Le patriarche russe Kirill, criminel de guerre ?

Le patriarche russe Kirill, criminel de guerre ?

Alors que la guerre d’agression brutale de la Russie en Ukraine s’est intensifiée, le chef de l’Église orthodoxe russe, le patriarche Kirill, n’a pas dit un mot contre l’agression russe. 

Pour Kirill, obéissant aux ordres de la censure russe, il n’y a pas de « guerre » en Ukraine. 

Au lieu de cela, dans sa première déclaration publique après l’attaque russe, Kirill ne pouvait que « profondément sympathiser avec toutes les personnes touchées par cette tragédie », comme si les Ukrainiens étaient victimes d’une inondation ou d’un tremblement de terre. 

La voix de Kirill compte en tant que chef du plus grand corps religieux de Russie – qui revendique l’Ukraine comme son « territoire canonique » – un qui est profondément lié à l’agenda de Vladimir Poutine et à celui de son régime. .

Le double langage de Kirill sur « les événements qui se déroulent » n’est pas seulement répréhensible – il pourrait même constituer un crime international. C’est à cause de l’importance de la propagande religieuse et de l’incitation dans cette guerre. 

Kirill et ses subordonnés ont pendant des années colporté des allégations de complot de persécution contre l’Église du Patriarcat de Moscou en Ukraine, à la suite de l’octroi de l’autocéphalie (indépendance) à l’Église orthodoxe d’Ukraine par le Patriarcat œcuménique basé à Istanbul. 

Kirill a affirmé recevoir « un rapport hebdomadaire sur ces violations de la loi, les souffrances que vivent les gens… la violence, les passages à tabac, les combats pour les églises ».

Le ministre des Affaires étrangères de fait de Kirill, le président du département des relations extérieures de l’Église, le métropolite Hilarion, a allégué une campagne « avec la participation des autorités » de passages à tabac et de saisies d’églises.

La campagne de propagande systématique de son Église sur l’Ukraine a été utilisée pour justifier la guerre par Poutine. 

Dans son discours du 21 février sur la reconnaissance des soi-disant « républiques populaires » de Donetsk et de Louhansk, Poutine a reproduit la propagande du patriarcat de Moscou : « Kiev continue de préparer la destruction de l’Église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Moscou… »

Kirill a longtemps fait écho à la principale affirmation de Poutine sous-jacente à sa guerre : le déni de l’existence d’un peuple ukrainien distinct. 

Poutine et Kirill affirment tous deux que les Russes et les Ukrainiens forment « un seul peuple ». Kirill a de nouveau invoqué cette théorie lorsque la Russie a bombardé des immeubles d’appartements et des hôpitaux ukrainiens.

Le 27 février, tout en faisant des remarques superficielles sur la prière pour la paix, Kirill a réitéré ses thèmes familiers sur l’Ukraine : « la situation politique actuelle dans l’Ukraine fraternelle » avec « les forces du mal qui ont toujours lutté contre l’unité de la Russie » et l’Église russe (la soi-disant « junte nazie » ?).

« A Dieu ne plaise qu’une ligne terrible tachée du sang de nos frères soit tracée entre la Russie et l’Ukraine », a-t-il poursuivi (sans laisser entendre que quelqu’un en particulier soit responsable de ce bain de sang), ajoutant une mise en garde contre le fait de donner « l’extérieur sombre et hostile force une occasion de se moquer de nous ».

Il a même précisé qu’en demandant au Seigneur de « protéger la terre russe contre les ennemis extérieurs », il inclut l’Ukraine et la Biélorussie en Russie, aux côtés d’ »autres tribus et peuples ». 

Les défenseurs ukrainiens combattent les envahisseurs russes mais, selon Kirill, le conflit est en fait entre un peuple Rus mythiquement uni (« Rus » est l’entité médiévale dont descendent les Russes et les Ukrainiens modernes) et des « ennemis extérieurs ». Ces puissants acteurs anonymes, selon Kirill, ont tenté de forcer les habitants du Donbass à organiser une « gay parade ».

Le 3 mars, le jour même où Poutine profère une menace manifestement génocidaire de « détruire cette « anti-Russie » créée par l’Occident », le Patriarcat de Moscou fait circuler dans ses diocèses le texte d’une prière spéciale, « approuvée » par Kirill, pour être lu dans ses églises. 

Ce texte réitère le trope mondial russe du baptême commun du peuple russe et demande un « esprit d’amour fraternel ». Il demande à Dieu, « dans une langue étrangère, de gronder ceux qui veulent et de prendre les armes contre la Sainte Russie – d’interdire et de renverser leurs plans ». 

Cette propagande de guerre est destinée à être lue dans toutes les églises du Patriarcat de Moscou – y compris, grotesquement, celles d’Ukraine. 

Complicité de crimes de guerre ?

Cela confirme que Kirill est en phase avec la rhétorique de guerre de Poutine et expose en outre le patriarche à des accusations de complicité active dans des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des génocides.

Reconnaissant la complicité de Kirill, un nombre croissant de ses évêques en Ukraine refusent de commémorer le « patriarche de l’opération militaire » dans leurs services religieux, défiant les menaces de Moscou.

Les paroles de propagandistes influents peuvent avoir un impact réel. Reconnaissant cela, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques stipule : « Toute propagande en faveur de la guerre est interdite par la loi ».

Les cours et tribunaux internationaux depuis Nuremberg ont attribué la responsabilité pénale individuelle non seulement aux auteurs directs d’atrocités, mais aussi aux complices – ceux qui « aident ou encouragent ». 

Une personne qui aide ou encourage d’autres personnes à commettre des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou un génocide peut être tenue pénalement responsable. Ceci est codifié, par exemple, dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI).

Avec des questions sur la compétence et l’intention criminelle, et en l’absence de tout précédent contraignant, il est impossible de dire si un procureur international considérerait des accusations contre Kirill. 

Il est cependant concevable qu’un éminent idéologue du régime qui lance un barrage de propagande incitant avant et pendant un conflit puisse être accusé d’avoir aidé ou encouragé la perpétration de crimes de guerre ou d’avoir incité d’autres personnes au génocide. En fin de compte, la question de savoir si Kirill est coupable de crimes internationaux est une question à laquelle seule une cour ou un tribunal compétent pourrait répondre. 

Le 26 février, l’Ukraine a engagé une procédure contre la Fédération de Russie devant la Cour internationale de Justice, alléguant un génocide. 

Le 2 mars, le procureur de la CPI a décidé de poursuivre les enquêtes sur les crimes présumés en Ukraine. Bien sûr, la remise effective des auteurs de cette guerre entre les mains de la justice internationale pourrait être considérée comme un miracle encore plus grand que la disparition d’une montre Breguet. 

Compte tenu de la responsabilité pénale du régime de Poutine, Kirill et ses subordonnés ne figureront pas en tête de liste. 

Néanmoins, il n’y a pas de délai de prescription pour les crimes de guerre et ni le statut de prêtre ni une soutane incrustée de bijoux et de ferronnerie coûteux ne peuvent conférer l’immunité aux lois internationales. L’Union européenne et les États membres doivent veiller à ce qu’il n’y ait pas d’impunité pour les propagandistes de Poutine.

Source: GENERATIONSNOUVELLES, le 7 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s