Le clergé de Xinxiang décimé par le gouvernement chinois

NOTRE-DAME-DE-CHINE-ciric_226704.jpg
P.RAZZO/CIRIC – Messe dominicale dans l’église Notre Dame de Chine, Paris.

Le clergé de Xinxiang décimé par le gouvernement chinois

Les autorités chinoises ont arrêté entre le 20 et le 21 mai à Xinxiang, dans le nord de la Chine, un évêque nommé par le Vatican ainsi que sept prêtres et dix séminaristes.

Nouvelle vague de répression en Chine. Alors que le monde a prié ce 24 mai pour l’unité des chrétiens en Chine, Pékin durcit les persécutions à l’égard des catholiques. En deux jours, le 20 et le 21 mai, les autorités ont arrêté un évêque, sept prêtres et une dizaine de séminaristes. Il s’agit de Mgr Joseph Zhang Weizhu, 63 ans, évêque de la préfecture apostolique de Xinxiang. Située dans le nord du pays, elle compte environ 100.000 fidèles. Évêque depuis 1991, il est reconnu par le Saint-Siège mais pas par le gouvernement chinois et est donc, à ce titre, considéré comme un criminel.

Une centaine de policiers mobilisés

Dix prêtres ont également été arrêtés car considérés comme criminels et parce qu’ils ont refusé de signer l’adhésion à l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC), séparée de Rome, ainsi que la soumission au Parti communiste chinois (PCC). L’arrestation s’est déroulée à Shaheqiao, dans la province du Hebei, au sud de Pékin. Une dizaine de séminaristes ont également été arrêtés et remis à leur famille avec interdiction de poursuivre leurs études ecclésiastiques. Plus de 100 policiers ont été mobilisés pour participer à cette opération.

Plusieurs sources rapportent que la police, à la recherche des prêtres, a également fait du porte à porte afin de fouiller les logements. Ceux qui y ont découvert des signes attribuables à la foi catholique (croix, statues, images pieuses, photos du Pape…) ont donné une amende à leurs propriétaires et les objets ont été saisis et détruits.

Pour mémoire, depuis quelques mois Pékin a mis en œuvre une nouvelle réglementation autorisant les activités religieuses, y compris les séminaires, à condition qu’elles se tiennent dans des lieux enregistrés et contrôlés par le gouvernement. Les membres du clergé ne peuvent exercer leur ministère qu’à condition d’adhérer à l’APCC et de se soumettre au PCC.

Source: ALETEIA, le 25 mai 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s