UKRAINE – La guerre en Ukraine et la douleur des Eglises orientales : « le seul qui en profite, c’est le diable »

« Les guerres sont une défaite pour toutes les parties impliquées. Le seul qui s’en amuse est le diable, qui danse déjà sur la tête des cadavres, et joue avec la douleur des veuves, des orphelins et des mères en deuil ». Par ces mots, Anba Raphael, Évêque copte orthodoxe à la tête du diocèse qui comprend la partie centrale du Caire, a exprimé avec une image forte et évocatrice le trouble qui traverse les dirigeants et des communautés entières des Églises orientales face au conflit en cours en Ukraine.

Ces dernières années, le président russe Vladimir Poutine avait cherché à accréditer son image au Moyen-Orient en tant que défenseur des communautés chrétiennes locales. C’est l’une des raisons de la consternation unanime exprimée par les patriarches et les représentants autorisés des Eglises orientales face au conflit en Ukraine, face à une campagne militaire impliquant des peuples frères dont l’identité est intimement marquée par le christianisme de tradition byzantine orientale.


Ces dernières années, les plus graves dissensions au sein du christianisme orthodoxe ont eu leur épicentre en Ukraine. L’affrontement qui a conduit à la scission entre le Patriarcat de Constantinople et le Patriarcat de Moscou avait dès le départ montré son lien avec les conflits fomentés par des sentiments nationalistes et des visées de domination géopolitique. Le conflit entre l’Église de Constantinople et l’Église de Moscou avait pris des formes et des tons de plus en plus graves après que le Patriarcat œcuménique de Constantinople ait accordé le 6 janvier 2018 le soi-disant  » Tome d’autocéphalie  » à l’Église orthodoxe ukrainienne, légitimant du point de vue canonique l’émergence d’une structure ecclésiale ukrainienne totalement soustraite à toute contrainte de subordination hiérarchique au Patriarcat de Moscou.

Aujourd’hui, face à la campagne militaire lancée par la Russie sur le territoire ukrainien et aux scénarios tragiques et imprévisibles de la guerre, les paroles et les appels exprimés par les patriarches et les représentants officiels des différentes Églises orthodoxes cherchent également à guider les communautés aux prises avec une inévitable et douloureuse désorientation spirituelle.


Le Patriarche Ilya II, Primat de l’Église orthodoxe autocéphale de Géorgie, prie pour le peuple ukrainien. « Nous savons, sur la base de l’expérience amère de la Géorgie, combien l’intégrité territoriale de chaque pays est importante », a ajouté le patriarche de la nation où, en 2008, les forces armées russes sont intervenues au motif de protéger les prérogatives d’autonomie des régions d’Ossétie et d’Abkhazie.


Le Patriarche Daniel, Primat de l’Église orthodoxe de Roumanie, a déclaré dans des déclarations relayées par les médias qu’il avait « pris note » de la campagne militaire menée par la Russie contre « un État indépendant et souverain », et qu’il espérait que les diplomates du monde entier réactiveraient rapidement les canaux de dialogue afin de bannir le spectre de la guerre de l’Ukraine et de toute l’Europe.

Le Patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée Ier, « primus inter pares » parmi les primats des Églises orthodoxes, a exprimé dans un message publié jeudi 24 février sa « profonde tristesse » pour ce qu’il a décrit comme une violation flagrante de toute notion de légitimité internationale. Bartholomée a également exprimé son soutien au peuple ukrainien et à son intention de défendre l’intégrité de sa patrie. « Nous devons prier », a ajouté le patriarche de Constantinople, « pour que notre Dieu, le Dieu d’amour et de paix, éclaire les dirigeants de la Fédération de Russie afin qu’ils comprennent les conséquences tragiques de leurs décisions et de leurs actions, qui pourraient même déclencher une guerre mondiale ».

L’Archevêque Ieronymos d’Athènes, chef de l’Église orthodoxe de Grèce, a exprimé des sentiments similaires de proximité spirituelle avec le peuple ukrainien.
Le métropolite Onofry lui-même, Chef de l’Église orthodoxe ukrainienne, qui reste liée au Patriarcat de Moscou, a publié un premier message condamnant ce qu’il a appelé la campagne militaire « d’invasion » de la Russie sur le territoire ukrainien (le message a maintenant été retiré du site officiel de l’Église).


Pour sa part, le Patriarche de Moscou et de toute la Russie, Kirill, a jusqu’à présent émis un message, publié le 24 février, dans lequel il déclare assumer la responsabilité « avec une profonde et sincère tristesse » des souffrances causées par les « événements en cours ». Dans son message, le chef de l’Église orthodoxe russe ne s’étend pas sur les raisons et les responsabilités du conflit. Kirill s’exprime en tant que primat « d’une Église dont le troupeau se trouve en Russie, en Ukraine et dans d’autres pays, exprimant sa proximité avec « tous ceux qui ont été touchés par cette tragédie ».


Le Patriarche russe a appelé toutes les parties au conflit à faire « tout leur possible pour éviter les pertes civiles » et a rappelé que les peuples russe et ukrainien ont une histoire commune séculaire qui remonte au baptême de Rus’ par le prince Saint Vladimir. « Je crois que cette affinité donnée par Dieu aidera à surmonter les divisions et les désaccords qui ont conduit au conflit actuel », a ajouté le Primat de l’Église orthodoxe russe, appelant chacun à apporter toute l’aide possible aux personnes qui subiront le conflit dans la chair de leur vie.

Source: Agence Fides, le 26 février 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s