancien secrétaire privé, l’archevêque Georg Gänswein, a publié un livre « révélant » ce que beaucoup supposaient déjà : que Benoît XVI avait le « cœur brisé » par la promulgation de Traditionis custodes par François en 2021. Pourtant, le livre, présenté comme une révélation controversée, n’indique pas que Benoît XVI ait offert ou encouragé une résistance à la décision de François, mais qu’il l’a acceptée comme la volonté du pape.

Malgré cela, le récit selon lequel « François aurait pu faire plus sans Benoît » a gagné en popularité dans de nombreux coins de l’Église, peut-être surtout dans l’Allemagne natale de l’ancien pape, où bon nombre des propositions de réforme les plus radicales et non réalisées ont constitué le cœur de la « voie synodale » que François a cherché à contrôler à plusieurs reprises.

Et il est probablement utile de noter que, lorsque Benoît XVI était vivant mais absent des affaires de l’Église, François a été dénoncé pour son manque de « courage » à produire une « vraie réforme » par les organisateurs synodaux, sans référence à son prédécesseur.

En fait, un examen impartial des paroles et des actes de François sur des questions telles que l’ordination des femmes, le clergé marié et l’homosexualité confirme probablement la conclusion de 2019 du commentateur du Vatican Austen Ivereigh, qui a déclaré que Benoît et François étaient « des hommes très différents et des papes très différents. Mais sur les fondamentaux, il semble y avoir peu de distance entre eux ».

Bien que peu des plus éminents champions autoproclamés de François puissent être d’accord avec cette conclusion aujourd’hui, le récit selon lequel Benoît exerçait une sorte de force de retenue (importune et illicite) sur François peut être une sorte de critique détournée du pape actuel, et une expression de frustration qu’il ne soit pas allé plus loin avec un programme de réforme pour lequel il a dégagé beaucoup d’espace, mais offert peu de soutien pratique.

Peu après les funérailles de Benoît XVI, et amplifiés par la publication du livre de Gänswein, des reportages et des commentaires ont également commencé à circuler sur un supposé « plan secret » des conservateurs visant à chasser le pape François de ses fonctions.

Ces rapports, qui ont fait leur chemin dans la couverture médiatique séculière, ont proposé des théories de conspiration parfois macabres, allant de complots visant à faire pression sur François pour le forcer à démissionner à un supposé « conclave secret » tenu par des cardinaux qui ont rejeté l’élection de François et considéré le siège de Pierre comme vacant après la mort de Benoît XVI.

Si l’existence de conclaves secrets relève manifestement de la fantaisie, la critique du pontificat de François existe bel et bien dans l’Église. Nombreux sont ceux – y compris des évêques et des cardinaux – qui ont fait part publiquement de leurs préoccupations quant aux méthodes et aux objectifs du processus synodal mondial en cours. Mais y a-t-il vraiment des preuves que ces préoccupations se soient amplifiées ces dernières semaines, ou qu’elles fassent partie d’un « complot conservateur » visant à renverser le pape après la mort de Benoît XVI ?

Peu de temps après sa propre mort, 10 jours après Benoît XVI, le cardinal Pell a été crédité de la paternité du mémo Demos de l’année dernière, une critique acerbe du pontificat de François, portant sur des questions telles que le synode, la clarté de l’enseignement de l’Église et la réforme financière du Vatican. L’éditeur du mémo, le journaliste du Vatican Sandro Magister, a déclaré que Pell avait donné la permission de l’identifier comme l’auteur après sa mort. Il se trouve que l’annonce de Magister à cet effet a coïncidé avec un article écrit par Pell pour un magazine britannique, qui répétait les critiques du processus synodal. La diffusion posthume des critiques de Pell a fait la une des journaux. Et, dans le cas du mémo Demos, elle a donné lieu à un débat animé sur ce que Pell pensait que le prochain pape devrait faire, lorsqu’il arriverait. Mais le mémo Demos a été diffusé pour la première fois il y a près d’un an, et le moment où Pell a été démasqué en tant qu’auteur était apparemment lié à sa propre mort, et non à celle de Benoît XVI (à moins que des théories de conspiration encore plus effrayantes ne soient avancées), et donc difficilement crédible pour un complot actuel contre le pape François. Plus précisément, de nombreuses préoccupations de Pell concernant l’agenda synodal ont été reprises depuis un certain temps par d’autres personnes, y compris des voix libérales de premier plan, comme le cardinal Walter Kasper.

De même, dans des commentaires de presse précédant la publication d’un livre, l’ancien préfet de la CDF, le cardinal Gerhard Müller, a mis en garde contre le « paradigme contradictoire » utilisé dans le processus synodal pour remettre en question l’enseignement de l’Eglise, mais il a présenté ses critiques comme une « aide [aux] personnes qui ont des problèmes avec ce pontificat », plutôt que comme une opposition directe à François lui-même.

Dans tous les cas, les préoccupations exprimées par des personnalités telles que Pell, Kasper et Müller sont bien antérieures à la mort de Benoît XVI et leur couverture est presque toujours présentée en opposition au soutien supposé de François à un programme incluant le clergé marié, l’ouverture à l’ordination des femmes et l’acceptation par l’Église des relations homosexuelles.

Plutôt qu’une nouvelle « guerre civile » au Vatican, il semble que les choses se déroulent comme d’habitude au cours d’un pontificat dans lequel François a régulièrement déclaré qu’il souhaitait une discussion ouverte sur les questions litigieuses.

Avant l’étape finale du processus synodal mondial qui doit débuter à Rome en octobre, ces mêmes questions litigieuses feront sans aucun doute l’objet du même type de débat fébrile et de création d’attentes qui ont précédé les sessions synodales précédentes. Mais pour l’instant, François n’a donné aucune indication qu’il allait procéder aux réformes radicales réclamées par certaines branches de l’Église, même s’il semble disposé à leur permettre de façonner l’ordre du jour des réunions.

Si ces réformes radicales n’arrivent pas, il est probable que les personnes déçues par l’incapacité de François à respecter cet ordre du jour accuseront les « conservateurs » d’avoir freiné le pape.

Ce reproche sera-t-il justifié ?

François ayant la réputation d’être un homme difficile, voire impossible à gérer, il semble plus probable que ce soit le pape lui-même, et non une « vaste conspiration de droite », qui décide de ce qu’il fera du reste de son pontificat, et de ce qu’il ne fera pas.

Source : The Pillar, le 19 janvier 2023

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s