USA : la Cour suprême annule Roe v. Wade dans une décision historique sur l’avortement

De Katie Yoder et Shannon Mullen sur Catholic News Agency :

La Cour suprême annule Roe v. Wade dans une décision historique sur l’avortement

24 juin 2022

La Cour suprême a annulé l’arrêt Roe v. Wade dans une décision historique rendue vendredi (6-3) qui met fin de manière soudaine et spectaculaire à près d’un demi-siècle de légalisation de l’avortement à l’échelle nationale aux États-Unis. 

Cette décision, rendue dans l’affaire de l’avortement au Mississippi, Dobbs c. Jackson Women’s Health Organization, est largement considérée comme l’arrêt le plus attendu et le plus important de la Cour suprême depuis Roe. Il annule non seulement Roe, l’arrêt historique de 1973 sur l’avortement, mais aussi Casey v. Planned Parenthood, une décision de 1992 qui confirmait Roe.

« L’avortement pose une profonde question morale. La Constitution n’interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d’interdire l’avortement. Roe et Casey ont arrogé cette autorité », indique l’avis. « Nous annulons maintenant ces décisions et rendons cette autorité au peuple et à ses représentants élus. »

L’avis Dobbs a été rédigé par le juge associé Samuel A. Alito Jr. Les juges associés Clarence Thomas, Neil M. Gorsuch, Brett M. Kavanaugh et Amy Coney Barrett se sont joints à cette opinion. Thomas et Kavanaugh ont déposé des opinions concordantes. Le juge en chef John Roberts a déposé une opinion concordante dans le jugement. Les juges associés Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan sont dissidents.

« En annulant Roe et Casey, cette Cour trahit ses principes directeurs. C’est avec tristesse – pour cette Cour, mais surtout pour les millions de femmes américaines qui ont perdu aujourd’hui une protection constitutionnelle fondamentale – que nous nous dissocions », peut-on lire dans l’opinion dissidente.

La décision n’interdit ni ne criminalise l’avortement, pas plus qu’elle ne reconnaît le droit constitutionnel à la vie d’un enfant à naître. Mais d’un seul coup d’un seul, la décision de la Cour balaie des barrières juridiques bien établies, créées et strictement appliquées par le pouvoir judiciaire fédéral, qui, depuis des décennies, empêchaient des États comme le Mississippi de restreindre fortement ou d’interdire le meurtre d’enfants à naître dans l’utérus.

Ce faisant, la décision ouvre une nouvelle ère dans la politique de l’avortement aux États-Unis, le champ de bataille se déplaçant désormais vers les législatures des États. Ces organes démocratiquement élus sont désormais libres de débattre et de réglementer l’avortement comme ils l’entendent, comme cela s’est produit tout au long de l’histoire américaine avant que la Cour suprême ne fédéralise la question.

Dans le même temps, cet arrêt marque un tournant décisif pour l’Église catholique et le mouvement pro-vie aux États-Unis, qui ont laborieusement cherché à faire annuler l’arrêt Roe depuis que cette décision historique a été rendue le 19 janvier 1973 (7-2).

« L’Amérique a été fondée sur la vérité que tous les hommes et les femmes sont créés égaux, avec des droits donnés par Dieu à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur », ont déclaré l’archevêque Jose H. Gomez de Los Angeles et l’archevêque William E. Lori de Baltimore dans une déclaration commune après la publication de l’avis.

« Cette vérité a été gravement niée par l’arrêt Roe v. Wade de la Cour suprême des États-Unis, qui a légalisé et normalisé la prise de la vie humaine innocente », ont poursuivi les évêques catholiques. « Nous remercions Dieu aujourd’hui que la Cour ait maintenant annulé cette décision ». M. Gomez est président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), et Mme Lori est présidente du comité des activités pro-vie de l’USCCB.

« La décision d’aujourd’hui est également le fruit des prières, des sacrifices et du plaidoyer d’innombrables Américains ordinaires de tous horizons. Au cours de ces longues années, des millions de nos concitoyens ont travaillé ensemble pacifiquement pour éduquer et persuader leurs voisins de l’injustice de l’avortement, pour offrir des soins et des conseils aux femmes, et pour travailler à des alternatives à l’avortement, y compris l’adoption, le placement en famille d’accueil et les politiques publiques qui soutiennent réellement les familles », poursuit le communiqué.

« Nous partageons leur joie aujourd’hui et nous leur en sommes reconnaissants. Leur travail pour la cause de la vie reflète tout ce qui est bon dans notre démocratie, et le mouvement pro-vie mérite d’être compté parmi les grands mouvements pour le changement social et les droits civils dans l’histoire de notre nation. »

Une décision conforme au projet qui a fuité

L’issue de l’affaire Dobbs n’est guère surprenante, puisque l’avis final ressemble en grande partie à un projet rédigé par Alito en février, qui a été divulgué à la presse le 2 mai.

Dans l’affaire Roe v. Wade, la Cour a statué que les États ne pouvaient pas interdire l’avortement avant la viabilité, que la Cour a déterminée comme étant de 24 à 28 semaines de grossesse. Près de 20 ans plus tard, la Cour a confirmé l’arrêt Roe dans l’affaire Planned Parenthood v. Casey. L’arrêt de 1992 stipulait que si les États pouvaient réglementer les avortements avant la viabilité, ils ne pouvaient pas imposer une « charge excessive », définie par la Cour comme « un obstacle substantiel sur le chemin d’une femme cherchant à avorter d’un fœtus non viable ».

La loi sur l’âge gestationnel du Mississippi, qui fait l’objet de l’affaire Dobbs, remet directement en cause ces deux décisions, car elle interdit l’avortement après 15 semaines, soit bien avant le point de viabilité.

« La décision Roe était manifestement erronée dès le départ. Son raisonnement était exceptionnellement faible, et la décision a eu des conséquences dommageables. Et loin d’apporter un règlement national de la question de l’avortement, Roe et Casey ont enflammé le débat et approfondi la division », indique l’avis.

« Il est temps de tenir compte de la Constitution et de renvoyer la question de l’avortement aux représentants élus du peuple », indique l’avis.

Source: CATHOLIC NEW AGENCY, le 24 juin 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s