Les Églises de Chypre à la croisée des mondes latin et byzantin

Le Pape Benoît XVI lors de son voyage apostolique à Chypre, du 4 au 6 juin 2010. Le Pape Benoît XVI lors de son voyage apostolique à Chypre, du 4 au 6 juin 2010.

Les Églises de Chypre à la croisée des mondes latin et byzantin

C’est la seconde fois dans l’Histoire qu’un évêque de Rome effectue un voyage apostolique à Chypre. Onze ans après Benoît XVI en 2010, le Pape François visitera la partie sud de la troisième plus grande île de Méditerranée, jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2021. Chypre accueille la plus ancienne communauté chrétienne après celle de Jérusalem.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican 

Chypre est évangélisée sous l’impulsion de saint Barnabé vers 45 après Jésus-Christ. Premier compagnon de voyage de saint Paul, Barnabé convertit, entre autres, le proconsul romain de Chypre Sergius Paulus, qui devient l’un des premiers chefs d’État chrétiens de l’Histoire. Il apparaît dans les Actes des Apôtres.

Point d’appui essentiel des royaumes latins d’Orient, Chypre passe sous le contrôle de la famille des Lusignan en 1192, évincés par les Vénitiens en 1489. En 1571, l’île devient ottomane: l’Église orthodoxe est rétablie dans ses droits, tandis que l’Église latine est supprimée. La présence catholique revient discrètement lors du protectorat britannique au XIXème siècle, et au fil des migrations notamment maronites et arméniennes du XXème siècle, mais demeure minoritaire jusqu’à nos jours.

Alain Blondy, historien du monde méditerranéen, spécialiste de Chypre, détaille les rapports d’influence successifs de l’Église latine, byzantine et orthodoxe au fil des siècles, miroirs des occupations sur la petite île convoitée depuis des centaines d’années, à la fois par l’Europe et l’Orient.

À quand remonte les premières traces du christianisme à Chypre?

La christianisation de Chypre date du Ier siècle après Jésus-Christ, grâce à l’un des voyages de saint Paul avec saint Barnabé. Ils se séparent et Barnabé se rend seul à Chypre qu’il évangélise, et dont il devient le premier évêque. À partir de là, l’île appartient à l’Église d’Orient, rattachée au patriarcat d’Antioche, tout en restant canonique. À aucun moment, dans aucun concile qui vont défrayer la chronique de l’Église orientale de l’époque, l’Église de Chypre n’est infidèle au patriarcat œcuménique. Elle ne sera jamais tentée par le nestorianisme, ni aucune des hérésies répandues alors. L’Église de Chypre est autocéphale jusqu’au jour où tout à fait par hasard la tombe supposée de Barnabé est découverte. L’empereur Zenon de Constantinople est informé au Vème siècle, il trouve cela merveilleux, et décide donc que l’archevêque de Chypre aurait l’autorisation d’être ethnarque, c’est-à-dire, d’être le représentant politique du peuple chypriote -aujourd’hui encore, l’archevêque de Chypre est le chef spirituel et civil du pays.

Au VIIIème siècle, la plupart des moines byzantins se réfugient à Chypre, qui connait alors une explosion de la vie monastique, dans les dimensions de l’île: de grands monastères et un nombre incalculable de toutes petites chapelles, notamment dans la montagne. Des chefs d’œuvre de peinture religieuse en réaction à l’iconoclasme.       

Que deviennent les chrétiens chypriotes à partir du Grand schisme de 1054 entre Rome et les orthodoxes?

Chypre ne connaît pas de graves problèmes déclenchés par 1054. Les crises vont commencer avec les Croisades, un siècle plus tard. Elles marquent l’irruption des latins dans le monde byzantin. 1191, Richard Cœur de Lion part pour la troisième Croisade, arrive à Chypre, et s’en empare chassant le gouverneur byzantin, avant d’aller prendre Jérusalem. Il revend ensuite à Chypre aux Templiers, provoquant un soulèvement de la population. À leur tour, les Templiers revendent l’île, cette fois à un croisé du Poitou: Guy de Lusignan. Il va devenir roi de Chypre, et la dynastie des Lusignan durera jusqu’au XVème siècle.

“Les Croisades marquent l’irruption des latins dans le monde byzantin.”

Sous ce royaume franc, l’Église latine devient majeure à Chypre. Le rite grec est conservé mais les évêques de rite grec sont soumis aux évêques latins, tandis que la plupart des terres ecclésiastiques reviennent aux Églises latines. Les Églises orientales sont dépossédées, cela se passe relativement mal. La suprématie du monde latin sur le monde orthodoxe dure jusqu’au XVème siècle. À la fin des années 1400, face à la montée des Turcs, les Byzantins prennent conscience que l’aide des Latins leur serait utile. Il y a une volonté de réunion des Églises orientale et latine. Un syncrétisme des deux rites s’esquisse. Sans lendemain, car la dynastie des Lusignan est éradiquée par les Vénitiens, qui s’emparent de l’île. Venise gouverne Chypre à partir de 1487, l’influence latine demeure jusqu’à l’arrivée des Turcs.

“À la fin des années 1400, face à la montée des Turcs, les Byzantins prennent conscience que l’aide des Latins leur serait utile.”

1571, les Turcs débarquent sur l’île. Quelles sont les conséquences pour l’Église latine?

Le patriarche de Constantinople et tout le clergé orthodoxe sont dans l’état d’esprit où ils souhaitent «plutôt le turban que la tiare». Ils préfèrent l’arrivée des Turcs à l’arrivée du Pape. Une grande partie de l’élite orthodoxe chypriote estime ainsi avoir gagné une tranquillité. De fait, les Turcs reconnaissent la liberté de culte aux Byzantins, moyennant un impôt; ils abolissent le servage, «nationalisent» les biens de l’Église latine, détruisent quasiment toutes les églises à part les deux grandes cathédrales, transformées en mosquées, et les prêtres latins sont pourchassés. L’Église orthodoxe devient une Église sujette. L’archevêque de Chypre est toujours considéré comme l’ethnarque -le représentant du peuple.

Dans quel contexte réapparaîtra l’Église latine?

Au XVIIIème siècle, il y a quelques églises latines ici et là pour les enclaves de commerçants français ou italiens. Lorsque les Anglais mettent la main sur Chypre dans les années 1860, quelques églises catholiques et anglicanes réapparaissent. Quelques personnes dans l’élite chypriote se convertissent, souvent par mariage, mais c’est une mixité. Jusqu’à nos jours.

Source: VATICANNEWS, le 1er décembre 2021