Blog

24.11.2020 – SAINTS ET MARTYRS DU JOUR

Saints Martyrs du Viêt-Nam

André Dung Lac, prêtre et ses compagnons martyrs entre 1745 et 1862

Martyrologe Romain : Mémoire des saints André Dung Lac, prêtre, et ses compagnons, martyrs. Une célébration commune honore cent-dix-sept martyrs mis à mort entre 1745 et 1862 dans diverses régions du Viêt-Nam : le Tonkin, l’Annam et la Cochinchine. Parmi eux, huit évêques, un grand nombre de prêtres et une foule considérable de laïcs chrétiens des deux sexes, de toute condition, de tout âge, qui ont tous préféré souffrir l’exil, la prison, les tortures et enfin les derniers supplices plutôt que de fouler aux pieds la croix et faillir à la foi chrétienne.

L’église au Vietnam fécondée par le sang des Martyrs

L’œuvre de l’évangélisation, entreprise dès le début, du XVIe siècle, puis établie dans les deux premiers Vicariats Apostoliques du Nord (Dâng-Ngoâi) et du Sud (Dâng-Trong) en 1659, a connu au cours des siècles un admirable développement. À l’heure actuelle, les Diocèses sont au nombre de vingt-cinq (dix au Nord, six au Centre et neuf au Sud). Les catholiques sont environ six millions (presque 10% de la population). 

Ce résultat est dû aussi au fait que, dès les premières années de l’évangélisation, la semence de la Foi a été mêlée sur la terre vietnamienne au sang abondamment versé des martyrs, tant du clergé missionnaire que du clergé local et du peuple chrétien du Viêt-Nam. Tous ont supporté ensemble les fatigues de l’œuvre apostolique et ont d’un même cœur affronté aussi la mort pour rendre témoignage à la vérité évangélique. L’histoire religieuse de l’Église du Viêt-Nam enregistre qu’il y a eu en tout cinquante-trois décrets, signés par les Seigneurs Trinh et Nguyen et par les Empereurs qui, du XVIIe au XIXe siècles, ont promulgué contre les chrétiens des persécutions plus violentes les unes que les autres. On compte environ 130.000 victimes tombées un peu partout sur le territoire du Viêt-Nam. 

Au cours des siècles, ces martyrs de la Foi ont été ensevelis d’une manière anonyme, mais leur mémoire est restée vivante dans l’esprit de la communauté catholique. Dès le début du XXe siècle, dans cette foule de héros, 117 personnes – dont les épreuves sont apparues les plus cruelles – ont été choisies et élevées aux honneurs des autels. 

Ils furent tous canonisés en même temps par Saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005)le 19 juin 1988, lors d’un de ses voyages en Asie, et déclarés Patrons du Viêt-Nam le 14 décembre 1990.

Ces Saints peuvent être classés comme suit :

11 Espagnols, tous de l’ordre des Frères prêcheurs (Dominicains) : 6 évêques et 5 prêtres.
10 Français, tous de la Société des Missions Étrangères de Paris : 2 évêques et 8 prêtres.
96 Vietnamiens : 37 prêtres (dont onze Dominicains), 59 laïcs (parmi eux un séminariste, seize catéchistes, dix du Tiers Ordre dominicain et une femme).

Leur martyre a eu lieu à différentes périodes :

Ø  2 ont subi le martyre au temps de TRINH-DOANH (1740-1767) 

Ø  2 ont subi le martyre au temps de TRINH-SAM (1767-1782) 

Ø  2 ont subi le martyre au temps de CANH-TRINH (1782-1802) 

Ø  58 ont subi le martyre au temps de l’Empereur MINH-MANG (1820-1840) 

Ø  3 ont subi le martyre au temps de l’Empereur THIEU-TRI (1840-1847) 

Ø  50 ont subi le martyre au temps de l’Empereur TU-DUC (1847-1883) 

Sur le lieu de supplice l’Édit royal, placé à coté de chaque martyr, a précisé le mode de sentence :

Ø  75 condamnés à la décapitation, 

Ø  22 condamnés à l’étranglement, 

Ø  6 condamnés à être brûlés vifs, 

Ø  5 condamnés à être écartelés,

Ø  9 sont morts en prison des suites des tortures.
« Tous ceux-là viennent de la grande épreuve : ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l’Agneau » (Ap 7, 13-14)

Annuaire des 117 Martyrs du Viêt-Nam :

1 Andrea DUNG-LAC, prêtre 21-12-1839
2 Domenico HENARES, évêque o.p.. 25-06-1838
3 Clemente Ignazio DELGADO CEBRIAN, évêque o.p. 12-07-1838
4 Pietro Rosa Ursula BORIE, évêque M.E.P. 24-11-1838
5 Giuseppe Maria DIAZ SANJURJO, évêque o.p. 20-07-1857
6 Melchior GARCIA SAMPEDRO SUAREZ, évêque o.p. 28-07-1858
7 Girolamo HERMOSILLA, évêque o.p. O1-11-1861
8 Valentino BERRIO OCHOA, Évêque O.P. 01-11-1861
9 Stefano Teodoro CUENOT, évêque M.E.P. 14-11-1861
10 Francesco GIL DE FEDERICH, prêtre o.p. 22-O1-1745
11 Matteo Alonso LECINIANA, prêtre o.p. 22-O1-1745
12 Giacinto CASTANEDA, prêtre o.p. 07-11-1773
13 Vincenzo LE OUANG LIEM, prêtre o.p. 07-11-1773
14 Emanuele NGUYEN VAN TRIEU, prêtre 17-09-1798
15 Giovanni DAT, prêtre 28-10-1798
16 Pietro LE TUY, prêtre 11-10-1833
17 Francesco Isidoro GAGELIN, prêtre M.E.P. 17-10-1833
18 Giuseppe MARCHAND, prêtre M.E.P. 30-11-1835
19 Giovanni Carlo CORNAY, prêtre M.E.P. 20-09-1837
20 Vincenzo DO YEN, prêtre o.p. 30-06-1838
21 Pietro NGUYEN BA TUAN, prêtre 15-07-1838
22 Giuseppe FERNANDEZ, prêtre o.p. 24-07-1838
23 Bernardo VU VAN DUE, prêtre 01-08-1838
24 Domenico NGUYEN VAN HANH (DIEU), prêtre o.p. 01-08-1838
25 Giacomo DO MAI NAM, prêtre 12-08-1838
26 Giuseppe DANG DINH (NIEN) VIEN, prêtre 21-08-1838
27 Pietro NGUYEN VAN TU, prêtre o.p. 05-09-1838
28 Francesco JACCARD, prêtre M.E.P. 21-09-1838
29 Vincenzo NGUYEN THE DIEM, pPrêtre 24-11-1838
30 Pietro VO BANG KHOA, prêtre 24-11-1838
31 Domenico TUOC, prêtre o.p. 02-04-1839
32 Tommaso DINH VIÊT DU, prêtre o.p. 26-11-1839
33 Domenico NGUYÊN VAN (DOAN) XUYÊN, prêtre o.p. 26-11-1839
34 Pietro PHAM VAN TIZI, prêtre 21-12-1839
35 Paolo PHAN KHAC KHOAN, prêtre 28-04-1840
36 Giuseppe DO QUANG HIEN, prêtre o.p. 09-05-1840
37 Luca VU BA LOAN, prêtre 05-06-1840
38 Domenico TRACH (DOAI), prêtre o.p. 18-09-1840
39 Paolo NGUYEN NGAN, prêtre 08-11-1840
40 Giuseppe NGUYEN DINH NGHI, prêtre 08-11-1840
41 Martino TA DUC THINH, prêtre 08-11-1840
42 Pietro KHANH, prêtre 12-07-1842
43 Agostino SCHOEFFLER, prêtre M.E.P. 01-05-1851
44 Giovanni Luigi BONNARD, prêtre M.E.P. 01-05-1852
45 Filippo PHAN VAN MINH, prêtre 03-07-1853
46 Lorenzo NGUYEN VAN HUONG, prêtre 27-04-1856
47 Paolo LE BAO TINH, prêtre 06-04-1857
48 Domenico MÂU, prêtre o.p. 05-11-1858
49 Paolo LE VAN Loc, prêtre 13-02-1859
50 Domenico CAM, Prêtre T.O.P. 11-03-1859
51 Pietro DOAN LONG QUY, prêtre 31-07-1859
52 Pietro Francesco NERON, prêtre m.e.p. 03-11-1860
53 Tommaso KHUONG, prêtre T.O.P. 30-01-1861
54 Giovanni Teofano VENARD, prêtre M.E.P. 02-02-1861
55 Pietro NGUYEN VAN LUU, prêtre 07-04-1861
56 Giuseppe TUAN, prêtre o.p. 30-04-1861
57 Giovanni DOAN TRINH HOAN, prêtre 26-05-1861
58 Pietro ALMATO RIBERA, prêtre o.p. 01-11-1861
59 Paolo TONG VIET BUONG, laïc 23-10-1833
60 Andrea TRÂN VAN THÔNG, laïc 28-11-1835
61 Francesco Saverio CAN, catéchiste 20-11-1837
62 Francesco DO VAN (HIEN) CHIEU, catéchiste 25-06-1838
63 Giuseppe NGUYEN DINH UPEN, catéchiste T.O.P. 03-07-1838
64 Pietro NGUYEN DICH, Laïc 12-08-1838
65 Michele NGUYEN HUY MY, laïc 12-08-1838
66 Giuseppe HOANG LUONG CANH, laïc T.O.P. 05-09-1838
67 Tommaso TRAN VAN THIEN, séminariste 21-09-1838
68 Pietro TRUONG VAN DUONG, catéchiste 18-12-1838
69 Paolo NGUYEN VAN MY, catéchiste 18-12-1838
70 Pietro VU VAN TRUAT, catéchiste 18-12-1838
71 Agostino PHAN VIET HUY, laïc 13-06-1839
72 Nicola Bui DUC THE, laïc 13-06-1839
73 Domenico (Nicola) DINH DAT, laïc 18-07-1839 
74 Tommaso NGUYEN VAN DE, laïc T.O.P. 19-12-1839 
75 Francesco Saverio HA THONG MAU, catéchiste T.O.P. 19-12-1839 
76 Agostino NGUYEN VAN MOI, laïc T.O.P. 19-12-1839
77 Domenico BUI VAN UY, catéchiste T.O.P. 19-12-1839
78 Stefano NGUYEN VAN VINTI, laïc T.O.P. 19-12-1839
79 Pietro NGUYEN VAN HIEU, catéchiste 28-04-1840
80 Giovanni Battista DINH VAN THANH, catéchiste 28-04-1840
81 Antonio NGUYEN HUU (NAM) QUYNH, laïc 10-07-1840
82 Pietro NGUYEN KHAC TU, catéchiste 10-07-1840
83 Tommaso TOAN, catéchiste T.O.P. 21-07-1840
84 Giovanni Battista CON, laïc 08-11-1840
85 Martino THO, laïc 08-11-1840
86 Simone PHAN DAC HOA, laïc 12-12-1840
87 Agnese LE THI THANH (DE), laïc 12-07-1841
88 Matteo LE VAN GAM, Laïc 11-05-1847 
89 Giuseppe NGUYEN VAN LUU, catéchiste 02-05-1854 
90 Andrea NGUYEN KIM THONG (NAM THUONG), catéchiste 15-07-1855
91 Michele HO DINH HY, laïc 22-05-1857
92 Pietro DOAN VAN VAN, catéchiste 25-05-1857
93 Francesco PHAN VAN TRUNG, laïc 06-10-1858
94 Domenico PHAM THONG (AN) KHAM, laïc T.O.P. 13-01-1859
95 Luca PHAM THONG (CAI) THIN, lLaïc 13-01-1859
96 Giuseppe PHAM THONG (CAI) TA, laïc 13-01-1859
97 Paolo HANH, laïc 28-05-1859
98 Emanuele LE VAN PHUNG, laïc 31-07-1859
99 Giuseppe LE DANG THI, laïc 24-10-1860 
100 Matteo NGUYEN VAN (NGUYEN) PHUONG, laïc 26-05-1861
101 Giuseppe NGUYEN DUY KHANG, catéchiste T.O.P. 06-11-1861
102 Giuseppe TUAN, laïc 07-01-1862
103 Giuseppe TUC, laïc 01-06-1862
104 Domenico NINH, laïc 02-06-1862
105 Domenico TORI, laïc 05-06-1862
106 Lorenzo NGON, laïc 22-05-1862
107 Paolo (DONG) DUONG, laïc 03-06-1862
108 Domenico HUYEN, laïc 05-06-1862
109 Pietro DUNG, laïc 06-06-1862
110 Vincenzo DUONG, laïc 06-06-1862
111 Pietro THUAN, laïc 06-06-1862
112 Domenico MAO, laïc 16-06-1862
113 Domenico NGUYEN, laïc 16-06-1862
114 Domenico NHI, laïc 16-06-1862
115 Andrea TUONG, laïc 16-06-1862
116 Vincenzo TUONG, laïc 16-06-1862
117 Pietro DA, laïc 17-06-1862
_______________________

o.p. : Ordine dei Predicatori – Ordre des Frères prêcheurs (Dominicains) 
T.O.P.: Terziario dell’Ordine dei Predicatori – Tiers Ordre dominicain 
M.E.P.: Società delle Missioni Estere di Parigi – Société des Missions Étrangères de Paris


Site officiel du Vatican – © Copyright 2000 – Libreria Editrice Vaticana

Saints André Dung Lac et tous ceux martyrs au Viet Nâm priez pour nous !

24.11.2020 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,5-11. 

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara :
« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »
Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Hozana:Il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin.  – Prier avec l'Evangile du jour en image – Titre du site

COMMENTAIRE :

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350)

évêque de Jérusalem et docteur de l’Église – Catéchèses baptismales, n° 15 (Catéchèses baptismales et mystagogiques; trad. J. Bouvet; Éd. Soleil levant 1962, p. 330-331, rev.)

« Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas » (Mt 24,35)

Notre Seigneur Jésus Christ viendra des cieux et il viendra vers la fin de ce monde, au dernier jour ; car ce monde aura une fin, et ce monde créé sera renouvelé. Puisqu’en effet la corruption, le vol, l’adultère et les fautes de toutes sortes se sont répandues sur la terre et que « le sang versé succède au sang versé dans le monde » (Os 4,2), pour que cette admirable demeure ne reste pas remplie d’injustice, ce monde passera et il en sera inauguré un plus beau. (…) Écoute ce que dit Isaïe : « Le ciel sera roulé comme un livre et toutes les étoiles tomberont comme des feuilles de vigne et comme tombent les feuilles de figuier » (Is 34,4). L’Évangile dit aussi : « Le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera pas sa clarté et les étoiles tomberont du ciel » (Mt 24,29). Ne nous chagrinons pas comme si nous étions seuls à devoir mourir : les étoiles aussi mourront, mais peut-être seront-elles ressuscitées. Le Seigneur roulera les cieux, non pas pour les détruire, mais pour les ressusciter plus beaux. Écoute parler David le prophète : « Au commencement, Seigneur, tu as fondé la terre, et les cieux sont l’œuvre de tes mains : ils périront, mais toi tu demeures. (…) Tous vieilliront comme un manteau ; tu les rouleras comme un vêtement et ils seront changés » (Ps 101,26-28). (…) Écoute encore parler le Seigneur : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas » (Mt 24,35) ; c’est que le poids des choses créées n’égale pas celui des paroles de leur Maître.

Facebook

LECTURES :

Livre de l’Apocalypse 14,14-19.

Moi, Jean, j’ai vu : et voici une nuée blanche, et sur cette nuée, quelqu’un siégeait, qui semblait un Fils d’homme. Il avait sur la tête une couronne d’or et, à la main, une faucille aiguisée.
Un autre ange sortit du Sanctuaire. Il cria d’une voix forte à celui qui siégeait sur la nuée : « Lance ta faucille et moissonne : elle est venue, l’heure de la moisson, car la moisson de la terre se dessèche. »
Alors, celui qui siégeait sur la nuée jeta la faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.
Puis un autre ange sortit du Sanctuaire qui est dans le ciel ; il avait, lui aussi, une faucille aiguisée.
Un autre ange encore sortit, venant de l’autel ; il avait pouvoir sur le feu. Il interpella d’une voix forte celui qui avait la faucille aiguisée : « Lance ta faucille aiguisée, et vendange les grappes de la vigne sur la terre, car les raisins sont mûrs. »
L’ange, alors, jeta la faucille sur la terre, il vendangea la vigne de la terre et jeta la vendange dans la cuve immense de la fureur de Dieu.

Une pause par jour – 27 novembre 2018 | «Notre-Dame des 3 Vallées


Psaume 96(95),10.11-12a.12b-13ab.13bcd.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.

car il vient pour juger la terre.
Il jugera le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité !

Allez dire aux nation Le Seigneur est Roi ! » #Avent2017Nîmes ➡️ Rdv demain  pour la suite du calendrier de l'Avent sur la page Pastorale Des Jeunes du  diocèse de Nîmes

Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023

© Jeffrey Bruno / ALETEIA

La prière officielle des Journées mondiales de la jeunesse 2023 (JMJ), prévues à Lisbonne, a été dévoilée ce dimanche 22 novembre 2020. 

Les prochaines Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) de Lisbonne ne sont qu’en 2023 mais les futurs participants peuvent dès à présent réciter la prière officielle de l’événement. Le texte a été dévoilé par le Bureau de presse du Saint-Siège le 22 novembre 2020. Ce même jour, une délégation de jeunes du Portugal a reçu les symboles des JMJ – la Croix des JMJ et une reproduction de l’icône mariale Salus populi romani – à l’issue de la messe de la fête du Christ Roi en la basilique Saint-Pierre de Rome. L’événement devait initialement se tenir en août 2022 mais le pape François a annoncé dès le mois d’avril 2020 son report d’un an en raison de la pandémie de Covid-19.

Notre Dame de la Visitation, 
Toi qui partis vers la montagne rejoindre Élisabeth en hâte Conduis-nous aussi à la rencontre de tous ceux qui nous attendent Afin que nous leur annoncions l’Évangile vivant : Jésus-Christ, Ton Fils et notre Seigneur Nous nous hâterons sans nous laisser distraire et sans retard, dans la disponibilité et dans la joie.

« Marie se leva et partit avec empressement », tel est le thème de ces JMJ dévoilé dès juin 2020. Les jeunes sont appelés à « être lumière dans l’obscurité de la nuit » de ceux qui ne connaissent pas « la joie de la vie nouvelle en Jésus », avait déclaré le pape François lors de l’annonce du thème. Il faut à la jeunesse se servir de l’exemple de la Vierge Marie, qui s’est levée et a immédiatement dit « oui » à Dieu pour suivre le chemin qu’Il lui avait préparé. Il n’y a pas de joie « authentique », a-t-il estimé, si on ne la partage pas autour de soi. Plus le Christ sera porté aux autres, plus Dieu sera présent dans la vie des jeunes.

Source: ALETEIA, le 22 novembre 2020

Oração para a Jornada Mundial da Juventude 2023

Nossa Senhora da Visitação,

que partistes apressadamente para a montanha ao encontro de Isabel,
fazei-nos partir também ao encontro de tantos que nos esperam
para lhes levarmos o Evangelho vivo:
Jesus Cristo, vosso Filho e nosso Senhor!
Iremos apressadamente, sem distração nem demora,
antes com prontidão e alegria.
Iremos serenamente, pois quem leva Cristo leva a paz,
e o bem-fazer é o melhor bem-estar.
Nossa Senhora da Visitação,
com a vossa inspiração, esta Jornada Mundial da Juventude
será a celebração mútua do Cristo que levamos, como Vós outrora.
Fazei que ela seja ocasião de testemunho e partilha,
convivência e ação de graças,
procurando cada um o outro que sempre espera.
Convosco continuaremos este caminho de encontro,
para que o nosso mundo se reencontre também,
na fraternidade, na justiça e na paz.
Ajudai-nos,
Nossa Senhora da Visitação,
a levar Cristo a todos, obedecendo ao Pai, no amor do Espírito!  

Envers et contre tous, elle a demandé la grâce de son tortionnaire

Noella Rouget
Erdrokan/CC/Wikimedia – Noëlla Rouget, Déléguée pour la Suisse de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance lors de la cérémonie du 8 mai 2013 à Genève.

Noëlla Rouget, rescapée du camp de Ravensbrück, est décédée le 22 novembre. Résistante, puis déportée au cours de la Seconde Guerre mondiale, sa vie a été traversée par de grands bouleversements. Pourtant, lorsque son tortionnaire est condamné à mort plus de vingt ans après la fin du conflit, elle demande sa grâce, à la surprise générale. 

Le choix de son prénom n’était pas fortuit. Noëlla Rouget, qui est décédée ce dimanche, 22 novembre dans sa maison de retraite à Genève, fêtait ses 100 ans l’hiver dernier. Elle est née un 25 décembre. Une drôle de coïncidence pour cette femme qui s’est laissé guider toute sa vie par une foi qu’elle a chevillée au corps. Son incroyable histoire, rapportée par Le Monde, est un précieux témoignage et nous livre de puissants enseignements.

L’enfant Noëlla grandit dans une famille angevine où elle reçoit « une foi chrétienne profonde » ainsi que « des principes de comportement », ainsi qu’elle le formule elle-même. Elle a un frère, Georges, qui sera ordonné prêtre dans les années 1930. Au printemps 1940, lorsque résonnent les chants sordides des premières heures de la Seconde Guerre mondiale, Noëlla a 20 ans. Très vite, la jeune institutrice rejoint les bancs de la Résistance, d’abord en faisant passer quelques tracts, puis en devenant agent de liaison. Non contente de transmettre des messages, elle transporte également des valises et des armes sur sa bicyclette.

« Sois heureuse »

C’est à ce moment-là qu’elle fait la connaissance d’Adrien Tigeot, qui lui aussi a rejoint la Résistance. Communiste, il s’interroge sur la foi, en proie au doute. Les jeunes gens se plaisent et se fiancent. Le 7 juin 1943, Adrien est arrêté. Deux semaines plus tard, c’est au tour de Noëlla. Emprisonnée, elle est confiée à Jacques Vasseur. Fasciné par l’idéologie nazie, ce jeune homme de bonne famille a décidé de la servir corps et âme. Intelligent et parfaitement germanophone, il met son savoir au service de l’ennemi, devenant peu à peu un élément important de la Gestapo d’Angers.

Torturé au point d’être défiguré, Adrien ne survivra pas à son arrestation. Noëlle ne le reverra qu’une seule fois avant sa mort. Il lui laisse d’ailleurs une lettre qu’elle ne découvrira qu’à son retour de camp, dans laquelle il la somme d’être heureuse en souvenir de lui. « Puisque je ne suis plus, il faut que tu m’oublies, ma chérie, que tu vives. Notre grand amour est fini, il faut que tu guérisses ta plaie, que tu aimes encore. Ne fais pas un mariage de raison, ma Noëlla adorée, aime ton mari, sois heureuse, très heureuse, fais-le pour moi ». Une sorte de testament témoin de la grandeur qui peut habiter l’homme dans des circonstances exceptionnelles. Le 31 janvier 1944, la jeune femme part pour le camp de Ravensbrück qu’elle quittera le 5 avril 1945, pesant alors seulement 32 kilos. Fidèle au souhait d’Adrien, Noëlla profite de la vie. Elle épouse André Rouget et le couple s’installe à Genève. Deux enfants naîtront de leur union.

« Nous affranchir de l’esprit de vengeance »

Si l’histoire de Noëlla est déjà peu ordinaire, la suite réserve quelques surprises. Alors qu’il avait fui à la fin de la guerre, Jacques Vasseur, qui se cachait chez sa mère, est arrêté le 21 novembre 1962. Coupable de plusieurs centaines d’arrestations, de déportations et d’assassinats, son procès défraie la chronique et ses victimes défilent à la barre. Mais alors que le public s’indigne et demande sa mort, Noëlla se dresse et livre un tout autre discours. « Le droit de mort, seul Dieu le possède, ce n’est pas aux hommes de décider », affirme-t-elle avec conviction, elle qui a pourtant perdu son fiancé à cause de cet homme. Elle va jusqu’à écrire au président du tribunal en plein procès. Peine perdue car Jacques Vasseur est condamné à être guillotiné.

Qu’à cela ne tienne, Noëlla, audacieuse et déterminée, s’adresse cette fois au général de Gaulle en personne pour lui demander de gracier son tortionnaire. « J’ai rejoint les rangs de ceux qui pensent que, s’il faut combattre l’erreur, nous n’en avons pas, pour autant, le droit de disposer de celui qui a erré », lui écrit-elle, justifiant sa requête par les mots suivants : « Parce que je crois en Dieu, en qui je reconnais le seul maître absolu de la vie et de la mort ».

Jacques Vasseur est finalement gracié par le général mais la position de sa sauveuse lui attire de nombreuses inimitiés, à commencer par celles des autres victimes. Dans une lettre à l’intention d’anciennes déportées, elle s’exprime ainsi : « Ne pensez-vous pas qu’il serait temps de nous affranchir de l’esprit de vengeance qui nous retient prisonnières de ce cercle de haine dont nous avons tant souffert et nous empêche d’être disponibles pour des attitudes autrement constructives ? […] Après avoir été des témoins de la haine portée à son paroxysme, devenons les promoteurs de la compréhension entre les hommes et du respect foncier de la vie ». Ses paroles puissantes interpellent encore aujourd’hui. À la manière des Justes parmi les Nations, Noëlla Rouget a osé élever la voix et s’essayer sans faillir à l’exercice délicat pardon.

Source: ALETEIA, le 23 novembre 2020

Voir aussi: La Croix du 23 novembre 2020

JMJ 2023 : les jeunes de Lisbonne reçoivent la croix et l’icône

Messe du Christ Roi, 22 novembre 2020 © Vatican Media
Messe Du Christ Roi, 22 Novembre 2020 © Vatican Media

JMJ 2023 : les jeunes de Lisbonne reçoivent la croix et l’icône

« Criez par votre vie que le Christ vit » leur lance le pape

Les jeunes de Lisbonne, où auront lieu les Journées mondiales de la jeunesse en 2023, ont reçu les symboles des JMJ, la croix et l’icône de Marie, ce 22 novembre 2020, au cours d’une messe célébrée par le pape François pour la fête du Christ Roi de l’Univers.

Au terme de la célébration dans la basilique Saint-Pierre, des jeunes du Panama, lieu des Journées mondiales de la jeunesse en 2019, ont solennellement remis ces symboles aux jeunes portugais. « Chers jeunes, les a exhortés le pape, criez par votre vie que le Christ vit et règne ! Si vous vous taisez, les pierres crieront. »

Dans son homélie, le pape a appelé à faire des choix « forts, décisifs », et non pas « banals ». Il a cité les « obstacles » à cette voie : « Il y a la fièvre de la consommation, qui empoisonne le cœur de choses superflues. Il y’a l’obsession du divertissement, qui semble être l’unique voie pour s’évader des problèmes et pourtant il n’est qu’un report du problème. Il y a le fait de se fixer sur ses droits à réclamer, en oubliant le devoir d’aider. »

Il a aussi mis en garde contre « la grande illusion sur l’amour, qui semble être quelque chose à vivre à coup d’émotions, alors qu’aimer est avant tout don, choix et sacrifice ».

En raison des mesures sanitaires, seule une petite délégation – cinq jeunes de chaque pays – était présente. Ce geste de passation se fait traditionnellement au moment des Rameaux, mais il a été reporté cette année à cause de la pandémie.

La tradition des symboles des JMJ remonte à 1984 quand, en conclusion de l’Année jubilaire de la Rédemption (en 1983, pour fêter le 1950e anniversaire de la Rédemption), le pape Jean-Paul II confia aux jeunes la croix du Jubilé. Puis en 2003, il leur offrit une copie de l’icône de Marie Salut du Peuple romain (« Salus populi romani »), chère aux Romains. L’icône, abritée dans la basilique Sainte-Marie-Majeure, fait l’objet d’une dévotion particulière depuis le XIIIe siècle. Selon la tradition, elle aurait été peinte par l’évangéliste Luc.

Source: ZENIT.ORG, le 22 novembre 2020

Irak : l’indispensable reconstruction du patrimoine chrétien

Irak : l’indispensable reconstruction du patrimoine chrétien

La guerre a fait fuir des centaines de milliers de chrétiens de la région. Très peu sont revenus. A leur retour, le constat est dramatique. Les djihadistes ont détruit ou endommagé la totalité du patrimoine religieux. Aujourd’hui, l’heure est à la reconstruction. Un processus qui nécessite du temps, des efforts et de l’argent. Le photographe Pascal Maguesyan a dressé l’inventaire de ce patrimoine.

Jean Charles Putzolu – cité du Vatican

Pascal Maguésyan effectue son premier voyage en Irak à la rencontre des communautés chrétiennes en 2008. Il trouve des populations encore profondément marquées par les organisations terroristes. Dans la plaine de Ninive, Pascal est accueilli par des personnes éprouvées par la guerre, qui ont pour la plupart fui la capitale Bagdad et la ville de Mossoul. Elles témoignent des pressions et des persécutions subies.

A la suite de ce voyage, Pascal se consacre aux communautés chrétiennes d’orient, jusqu’à la publication aujourd’hui de l’album photo, Mesopotamia, qui recense le patrimoine chrétien de la région. Un patrimoine détruit ou vandalisé partout là où l’organisation de l’état islamique est passée.

L'église Al-Tahira des Chaldéens de Mossoul vandalisée et pillée par Daesh et endommagée par les bombardements lors de la bataille de Mossoul. Photo Étienne Piquet-Gauthier / Mesopotamia. Avril 2018

L’église Al-Tahira des Chaldéens de Mossoul vandalisée et pillée par Daesh et endommagée par les bombardements lors de la bataille de Mossoul. Photo Étienne Piquet-Gauthier / Mesopotamia. Avril 2018

« Lorsqu’en 2014 Daesh s’est emparé de la plaine de Nivive et de Mossoul, j’ai tout de suite compris ce qui se passait », témoigne Pascal. « J’ai compris que Daesh ne s’en prenait pas seulement aux populations civiles, qu’elles soient chrétiennes, yézidis ou autre, mais aussi aux communautés humaines et à leur patrimoine dans l’objectif stratégique d’éradiquer des civilisations ».

Il décide alors de créer l’association Mesopotamia Heritage pour inventorier le patrimoine chrétien et Yézidi.

15 ans de voyage en Mésopotamie

Pascal Maguésyan a parcouru l’Irak de long en large, filmé et photographié les monuments endommagés, contacté associations et fondations pour sensibiliser les consciences sur la nécessité de faire revivre ce patrimoine sans lequel le retour des communautés chrétiennes, déjà largement compromis, sera encore plus compliqué.

Il constate sur place que pas un édifice religieux n’a échappé aux destructions de Daesh. « Une politique systématique » dit le photographe, tout en précisant qu’à Mossoul, quelques bâtiments religieux, églises et monastères de la vielle ville notamment, ont été également victimes des bombardements de la coalition internationale lors des opérations militaires pour chasser les djihadistes et libérer la ville.

Une fragile reconstruction

L’Irak écrit aujourd’hui une nouvelle page de son histoire, et de nombreuses communautés sur place prônent toujours le « vivre ensemble ». Environ un tiers des chrétiens déplacés dans la plaine de Ninive est revenu s’installer dans sa communauté d’origine ; un autre tiers est toujours au Kurdistan, et reste donc déplacé ; le dernier tiers a quitté l’Irak, parfois de façon définitive, pour s’installer dans d’autres pays, dans le Golfe, en Europe ou aux Etats-Unis. Concernant Mossoul, la situation est quelque peu différente. Une cinquantaine de familles seulement est revenue en ville, dans la partie orientale de Mossoul essentiellement, mais pas dans la vieille ville. « On est très loin du compte », affirme Pascal Maguésyan. « Il y avait des dizaines de milliers de chrétiens à Mossoul avant la chute du régime de Saddam Hussein, avant Al Qaeda, avant Daesh ».

Pour favoriser le retour des chrétiens, l’importance du patrimoine apparait fondamentale, car l’église ou le monastère sont les lieux de rassemblement par excellence de ces communautés. Elles ont donc nécessairement besoin de restaurer ou de reconstruire ces édifices si elles veulent replanter leurs racines, se ressouder et se reconnecter à leur village et à leur terre.

Soir de fête, sous la protection des NPU (Unités de Protection de la Plaine de Ninive), au couvent restauré Mart Barbara de Karamlesse. Photo Pascal Maguesyan / Mesopotamia. Mai 2019

Soir de fête, sous la protection des NPU (Unités de Protection de la Plaine de Ninive), au couvent restauré Mart Barbara de Karamlesse. Photo Pascal Maguesyan / Mesopotamia. Mai 2019

Dans la plaine de Ninive, les chrétiens sont assez nombreux pour prendre en charge financièrement la rénovation de leurs lieux de culte, bien qu’aidés aussi par des bailleurs de fonds internationaux, des ONG et le milieu associatif. Grace à ces efforts combinés, et aux manches retroussées des communautés locales, 80 à 90 pour cent du patrimoine chrétien et Yézidi de la plaine de Ninive est aujourd’hui en voie de reconstruction.

Pour la ville de Mossoul, encore une fois, la situation est différente. Dans la vieille ville, qui renferme la plus grande partie du patrimoine chrétien, la sécurité n’est malheureusement toujours pas garantie. Il y a par ailleurs des difficultés d’ordre administratif, clanique et politique, qui freinent les projets de remise sur pied des lieux de culte. Par conséquent, à ce jour, seuls 10 pour cent des travaux de restauration ont été engagés. Ainsi, l’église syriaque catholique Mar Touma a retrouvé ses trois autels, l’autel centrale et les deux autels latéraux du sanctuaire. Autre exemple, l’église Al Bichara, de Mossoul est, a été intégralement reconstruite, avec le presbytère et une résidence étudiante, et inaugurée en décembre 2019. Des chantiers menés à terme grâce au travail de la communauté syriaque catholique locale qui revient, et au soutien financier de plusieurs fondations et associations. A côté de ces deux exemples positifs, il reste à Mossoul au moins une dizaine d’églises à reconstruire et pour lesquelles les dossiers sont toujours en attente dans des tiroirs.

Le soutien des jeunes musulmans

A Mossoul, les jeunes musulmans aussi se mobilisent pour favoriser le retour des chrétiens « la ville n’est pas la même sans vous, revenez ! » dit Mohamed aux familles qui ont fui la ville et ses violences fondamentalistes. Mohamed Essam, avec d’autres jeunes musulmans, a fondé une association de bénévoles dont l’objectif est d’aider à la restauration des édifices historiques de Mossoul. Lorsque le journaliste de l’agence Asianews l’a rencontré, il était en train d’aider au déblayage des débris dans l’église syro-catholique de Saint Thomas, détruite et saccagée par les djihadistes dès leur prise de contrôle de la ville au cours de l’été 2014. Les combattants de l’Etat islamique s’en sont d’ailleurs pris aussi bien aux églises qu’aux mosquées. Pascal Maguésyan a une explication pour ce paradoxe « Daesh est une organisation totalitaire, rien ne peut exister avant sa vision de l’Islam radical, et rien n’existera plus après, que cela soit le patrimoine yézidi, le patrimoine chrétien, le patrimoine juif, et même parmi le patrimoine musulman, dont une partie est d’influence architecturale Perse, Mongole, Jalili, ou autre. Ces influences culturelles ne peuvent avoir droit de citer dans la vision totalitaire de Daesh ».

Mohamed n’a pas oublié les atrocités commises par les combattants du califat autoproclamé: « Nous voulons changer la perception qu’ont les gens de la région et du monde de la ville de Mossoul. Nous voulons que les chrétiens fassent partie de cette terre parce qu’ils ont eux aussi une histoire ici, riche et précieuse », affirme le cofondateur des «Bras de Mossoul».

Au cours de ses périples, Pascal a observé un changement dans la perception qu’ont les irakiens de leur patrimoine. Si par le passé ils remplaçaient sans trop se poser de question de vieilles bâtisses à l’architecture particulière par des nouvelles constructions souvent insignifiantes en béton armé, le passage de Daesh a révélé aux irakiens la valeur historique, architecturale et culturelle de leur patrimoine. Il en découle un début de réflexion sur la nécessité de reconstruire à l’identique ou dans le respect du bâti ancien.

Source: VATICANNEWS, le 23 novembre 2020

Le nombre de prêtres augmente en Afrique et en Asie, mais diminue en Europe

Ordinations sacerdotales à la basilique Saint-Pierre, le 22 avril 2018.Ordinations sacerdotales à la basilique Saint-Pierre, le 22 avril 2018.  (ANSA)

Le nombre de prêtres augmente en Afrique et en Asie, mais diminue en Europe

Le Bureau central des statistiques a analysé comme chaque année les variations du nombre de prêtres sur un cycle quinquennal, cette fois sur la période de 2013 à 2018.

Une légère diminution globale est enregistrée concernant le nombre de prêtres diocésains et religieux dans le monde, passant de 415 348 à 414 065 sur cette période de 5 ans, soit une contraction de 0,3%. Néanmoins, de fortes différences sont observées selon les zones géographiques, confirmant une tendance déjà observée dans les périodisations précédentes.

De fortes augmentations sont enregistrées en Afrique (+ 14,3%) et en Asie (+11%), alors que l’Amérique (Nord et Sud confondus) est stable, avec 122 000 prêtres. Par contre, l’Océanie (-1,1%) et surtout l’Europe (-7%) enregistrent des diminutions.

Le nombre de prêtres diocésains est globalement en augmentation (+0,5%, soit 1500 clercs en plus) mais le nombre de prêtres religieux diminue (-2% à l’échelle mondiale, soit 2600 prêtres en moins). Le continent américain enregistre une sensible diminution du nombre de prêtres religieux (-6,7%) mais pour ce continent, le phénomène est compensé, dans les statistiques, par une augmentation comparable du nombre de prêtres diocésains.

Les difficultés du renouvellement générationnel en Europe

Environ 43 000 ordinations ont eu lieu entre 2013 et 2018, l’Amérique concentrant 28% de ces ordinations, devant l’Afrique et l’Asie (25% chacune) et l’Europe (20%).

La mortalité des prêtres diffère, naturellement, en fonction de la pyramide des âges. Plus de 23 000 décès ont été recensés dans le clergé européen entre 2013 et 2018, pour 15 000 ordinations.

C’est aussi en Europe, ainsi qu’en Amérique, que ce concentre le nombre le plus important de défections : près de 6000 prêtres ont quitté le sacerdoce sur ces cinq années. Mais il faut noter aussi le phénomène, moins connu, des réintégrations dans le clergé: 1130 prêtres sont revenus sur cette période de cinq ans, essentiellement en Europe et en Asie. Ces dispositions peuvent concerner, par exemple, des prêtres ayant quitté le sacerdoce pour se marier, mais qui reviennent dans l’état clérical après un veuvage.

Enfin, un autre phénomène est à signaler: celui des migrations internes au clergé, avec un solde positif pour l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, l’Europe et l’Océanie, et un solde fortement négatif pour l’Amérique du Sud, l’Afrique et l’Asie. Mais ces soldes négatifs traduisent aussi, naturellement, la capacité de ces Églises plus jeunes à venir prêter assistance aux diocèses en difficulté dans l’hémisphère Nord, inversant ainsi les flux missionnaires des siècles précédents.

Source: VATICANNEWS, le 23 novembre 2020

Retrouver la pureté originelle de la dévotion à Marie

Retrouver la pureté originelle de la dévotion à Marie

Dans une lettre récente adressée à un groupe de travail anti-mafia dirigé par  le père Stefano Cecchin, président de l’Académie Mariale Internationale Pontificale, le pape François a appelé à « libérer la figure de la Madone de l’influence des organisations criminelles ».

« La dévotion mariale est un héritage religieux et culturel à sauvegarder dans sa pureté originelle, en le libérant des superstructures, des pouvoirs ou des conditionnements qui ne répondent pas aux critères évangéliques de justice, de liberté, d’honnêteté et de solidarité », a souligné le pape François.

L’objectif de cet organisme anti-mafia est de mettre fin à l’influence de la pègre sur les événements religieux et les lieux dédiés à la Vierge. Quand on parle de la « mafia » en Italie, on fait référence à une réalité extrêmement multiforme qui s’infiltre dans tous les aspects de la vie quotidienne. Le père Cecchin a déclaré que la nouvelle organisation combattra la « spiritualité déviante »reconnaissable dans plusieurs secteurs de la société italienne, où il est normal d’honorer la Mère de Dieu et les parrains de la mafia en même temps !

En mai 1993, le pape saint Jean-Paul II s’est opposé à la mafia, décrivant la Cosa Nostra comme « une culture de la mort » et « un ennemi de la dignité humaine et de la paix civile », et s’est exclamé « Au nom du Christ, je dis aux personnes impliquées : Convertissez-vous ! Un jour, vous serez confrontés au jugement de Dieu ! … Que l’harmonie règne sur cette terre qui est la vôtre ! »

Ces propos improvisés à la fin d’une messe en plein air au cours de laquelle saint Jean-Paul II a demandé aux mafieux de se convertir, de changer de voie ou de faire face à la colère du jugement final de Dieu, ont marqué un tournant dans l’histoire de l’Église italienne. L’intersection entre le crime organisé et la vénération de la Vierge Marie ne se limite d’ailleurs pas à l’Italie !

Adapté d’un article paru dans Crux Now, août 2020

Source: une minute avec Marie, le 23 novembre 2020