13.01.2021 – SAINT DU JOUR

Saint Hilaire

Évêque de Poitiers et Docteur de l’Église 
(v. 310 – 367)

Hilaire naquit à Poitiers, de parents païens, probablement vers l’année 310. Après une éducation toute profane, il secoua, aidé de la grâce, le joug absurde et impur du paganisme, et reçut publiquement le baptême. Ce païen converti allait devenir l’une des plus brillantes lumières de l’Église, le marteau de l’hérésie et l’apôtre infatigable du dogme de la Sainte Trinité. Il composa notamment le De Trinitate, traité sur la divinité du Christ. La vertu d’Hilaire croissant chaque jour, on ne parlait, dans toute la province de Poitiers, que de la pureté de ses mœurs, de sa modestie, de sa charité et de son zèle.

Lorsque l’évêque de Poitiers vint à mourir, tous les fidèles le demandèrent pour pasteur. Dès lors, Hilaire entra dans la mêlée contre l’hérésie d’Arius et ne quitta pas le champ de bataille jusqu’à son dernier soupir. Ni les menaces des princes, ni la calomnie, ni l’exil, ne purent jamais ébranler son courage. Obligé de quitter son peuple, il se rend en Orient, où il devient le porte-étendard de la vérité chrétienne.

Il est enfin rendu à son troupeau, après plusieurs années d’exil ; ce retour prend le caractère d’un vrai triomphe. « La Gaule tout entière, dit saint Jérôme, embrassa un héros qui revenait victorieux du combat, la palme à la main. »

La France lui a voué un culte spécial, et une multitude d’églises s’honorent de l’avoir pour patron. Un historien a tracé le portrait suivant de saint Hilaire : « Il réunissait en sa personne toutes les excellentes qualités qui font les grands évêques. S’il a fait admirer sa prudence dans le gouvernement de l’Église, il y a fait éclater aussi un zèle et une fermeté apostoliques que rien ne pouvait abattre. »

Sa mémoire liturgique est célébrée le 13 janvier. En 1851, le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878) le proclama Docteur de l’Église.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :

>>> Saint Hilaire de Poitiers

Saint Hilaire priez pour nous !

Saint Hilaire, un ardent défenseur de la divinité de Jésus

STATUE OF SAINT HILAIRE OF POITIER
By Wolfgang Sauber (CC BY-SA 3.0) from Wikimedia Commons

Saint Hilaire, un ardent défenseur de la divinité de Jésus

Docteur de l’Église, saint Hilaire de Poitiers, fêté le 13 janvier dans l’Église catholique, est considéré comme l’un des grand Pères de l’Église d’Occident. Il a consacré sa vie à défendre la divinité de Jésus-Christ.

Originaire d’une famille païenne noble d’Aquitaine du IVe siècle après J.-C., le jeune Hilaire est bourré de talents et doué pour les études. Ce qui ne l’empêche pas, comme nombre de jeunes contemporains, d’être taraudé par de nombreuses questions sur le sens de la vie telles que « Dieu existe-t-il ? », « où trouver le bonheur ? », « pourquoi vivre pour mourir ensuite ? ». La lecture des Évangiles, et en particulier de celui de saint Jean, l’apaise et apporte une réponse à ses interrogations. Hilaire reçoit le baptême à l’âge de 30 ans.

Un combattant de l’arianisme

« Hilaire a consacré toute sa vie à la défense de la foi dans la divinité de Jésus Christ, Fils de Dieu et Dieu comme le Père, qui l’a engendré de toute éternité », dit de lui le pape Benoît XVI lors de l’audience générale du 10 octobre 2007.

Élu évêque de Poitiers, le jeune prélat combat l’hérésie arienne (une doctrine fondée sur la négation de la divinité de Jésus) au côté de saint Athanase d’Alexandrie, ce qui lui vaut d’être exilé quelque temps en Phrygie (l’actuelle Turquie). Il y découvre la théologie grecque et écrit son œuvre principale, De Trinitate, dans laquelle il montre que les Écritures affirment clairement « la divinité du Fils et son égalité avec le Père ». Son œuvre porte l’empreinte de sa connaissance de la pensée grecque. Rentré en Gaule, il reprend son activité pastorale et participe aux débuts du monachisme, notamment en aidant saint Martin à fonder l’abbaye de Ligugé. Son influence s’étend bien au-delà de la Gaule. Dans son œuvre, dit Benoît XVI, « la réflexion se transforme en prière et la prière redevient réflexion. Tout le livre est un dialogue avec Dieu ». En voici un extrait :

Fais, ô Seigneur, que je reste toujours fidèle à ce que j’ai professé dans le symbole de ma régénération, lorsque j’ai été baptisé dans le Père, dans le Fils et dans l’Esprit saint. Fais que je t’adore, notre Père, et en même temps que toi, que j’adore ton Fils ; fais que je mérite ton Esprit Saint, qui procède de toi à travers ton Fils unique. Amen

De Trinitate 12, 57

Source: ALETEIA, le 11 janvier 2021