Ce mercredi, priez pour les missionnaires martyrs

croix cassée
© Paul Gueu – Shutterstock

Ce mercredi, priez pour les missionnaires martyrs

La journée de prière et de jeûne pour les missionnaires martyrs, organisée ce mercredi 24 mars, est une occasion privilégiée de (re)découvrir les nombreuses figures d’Église qui ont donné leurs vies au nom du Christ.

Le martyre est une réalité bien actuelle et pas uniquement celle des premiers siècles de la chrétienté. « Les martyrs d’aujourd’hui sont plus nombreux que ceux des premiers siècles », rappelle régulièrement le pape François. « Nous sommes un seul corps et ces chrétiens sont les membres ensanglantés du corps du Christ qui est l’Église ». Parmi eux se trouvent les missionnaires. C’est pour leur rendre hommage qu’a été décidé en 1993 que le 24 mars serait dédié à la célébration d’une journée de prière et de jeûne en mémoire des missionnaires martyrs.

Le missionnaire martyr est un tisseur de fraternité.

Promue par le Mouvement des jeunes des Œuvres pontificales missionnaires d’Italie, cette journée se déroule le 24 mars, jour où Mgr Romero, archevêque de San Salvador, a été abattu alors qu’il célébrait la messe. « Le missionnaire martyr est un tisseur de fraternité. Sa vie entrelace sa propre existence avec celle du Christ, en se redécouvrant ainsi sarments d’une même vigne », rappelle avec justesse le mouvement. En 2020, 20 missionnaires ont été tués : 

  • Père Jozef Hollanders en Afrique du Sud
  • Augustin Avertse au Nigéria
  • Michael Nnadi, 18 ans, séminariste au Nigéria
  • Philippe Yarga, catéchiste au Burkina Faso
  • Sœur Henrietta Alokha, directrice d’un collège au Nigéria
  • Sœur Lydie Oyanem Nzoughe au Gabon
  • Père Oscar Juárez en Argentine
  • Père Ricardo Antonio Cortéz au Salvador
  • Père Nomer de Lumen aux Philippines
  • Père Roberto Malgesini en Italie
  • Lilliam Yunielka, 12 ans, au Nicaragua
  • Blanca Marlene González, 10 ans, au Nicaragua
  • Bryan José Coronado Zeledon, 17 ans, au Nicaragua
  • Père Adriano da Silva Barros au Brésil
  • Père José Manuel de Jesus Ferreira au Vénézuela
  • Rufinus Tigau, catéchiste en Papouasie
  • Père Jorge Vaudagna en Argentine
  • Sœur Matilda Mulengachonzi en Zambie
  • Frère Leonardo Grasso en Italie

Parmi les – nombreuses – figures de missionnaires martyrs se trouve le père Ettore Cunial dont le procès en béatification a été ouvert. Prêtre italien de la congrégation de saint Joseph, il a été tué un soir d’octobre 2001 en Albanie par un jeune de 17 ans qui l’attendait pour le tuer de 17 coups de couteau. Il avait été envoyé en mission à l’âge de 67 ans dans le pays un an auparavant, en 2000.

« En quelques mois, la population fut frappée par sa proximité à l’égard de tout un chacun, par son action pastorale faite de charité et de compassion, d’attention aux souffrances spirituelles et morales », a confié à Fides  son postulateur, le père Giuseppe Rainone. « Le don du père Ettore Cunial n’est pas seulement celui de la dernière heure tragique mais de l’ensemble de sa vie », abonde le père Cesare Cotemme, lui aussi membre de la Congrégation de Saint Joseph, qui l’avait bien connu pendant plusieurs années. « Il s’agit d’une expression admirable et précieuse du mystère de la vie, d’une vie reçue par Dieu et dépensée dans son ensemble pour L’aimer et Le servir sans jamais résister à Sa volonté, sans jamais éloigner ou exclure personne ».

Enlevés, portés disparus… on est sans nouvelle de ces missionnaires :

Démarrer le diaporama 

En partenariat avec

Source: ALETEIA, le 23 mars 2021