Les dominicains en Ukraine ouvrent leurs maisons aux déplacés

Le père Jaroslaw Krawiec, OP

Les dominicains en Ukraine ouvrent leurs maisons aux déplacés

Le vicaire provincial des dominicains, le père Jaroslaw Krawiec, parle de la récente visite à Noël du cardinal Krajewski et de l’aide que sa congrégation apporte aux personnes touchées par le conflit: «Je n’aurais jamais pensé me retrouver dans cette situation, mais dès le début, j’ai senti que c’était ma place. La guerre m’a lié à ce pays».

Svitlana Dukhovych – Cité du Vatican

Pour les dominicains qui exercent leur ministère en Ukraine, le Noël dernier a été comme pour tous les Ukrainiens: dur d’un côté à cause de la guerre, de l’autre un moment attendu avec impatience car la Nativité pour les croyants apporte l’espoir et renforce la foi. Le père Jaroslaw Krawiec, vicaire provincial de l’Ordre des Prêcheurs en Ukraine, déclare dans une interview aux médias du Vatican: «Cette année, nous avons célébré de manière spéciale à Fastiv, une ville près de Kiev, où se trouvent notre monastère, la paroisse et le centre d’aide humanitaire de Saint-Martin-de-Porres. Ce qui a tout arrangé, dit-il, c’est la présence du cardinal Konrad Krajewski, qui a accepté de célébrer Noël avec eux».

Lorsque le dominicain et l’aumônier du Pape se sont rendus à Fastiv -une ville qui connaît des problèmes d’électricité et de lumière comme dans de nombreuses autres villes et villages – les générateurs ont dû être mis en marche. «Nous sommes déjà habitués à cela», souligne le religieux, «mais je pense que pour lui, cette situation lui a permis de mieux nous comprendre tous, non seulement les pères et les moniales dominicains, mais surtout les personnes qui doivent faire face à ces problèmes tous les jours».

Le cardinal Krajewski durant les fêtes de Noël en Ukraine

Le cardinal Krajewski durant les fêtes de Noël en Ukraine

Noël avec l’invité inattendu

La veille de Noël, le cardinal Krajewski a partagé la table avec les pères dominicains, les volontaires, mais aussi les réfugiés dont les religieux s’occupent depuis le début de la guerre. Plus tard, pendant la messe, le cardinal a prononcé une homélie qui, selon le père Jaroslaw, a ému les fidèles. «Il a exprimé la conviction, dit le dominicain, que si Jésus était né maintenant, il serait né ici, en Ukraine. En regardant les personnes présentes, j’ai vu des larmes dans leurs yeux: les paroles du cardinal avaient touché les cœurs. Il a également transmis les salutations du Pape François à chacun d’entre nous, en disant que le Saint-Père est très proche de nous, qu’il se soucie de nous. Il a également remis un chapelet, cadeau du Saint-Père, qui a été immédiatement remis à l’une des familles de bénévoles qui aident le foyer Saint-Martin-de-Porres à Fastiv».

Un chapelet qui ne doit pas demeurer comme un cadeau que certaines personnes reçoivent et conservent comme des objets de musée a demandé le cardinal Krajewski. «C’est un cadeau qui doit nous aider à prier», a déclaré le cardinal. Le père Jaroslaw a ajouté que ce chapelet a donné une impulsion au lancement d’une initiative de prière dans la paroisse de Fastiv.

L’aumônier du Pape s’est arrêté pour la nuit dans le monastère dominicain. Le père Jaroslaw explique que la structure est constituée de petites maisons données il y a trente ans à la congrégation par l’une des entreprises de construction polonaises, qui est partie après avoir terminé les travaux sur place. Au début, les maisons ne convenaient pas vraiment à une résidence de longue durée, mais elles ont été rénovées par la suite. «C’est pourquoi le cardinal a pu ressentir que lorsqu’il n’y a pas de lumière, il fait vite froid et sombre», a expliqué le père Jaroslaw, qui a ajouté: «Pour nous, ce fut une grande joie de rencontrer une personne qui sert les nécessiteux de manière évangélique. C’était un signe de la proximité du Saint-Père».

La force de continuer

Pour le prêtre dominicain, la visite de l’aumônier papal était très importante et nécessaire non seulement pour les personnes dont les dominicains s’occupent, comme les réfugiés, mais surtout pour eux-mêmes et les bénévoles qui les aident. «C’était agréable de prier ensemble avec le cardinal», raconte-t-il. «Il est entré dans la chapelle, s’est assis et a confessé les personnes, nos volontaires, qui voulaient s’approcher du Sacrement avant Noël : de manière totalement inattendue, l’opportunité de le faire avec le cardinal Krajewski s’est présentée à tous. C’est très important: les personnes qui se sacrifient, qui offrent leur vie pour les autres, ont besoin d’être renforcées dans leur foi. Nous ne nous attendions pas à ce que le soutien arrive de cette manière, pour nous c’était un signe que la grâce de Dieu est avec les gens qui aident les autres».

Aider les personnes fuyant la guerre

Pendant la guerre, les pères dominicains, qui servent dans six endroits différents en Ukraine, aident les gens de diverses manières. L’une d’entre elles est l’aide humanitaire. Le 6 janvier, la Maison des familles déplacées a été inaugurée à Fastiv. Elle a été bénie par le nonce apostolique en Ukraine, l’archevêque Visvaldas Kulbokas. Le père Jaroslaw rapporte que depuis 2019, les religieux cherchent un lieu où ils peuvent servir les personnes ayant des besoins divers, les personnes âgées, les malades, les pauvres. Avec l’aide de l’administration locale, il a été possible d’obtenir le bâtiment d’un ancien hôpital, où les travaux de rénovation ont commencé en 2020. Lorsque la guerre a éclaté à grande échelle, il est rapidement devenu évident que la maison serait utilisée pour les réfugiés, étant donné le nombre de personnes qui perdaient les leurs. Grâce à l’aide de bienfaiteurs, les travaux du premier étage du bâtiment ont été achevés et près de cinquante personnes venues de différentes régions d’Ukraine – de Bakhmout, de Pokrovsk, de la banlieue de Kharkiv – ont ainsi pu être hébergées. Les dominicains continuent à travailler pour achever la rénovation de deux autres étages du bâtiment dès que possible et offrir une assistance à encore plus de personnes, ainsi que la possibilité, dans la mesure du possible, de mener une vie paisible.

En outre, les dominicains apportent une aide humanitaire aux endroits les plus touchés par la guerre. Récemment, ils ont visité Kharkiv, Izyoum, Balaklia. Plusieurs fois, ils sont allés à Kherson. Après la libération des territoires de la région de Kiev, ils aident activement les habitants de la région de Fastiv, qui a été détruite lors des attaques de l’armée russe. Fastiv, situé à 70 km au sud-est de Kiev, a été épargné par ce sort.

Des études pour les jeunes malgré la guerre

Un autre service que les pères dominicains rendent en Ukraine est la gestion de l’Institut des sciences religieuses Saint-Thomas d’Aquin à Kiev: «Je crois que cela aussi est une mission très importante», observe le vicaire provincial, selon lequel «la tâche de l’Église en temps de guerre n’est pas seulement d’aider et de fournir une aide humanitaire, mais aussi d’enseigner et de témoigner de la vérité». «J’ai moi-même été très surpris, admet-il, par le nombre de nouveaux étudiants inscrits en septembre de cette année. Certains ont dit : « Avec votre aide, nous voulons comprendre ce qui se passe actuellement en Ukraine, ce qui se passe dans le monde ». Dans un contexte de guerre, explique le père Jaroslaw, le processus éducatif est compliqué : l’enseignement se déroule à la fois en ligne et en présence, de sorte que même les étudiants qui se trouvent à l’étranger peuvent poursuivre leurs études». L’Institut Saint-Thomas d’Aquin connaît actuellement les mêmes difficultés que tous les établissements d’enseignement en Ukraine: souvent, il n’y a pas de lumière, pas d’Internet, parfois certains enseignants ne peuvent pas se connecter, parfois les étudiants perdent leur connexion. «Mais nous essayons de surmonter ces difficultés», assure le père Jaroslaw, «il est important que les jeunes poursuivent leurs études, car malgré la guerre, nous voulons aussi penser à l’avenir. Et c’est l’une des réponses de notre Ordre et de l’Église catholique à cette situation».

Être avec les gens

«L’essentiel maintenant est d’être avec les gens : comme des frères, comme des prêtres, comme ceux qui apportent la bonne parole, la parole de l’Évangile, apportent Jésus-Christ dans les sacrements de l’Église», répète le prêtre, résumant le cœur de leur mission pendant la guerre. «Bien sûr, l’aide humanitaire est également importante. Nous recevons beaucoup d’aide de nos frères et sœurs dominicains dans le monde entier. Ils voient que grâce à nous, qui sommes ici en Ukraine, ils peuvent aider les personnes qui souffrent de la guerre.»

Il reste peu de gens en Ukraine qui se souviennent de la Seconde Guerre mondiale. Pour la plupart des Ukrainiens, l’expérience d’un conflit d’une telle ampleur est sans précédent. «Je n’ai jamais pensé que je me retrouverais à vivre dans des conditions de guerre, mais dès le début, confesse le père Jaroslaw, j’ai senti que c’était ma place, même si je ne suis pas ukrainien mais polonais. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette guerre, on pourrait dire, m’a lié encore plus à l’Ukraine, où j’exerce mon ministère de dominicain, de prêtre. Cette situation soulève bien sûr diverses questions pour moi, je ressens parfois de l’incertitude, de la peur pour l’avenir. Mais d’un autre côté, on ressent beaucoup la grâce de Dieu, la force qui vient de Lui». Ainsi, poursuit le religieux, «en me regardant et en regardant mes frères et sœurs dominicains, je vois un grand courage, une grande volonté de rester simplement à l’écart, de servir, de se donner, de donner sa vie, son temps, sa force, tout ce que nous avons à ceux qui sont dans le besoin maintenant, qu’ils soient catholiques ou croyants. Le cardinal Krajewski en a également parlé lorsqu’il est venu chez nous et a prêché pendant la messe de Noël. Il a dit que Jésus répète à tous les hommes: « Venez à moi, vous tous qui travaillez et qui êtes accablés ». C’est-à-dire qu’il s’adresse à tous, pas seulement aux croyants ou aux catholiques. Et je pense que notre service en tant qu’Église, surtout maintenant, dans des conditions de guerre, devrait vraiment s’adresser à tout le monde».

Source: VATICANNEWS, le 12 janvier 2023

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s