L’Église orthodoxe de Grèce, une réalité complexe

Un moine du Mont Athos Un moine du Mont Athos  

L’Église orthodoxe de Grèce, une réalité complexe

Cette Église autocéphale, fondée au XIXe siècle, se revendique l’héritière du patrimoine de l’Église byzantine, dont les traditions continuent d’imprégner ses institutions et la vie quotidienne de ses fidèles.

C’est en 1833, après la guerre d’indépendance, que l’Église de Grèce déclare unilatéralement son autocéphalie ; celle-ci ne sera toutefois reconnue par le patriarcat de Constantinople qu’en 1850. Son territoire couvre l’équivalent de ce qu’était la Grèce avant les guerres balkaniques de 1912 – 1913 ; la Crète, le Dodécanèse et le Mont Athos relèvent quant à eux de la juridiction du patriarcat de Constantinople, tout en bénéficiant d’une certaine autonomie.

Le chef de cette Église, qui reçoit le titre d’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce, est élu par le Saint-Synode, instance très importante réunissant quelques 80 évêques métropolites.

Autre donnée fondamentale pour comprendre la complexité de cette réalité : la primauté de cette Église est inscrite dans la Constitution du pays. Identité nationale et confessionnelle sont donc étroitement imbriquées.

Christos Arabatzis est professeur de patrologie à l’Université de Thessalonique (Grèce). Il revient sur le contexte de la fondation de l’Église de Grèce et sur ses particularités :

Entretien Avec Christos Arabatzis

Source: VATICANNEWS, le 2 décembre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s