Vidéo du Pape en mai: le monde de la finance

Vidéo du Pape en mai: le monde de la finance

L’intention de prière du Pape François en ce mois de mai 2021 porte sur le monde de la finance.

Voici le texte de l’intention du Pape en ce mois de mai 2021:

«Alors que l’économie réelle, celle qui crée des emplois, est en crise, et que beaucoup sont au chômage, les marchés financiers eux n’ont jamais été aussi hypertrophiés qu’aujourd’hui. Que le monde de la finance est loin de la vie de la plupart des gens !

Quand elle n’est pas régulée, la finance devient de la simple spéculation soutenue par certaines politiques monétaires. Cette situation est insoutenable. Dangereuse. Pour éviter que les pauvres ne paient encore une fois les conséquences, la spéculation financière doit être strictement réglementée.

La spéculation. J’insiste sur ce terme. Les finances devraient plutôt être un instrument de service, orienté vers les personnes et le soin de la maison commune! Il est encore temps d’amorcer un processus de changement global pour une économie différente, plus juste, plus inclusive et plus durable, sans laisser personne de côté.

Agissons! Prions pour que les responsables de la finance collaborent avec les gouvernements afin de réglementer les marchés financiers et protéger les citoyens de leurs dangers.»

Source: VATICANNEWS, le 4 mai 2021

Le Pape invite à la prière pour vivre la grâce de la fraternité

Le Pape invite à la prière pour vivre la grâce de la fraternité

Dans la première «Vidéo du Pape» de l’année 2021, l’intention de prière du Saint-Père pour le mois de janvier est dédiée à la fraternité humaine qui pousse à connaître et à aimer les autres, et notamment les «frères et sœurs d’autres religions».

Les intentions de prière du Pape pour le mois de janvier font écho à la dernière encyclique du Saint-Père Fratelli tutti et à la Déclaration sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, signée le 4 février 2019 par François et par le Grand Imam d’al-Azhar. En ce premier mois de 2021, le Pape invite l’Église à prier à la suite de Jésus pour que, face aux défis actuels à relever dans le monde, «nous nous unissions en tant que frères et sœurs à ceux qui prient selon d’autres cultures, d’autres traditions et d’autres croyances».

Des frères qui prient

Dans ce message qui nous parvient grâce au Réseau mondial de prière du Pape, François voit dans la prière un fil qui unit les croyants. Pour lui, les différences entre les personnes qui professent des religions différentes ou qui vivent selon d’autres traditions ne doivent pas nous empêcher d’atteindre une culture de la rencontre, car après tout, «nous sommes des frères et sœurs qui prient».

«La fraternité nous amène à nous ouvrir au Père de tous et à voir dans l’autre un frère, une sœur avec qui partager la vie, se soutenir, s’aimer, se connaître», poursuit François.

Revenir à l’essentiel

Et si le Pape rappelle que «l’Église valorise l’action de Dieu dans les autres religions», il ne faut pas oublier que pour les chrétiens, «la source de dignité humaine et de fraternité se trouve dans l’Évangile de Jésus-Christ.

Dans une recherche de fraternité, le Pape invite les croyants à revenir à l’essentiel de la foi qui se résume à «l’adoration de Dieu» et à «l’amour du prochain».

Fort de cette conviction, le Pape invite les fidèles à prier «pour que le Seigneur nous donne la grâce de vivre en pleine fraternité avec nos frères et sœurs d’autres religions, en cessant de nous opposer, et en priant les uns pour les autres, ouverts à tous».

Relever ensemble les défis de 2021

«Après une année 2020 marquée par l’impact de la pandémie, tant sur le plan sanitaire que sur le plan socio-économique, il est particulièrement important que cette intention du Saint-Père nous aide à nous percevoir réellement comme des frères et sœurs sur le chemin de la paix, devenue de plus en plus nécessaire», estime le père Frédéric Fornos, directeur international du Réseau mondial de prière du Pape. Il cite le chapitre 8 de l’encyclique Fratelli tutti dans laquelle est mis en valeur l’importance des religions pour «la construction de la fraternité et pour la défense de la justice dans la société». Le père Fornos espère, à la suite du Pape, que soient relevés les «défis du monde et de notre maison commune» à travers la fraternité, «qui respecte et valorise la diversité», car tel est le style du Royaume de Dieu.

Source: VATICANNEWS, le 5 janvier 2021

Le Pape souhaite « une présence féminine plus incisive » dans l’Église

Le Pape souhaite « une présence féminine plus incisive » dans l’Église

Publication de «La Vidéo du Pape» présentant les intentions de prière du Saint-Père pour ce mois d’octobre, mois missionnaire. François appelle à une plus grande intégration des fidèles laïcs, en particulier des femmes, dans les instances de responsabilité de l’Église. 

Vatican News

Le Pape François souhaite voir plus de femmes laïques occuper des postes de responsabilité dans l’Église. Il confie ce désir à la prière de tous les catholiques du monde en ce mois d’octobre. Une participation qui s’enracine non pas dans des revendications liées à l’époque, mais dans le sacrement même du baptême car c’est là que s’inscrit le protagonisme des laïcs, et donc aussi des femmes, dans la vie ecclésiale et dans l’annonce de l’Évangile. «Personne n’a été baptisé prêtre ou évêque. Nous avons tous été baptisés en tant que laïcs. Les laïcs et les laïques sont les protagonistes de l’Église» affirme le Pape dans cette vidéo.

Les femmes sont, le plus souvent, laissées de côté

Parmi les laïcs, ce sont les femmes qui se voient accorder encore trop peu de place. Parce que les «femmes sont généralement laissées de côté», le Pape estime qu’«aujourd’hui encore, il est nécessaire d’élargir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Église». Dans ce message vidéo, François ne parle pas d’une présence quelconque: «Nous devons promouvoir l’intégration des femmes dans les lieux où se prennent les décisions importantes».

Il souhaite donc qu’en vertu du baptême, les fidèles laïcs et en particulier les femmes, participent davantage aux institutions de responsabilité de l’Eglise, mais «en évitantdes formes de cléricalisme qui annulerait le charisme des laïcs» souligne-t-il.

Plus de dirigeantes mais pas de quotas roses

Depuis le début de son pontificat, le Pape a plusieurs fois manifesté son souhait d’accorder plus de places aux femmes dans l’Église. Il a nommé plusieurs femmes à des postes de premier plan. D’ailleurs, le nombre de ‘dirigeantes’ n’a jamais été aussi élevé.  Huit femmes occupent actuellement des postes à responsabilité au Saint-Siège, au-dessus du dixième niveau de rémunération au Vatican. Il y a dix ans, il n’y en avait que trois.

Parmi elles, Linda Ghisoni, nommée par François sous-secrétaire pour les fidèles laïcs. S’exprimant sur le sens de cette vidéo, elle revient sur le fait que le Pape commence par parler du baptême. «C’est très important car cela nous permet de comprendre que le désir d’une plus grande participation des laïcs, et en particulier des femmes, dans les instances de responsabilité de l’Église ne doit pas être interprété comme une opération sociologique ou comme un désir de garantir des quotas roses pour une répartition du pouvoir entre les femmes et les hommes, entre les laïcs et le clergé»affirme-t-elle. Elle poursuit: «Si nous prenons conscience du sens de notre baptême, nous comprenons quelle est notre place dans l’Église qui, pour être universelle, ne peut renoncer aux apports spécifiques des laïcs, des femmes, qui par vocation en sont une partie constitutive».

Sainte Marie-Madeleine

Par ailleurs, le Réseau mondial de la prière rappelle ce geste symbolique du Pape François qui, en 2016, a élevé au rang de fête liturgique le jour de sainte Marie Madeleine, aujourd’hui définie dans la nouvelle préface de la messe comme «l’apôtre des apôtres». En prenant cette décision, «il a souligné l’importance de cette femme, la première à voir le visage du Ressuscité parmi les morts, la première que Jésus appelle par son nom, la première à recevoir de Jésus-Christ lui-même la mission d’annoncer sa résurrection».

«Beaucoup a été fait depuis 2013, mais il faut faire davantage» estime le père Frédéric Fornos S.J., directeur international du Réseau mondial de la prière du Pape. Il rappelle ces propos de François dans Evangelii Gaudium: «Les revendications des droits légitimes des femmes, à partir de la ferme conviction que les hommes et les femmes ont la même dignité, posent à l’Église des questions profondes qui la défient et que l’on ne peut éluder superficiellement.(EG104)». Dans Querida Amazonia, François avait là insisté sur le fait que dans de nombreuses régions du monde «de nombreuses femmes, animées par l’Esprit Saint, maintiennent l’Église debout avec un dévouement admirable et une foi ardente. Il est essentiel qu’elles participent de plus en plus à ses instances décisionnelles. Cela demande un profond changement de mentalité, notre conversion en fait, ce qui implique la prière».

Source: VATICANNEWS, le 8 octobre 2020

Vidéo du pape d’avril 2020 : la libération des addictions

Vidéo du pape d’avril 2020

En avril, le Pape invite à prier pour les personnes souffrant d’addictions

Dans «La Vidéo du Pape» du mois d’avril, le Saint-Père attire l’attention sur les addictions qui touchent la société actuelle et demande que l’on prie pour que les personnes soient libérées des souffrances qu’elles entraînent.

En ces temps de grande inquiétude face à la pandémie mondiale, le pape François n’oublie pas les problématiques d’autres personnes dans la souffrance et demande de prier pour elles.

Le «drame des addictions» n’inclut pas seulement la dépendance aux drogues, à l’alcool et au tabac, qui restent les causes les plus fréquentes de dépendance dans la société. Aujourd’hui, ce drame prend diverses formes nouvelles : selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’utilisation croissante d’internet, des ordinateurs, des smartphones et d’autres appareils électroniques au cours des dernières décennies amène des avantages évidents et considérables pour les utilisateurs et les sociétés, mais aussi à des cas documentés d’utilisation excessive pouvant aller jusqu’à diverses dépendances ayant des conséquences négatives sur la santé. Elles concernent les jeux et paris compulsifs, la pornographie, l’utilisation excessive des jeux vidéo et la présence quasi constante sur les plateformes numériques. L’utilisation excessive des plateformes affecte grandement la qualité des relations quotidiennes avec les proches.

Voici l’intention formulée par le Pape François:

Vous avez sans doute entendu parler du drame de l’addiction. Et… avez-vous pensé aussi à l’addiction au jeu, à la pornographie, à internet…et aux risques de l’espace virtuel? Fondés sur l’«Evangile de la Miséricorde», nous pouvons soulager, soigner et guérir les souffrances liées aux nouvelles addictions. Prions pour que toutes les personnes sous l’emprise d’addictions puissent être bien aidées et accompagnées.

Source: Vaticannews, le 03.04.2020