D. José Ornelas a demandé une Église qui met l’accent sur le «féminin et le maternel»

2020-10-13_Noticia_Missa_2.jpg

D. José Ornelas a demandé une Église qui met l’accent sur le «féminin et le maternel»

Dans l’homélie de la messe anniversaire internationale du 13 octobre, l’évêque de Setúbal a souligné la «contribution décisive» des femmes à la valorisation des ministères dans l’Église.

Aujourd’hui, plus de 4 000 pèlerins se trouvaient au centre de prière du sanctuaire de Fátima, participant à la messe anniversaire internationale le 13 octobre. C’était un fait de responsabilité sous la « forme très restreinte, en ce qui concerne le nombre de pèlerins, leur origine et la forme festive des manifestations qui caractérisent habituellement ce dernier grand pèlerinage de l’année », en raison des limitations liées aux règles permettant d’éviter le danger de contagion , que le président de la célébration, D. José Ornelas, a commencé par souligner.

<< Nous savons tous que cette voie plus attentive et plus prudente vient d’une attitude nécessaire et responsable à l’égard des conditions de la pandémie qui a radicalement changé toute la vie de l’humanité, en particulier dans les modes de relations entre les peuples. Nous apportons à ce sanctuaire nos souffrances et celles de l’humanité, demandant lumière et force pour surmonter cette pandémie.  » En évoquant la dernière apparition de Notre-Dame à Cova da Iria et l’anniversaire de la consécration de la basilique de Notre-Dame du Rosaire, qui sont célébrés aujourd’hui, le président de la célébration a ensuite réfléchi sur la signification d’être Église, en soulignant le rôle sanctuaires et églises comme «lieux de relation et de communion».

«Il est important que nos paroisses et communautés, nos diocèses et l’Église répandues dans le monde soient de véritables maisons de Dieu au milieu de la société, des points de référence et d’accueil pour ceux qui recherchent un soutien, un sens de la vie et de l’espérance», a-t-il insisté. La présidente de la conférence épiscopale portugaise a alors souligné le lien de Marie avec «l’Église des pierres vivantes», dans une réflexion où elle valorisait le rôle des femmes, tout en soulignant sa «contribution décisive à la valorisation des ministères dans l’Église».

«Cette présence féminine et maternelle de Marie, à laquelle s’ajoute, depuis la mission de Jésus et au début de l’Église, un groupe d’autres femmes, jette une lumière de compréhension sur l’identité et la mission de l’Église, non comme un fait secondaire ou subsidiaire au protagonisme masculin, mais en tant qu’élément constitutif important de l’Église. (…)

Mettre l’accent sur le féminin et le maternel (…) il s’agit de changer de paradigme: le leadership ecclésial ne se fonde pas sur l’idée de pouvoir, mais dans la vie, dans les soins et dans le service, en utilisant tous les dons de l’Esprit dans l’édification de la maison du Seigneur, basée sur l’amour paternel et maternel de Dieu.

Soulignant l’importance de la «complémentarité dans la diversité dans l’Église» pour mener à bien la mission de construire un monde plus juste et fraternel, l’évêque de Setúbal a affirmé la nécessité de «laisser les signes féminins et maternels de Marie entrer dans la vie de nos communautés» , même dans les lieux où les décisions sont prises pour tous.

Comme il l’avait déjà fait dans sa réflexion sur la célébration de la Parole hier soir, également dans l’homélie d’aujourd’hui, il a mis en garde contre les dangers des mouvements populistes qui «manipulent la nostalgie du passé, la peur réelle ou imaginaire, le danger de l’étranger et penser différemment, la cupidité de posséder et de dominer et même des modèles religieux pour vos intérêts », dans un problème que la pandémie a rendu plus visible et qui nécessite une solution commune.

«Nous sommes dans le même bateau, il n’est possible de se sauver que si nous collaborons tous pour que tout le monde soit sauvé», a-t-il dit, jetant un regard et une prière à Notre-Dame, évoquant son exemple de femme, épouse et mère qui «illumine le chemin « être dans l’Église » et s’engager dans sa mission « d’être la maison de Dieu » pour toute l’humanité ». « Ainsi, nous demandons à Marie, modèle de l’Église, que cette maison de Dieu soit vraiment la maison de l’humanité, où la fraternité, la dignité et la justice peuvent grandir. »

Source: SANCTUAIRE DE FATIMA, le 13 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s