Blog

23.01.2020 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 3,7-12.

Résultat de recherche d'images pour "Marc 3,7-12"

En ce temps-là, Jésus se retira avec ses disciples près de la mer, et une grande multitude de gens, venus de la Galilée, le suivirent.
De Judée, de Jérusalem, d’Idumée, de Transjordanie, et de la région de Tyr et de Sidon vinrent aussi à lui une multitude de gens qui avaient entendu parler de ce qu’il faisait.
Il dit à ses disciples de tenir une barque à sa disposition pour que la foule ne l’écrase pas.
Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher.
Et lorsque les esprits impurs le voyaient, ils se jetaient à ses pieds et criaient : « Toi, tu es le Fils de Dieu ! »
Mais il leur défendait vivement de le faire connaître.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Julienne de Norwich (1342-après 1416)

recluse anglaiseRévélations de l’amour divin, ch. 36 (trad. Evangelizo.org d’après le texte original anglais)

« Tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher »

Aussi longtemps que nous vivrons, quand en notre folie nous tournons notre regard vers ce qui est réprouvé, notre Seigneur Dieu nous touche avec tendresse et nous appelle avec une grande joie, en disant en notre âme : « Laisse là ce que tu aimes, mon enfant très cher. Tourne-toi vers moi ; je suis tout ce que tu veux. Réjouis-toi dans ton sauveur et dans ton salut. » Je suis sûre que l’âme perspicace par la grâce verra et sentira que notre Seigneur opère ainsi en nous. Car si cette œuvre concerne l’humanité en général, tout homme en particulier n’en est pas exclu. (…) Qui plus est, Dieu a éclairé spécialement mon intelligence et m’a enseigné sur la façon dont il opère les miracles : « On sait que j’ai accompli déjà ici-bas beaucoup de miracles, éclatants et merveilleux, glorieux et grands. Ce que j’ai fait alors, je le fais encore continuellement, et je le ferai dans les temps à venir. » Nous savons que tout miracle est précédé par des souffrances, des angoisses, des tribulations. C’est pour que nous prenions conscience de notre faiblesse et des sottises que nous commettons à cause de notre péché et, par là, pour que nous devenions humbles et criions à Dieu, implorant son secours et sa grâce. Les miracles surgissent ensuite ; ils proviennent de la haute puissance, sagesse et bonté de Dieu et révèlent sa force et les joies du ciel, autant que cela est possible en cette vie passagère. Ainsi notre foi se fortifie et notre espérance grandit dans l’amour. Voilà pourquoi il plaît à Dieu d’être connu et glorifié par des miracles. Il veut que nous ne soyons pas accablés par la tristesse et les tempêtes qui s’abattent sur nous ; il en est toujours ainsi avant les miracles !

LECTURES :

Premier livre de Samuel 18,6-9.19,1-7.

En ces jours-là, au retour de l’armée, lorsque David revint après avoir tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël à la rencontre du roi Saül pour chanter et danser au son des tambourins, des cris de joie et des cymbales.
Les femmes dansaient en se renvoyant ce refrain : « Saül a tué ses milliers, et David, ses dizaines de milliers. »
Saül le prit très mal et fut très irrité. Il disait : « À David on attribue les dizaines de milliers, et à moi les milliers ; il ne lui manque plus que la royauté ! »
Depuis ce jour-là, Saül regardait David avec méfiance.
Saül dit à son fils Jonathan et à tous ses serviteurs son intention de faire mourir David. Mais Jonathan, le fils de Saül, aimait beaucoup David
et il alla le prévenir : « Mon père Saül cherche à te faire mourir. Demain matin, sois sur tes gardes, mets-toi à l’abri, dissimule-toi.
Moi, je sortirai et je me tiendrai à côté de mon père dans le champ où tu seras. Je parlerai de toi à mon père, je verrai ce qu’il en est et je te le ferai savoir. »
Jonathan fit à son père Saül l’éloge de David ; il dit : « Que le roi ne commette pas de faute contre son serviteur David, car lui n’a commis aucune faute envers toi. Au contraire, ses exploits sont une très bonne chose pour toi.
Il a risqué sa vie, il a frappé à mort Goliath le Philistin, et le Seigneur a donné une grande victoire à tout Israël : tu l’as vu et tu en as été heureux. Pourquoi donc commettre une faute contre la vie d’un innocent, en faisant mourir David sans motif ? »
Saül écouta Jonathan et fit ce serment : « Par le Seigneur vivant, il ne sera pas mis à mort ! »
Alors Jonathan appela David et lui répéta tout ce que le roi avait dit. Puis il le conduisit à Saül, et David reprit sa place comme avant.

Psaume 56(55),2-3.9ab-10.11a.12.13-14ab.

Pitié, mon Dieu ! Des hommes s’acharnent contre moi ;
tout le jour, ils me combattent, ils me harcèlent.
Ils s’acharnent, ils me guettent tout le jour ;
mais là-haut, une armée combat pour moi.

Toi qui comptes mes pas vagabonds,
recueille en tes outres mes larmes.
Le jour où j’appellerai, mes ennemis reculeront ;
je le sais, Dieu est pour moi.

Sur Dieu dont j’exalte la parole,
sur Dieu, je prends appui :
plus rien ne me fait peur !
Que peuvent sur moi des humains ?

Mon Dieu, je tiendrai ma promesse,
je t’offrirai des sacrifices d’action de grâce ;
car tu m’as délivré de la mort
et tu préserves mes pieds de la chute.

Résultat de recherche d'images pour "Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher."

La Prière pour les Conversions de Saint Vincent Pallotti « Père éternel, c’est Votre volonté que tous soient sauvés »

Image associée

La Prière pour les Conversions de Saint Vincent Pallotti « Père éternel, c’est Votre volonté que tous soient sauvés » :

« Père éternel, c’est Votre volonté que tous soient sauvés.

Grande est votre Miséricorde.

Votre Fils Jésus est mort pour nous tous.

Enseignez aux hommes à Vous connaître et Vous aimer.

Nous prions avec une foi profonde en la Mort et la Résurrection du Christ.

Ô Seigneur, envoyez des ouvriers à Votre vigne et épargnez Votre peuple.

Verbe éternel, Rédempteur de la création, convertissez toutes les âmes.

Vous avez été obéissant pour tous, jusqu’à mourir sur la Croix.

Jetez un regard favorable sur les mérites de Votre Mère et de tous les Saints et les Anges qui intercèdent pour nous.

Ô Seigneur, envoyez des ouvriers à Votre vigne et épargnez Votre peuple.

Ô Esprit Saint, par les mérites infinis de Notre Seigneur Jésus Christ enflammez nos cœurs de Votre ardent Amour, qui peut toutes choses, que nous ne formions plus qu’un seul troupeau et un seul Berger, et que tous puissent parvenir au ciel pour chanter Votre Divine Miséricorde.

Reine des Apôtres, de tous les Saints et les Anges, priez pour nous le Maître de la moisson : Ô Seigneur, envoyez des ouvriers à Votre vigne, et épargnez Votre peuple, que nous ne fassions qu’Un avec Vous, le Père et le Saint Esprit, et que nous parvenions à la joie éternelle. Ainsi soit-il. »

Saint Vincent Pallotti (1795-1850)

Image associée

En 1926, il est sauvé de la noyade par une Dame en bleu 

En 1926, il est sauvé de la noyade par une Dame en bleu

Les catholiques du pays de Galles ont célébré la restauration d’un sanctuaire très cher aux habitants, qui avait été érigé en mémoire d’un miracle de la Vierge.  En 1926, un petit garçon de trois ans nommé Gerald O’Shea, dont les parents habitaient l’ancien village minier, était tombé dans les eaux noires de charbon à la confluence des rivières du Taff et du Cynon. Rentré chez lui, il déclara avoir été sauvé de la noyade par une Dame en bleu, la même qui figurait sur sa médaille religieuse.

Un sanctuaire pour commémorer le miracle fut creusé à l’intérieur des falaises rocheuses escarpées, par des mineurs dont beaucoup venaient d’Italie et d’Irlande. L’endroit est devenu un lieu de pèlerinage attirant environ 10 000 pèlerins par an. Mais au fil du temps, la végétation a envahi le sanctuaire et le chemin y accédant s’est effondré, devenant dangereux.

Le site fut abandonné jusqu’à ce que dans les années 2000, le père John Phillips prenne la charge de l’église Saint-Thomas, située au-dessus du sanctuaire. Avec l’aide d’un groupe de paroissiens, le nouveau pasteur a déblayé les ronces et les branches qui barraient le sentier et a restauré le sanctuaire oublié depuis une décennie.

Ainsi le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, à Abercynon dans la vallée de Cynon au Pays de Galles, resté inaccessible pendant près de dix ans, vient d’être reconsacré officiellement le 20 octobre 2019 par l’archevêque de Cardiff, Mgr George Stack. Les travaux d’aménagement ont transformé le site, hier envahi par la végétation, en un lieu agréable où les gens peuvent s’asseoir et prier dans un cadre paisible.

Adapté d’un article paru dans The Tablet, le 25 octobre 2019

Prions : Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Source: https://us3.campaign-archive.com/?e=011dea2e3f&u=bbaf519c73482457368060b5b&id=5903942f44

La Prière de Saint Vincent Pallotti « Marie immaculée, Mère de Dieu, Reine des Apôtres »

Image associée

Prière de Saint Vincent Pallotti de Norcia

Voici une Prière Mariale pour l’apostolat « Marie immaculée, Mère de Dieu, Reine des Apôtres » de Saint Vincent Pallotti de Norcia (1795-1850), Prêtre italien à vocation apostolique qui prêchait l’Evangile à la population misérable de Rome avec une grande charité et Fondateur de la Pieuse Société des Missions qui deviendra la Société de l’Apostolat Catholique dite des Pallottins.


La Prière de Saint Vincent Pallotti « Marie immaculée, Mère de Dieu, Reine des Apôtres » :

« Marie immaculée, Mère de Dieu, Reine des Apôtres, nous savons le commandement d’amour de Dieu qui nous incite à collaborer à la mission de l’Eglise.

Réalisant notre propre faiblesse, nous confions à Votre intercession, le renouvellement de nos vies intimes et notre apostolat.

Par les mérites infinis de Jésus Christ et confiants en la Miséricorde de Dieu, Vous, qui êtes notre Mère, nous obtiendrez la puissance de l’Esprit Saint comme vous le fîtes pour les Apôtres réunis dans la chambre haute.

Comptant sur votre maternelle intercession, à partir de cet instant, nous sommes décidés à consacrer tous nos talents, notre savoir, nos biens matériels, notre santé, nos maladies et épreuves à Dieu, pour sa plus grande gloire et le salut de tous.

Nous espérons prolonger ces actions en favorisant l’apostolat catholique, par le renouveau de la foi en Dieu et l’amour de son peuple, amenant ainsi tous les hommes et les femmes à la foi en Jésus Christ.

Et si un temps venait où nous n’ayons rien à offrir de solide à cette fin, nous ne cesserions de prier, pour que tous ne formions qu’un troupeau avec le seul Berger Jésus Christ.

De cette façon, nous espérons jouir pour l’éternité des bienfaits de l’Apostolat de Jésus Christ. Ainsi soit-il. »

Saint Vincent Pallotti (1795-1850)

Image associée

22.01.2020 – SAINT DU JOUR

Saint Vincent Pallotti
Prêtre et fondateur de la
« Societas Apostolatus Cattolici
 », († 1850)

Vincent (Vincenzo) Pallotti naît a Rome, le 21 avril 1795, troisième de dix enfants de  Pietro Paolo et Maria Maddalena De Rossi. Ses premières études eurent lieu à l’école de San Pantaleone, puis il alla au collège à Rome.

C’est à l’âge de 16 ans qu’il souhaita devenir prêtre. Le 16 mai 1820, il était ordonné et célébrait sa première messe dans l’église du Gesù, à Frascati.

Le 25 juillet, il devenait docteur en théologie, et fut nommé professeur de théologie. Il était un excellent théologien, et aurait pu faire une brillante carrière dans l’enseignement de cette discipline, mais sa vocation le porta plutôt vers l’apostolat.

Il parcourait la ville de Rome, apportant aide matérielle et réconfort à la population misérable, prêchant l’évangile, vivant de peu, et partageant le peu qu’il avait, écoutant les confessions, et aidant spirituellement tous les fidèles qui venaient à lui.

Parallèlement, dans le contexte qui était celui où il vivait, avec l’aide de quelques collaborateurs, il œuvrait à la coordination de toutes les initiatives apostoliques qui impliquaient les chrétiens, religieux et laïcs, afin que la mission et l’action de l’Église se propagent partout.

Le père Pallotti était persuadé de l’importance de la charité et de sa mise en œuvre par tous les catholiques afin d’apporter la Bonne Nouvelle à tous.

C’est ainsi qu’en 1835, il fonda la Pieuse Société des Missions qui deviendra la « Societas Apostolatus Cattolici » (Société de l’Apostolat Catholique – congrégation connue sous l’appellation des Pallottins), mise en place pour animer des groupes de prêtres et de laïcs œuvrant à l’action catholique.

Par ailleurs, le Père Pallotti, dès 1836, a commencé à promouvoir l’observance de l’octave de l’Épiphanie, qui est toujours célébrée ; son but étant d’être un signe de rapprochement avec les églises orientales.

Don Vincenzo meurt prématurément d’un refroidissement, le 22 janvier 1850 ; il n’avait que 55 ans. Il fut inhumé dans l’église de San Salvatore à Onda.

Déclaré Vénérable en 1887 par le pape Léon XIII (Vincenzo Pecci, 1878-1903), qui le considérait déjà comme un saint, Vincenzo Pallotti fut béatifié le 22 janvier 1950 par le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958), et canonisé le 20 janvier 1963 par St Jean XXIII (Angelo Giuseppe Roncalli, 1958-1963).

Les Pallottins sont voués aux missions, à l’apostolat de la jeunesse à travers des œuvres d’éducation, à l’apostolat de la presse et à diverses œuvres d’assistance. Ils attachent de l’importance à la participation commune des prêtres, des laïcs et des religieux et à la promotion du laïcat.

Des missions existent notamment en Amérique du Sud, Australie, Inde, Afrique, Océanie. La congrégation compte 2391 membres en 2008, dont 1640 prêtres en 2005, répartis en 407 maisons.

Il existe aussi une congrégation des Sœurs de l’Apostolat catholique, appelées pallottines.

Les Pères Pallotins œuvrent en France à la diffusion des messages reçus par sainte Faustine Kowalska. Ils éditent une très belle petite revue trimestrielle le « Messager de la Miséricorde Divine ».

Pour aller plus loin : >>> Divine Miséricorde.

Pour un approfondissement biographique, lire :

>>> Vincent Pallotti

Saint Vincent Pallotti priez pour nous !

22.01.2020 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 3,1-6.

En ce temps-là, Jésus entra de nouveau dans la synagogue ; il y avait là un homme dont la main était atrophiée.
On observait Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat. C’était afin de pouvoir l’accuser.
Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée : « Lève-toi, viens au milieu. »
Et s’adressant aux autres : « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de tuer ? » Mais eux se taisaient.
Alors, promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leurs cœurs, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il l’étendit, et sa main redevint normale.
Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Méliton de Sardes (?-v. 195)

évêqueHomélie pascale, 71-73; SC 123 (Sur la Pâque et fragments; trad. O. Perler; Éds du Cerf 1966, p. 99-103 rev.)

« Navré de l’endurcissement de leur cœur »

C’est lui l’agneau sans voix, c’est lui l’agneau égorgé, lui qui est né de Marie, l’agnelle gracieuse. C’est lui qui a été tiré du troupeau et mené à la mort, tué le soir, enseveli de nuit (…), pour ressusciter d’entre les morts et ressusciter l’homme du fond de son tombeau. Il a donc été mis à mort. Et mis à mort où ? Au cœur de Jérusalem. Pourquoi ? Parce qu’il avait guéri leurs boiteux, purifié leurs lépreux, ramené leurs aveugles à la lumière, et ressuscité leurs morts (Lc 7,22). Voilà pourquoi il a souffert. Il est écrit dans la Loi et les prophètes : « Ils m’ont rendu le mal pour le bien ; mon âme est à l’abandon. Ils ont médité le mal contre moi, en disant : ‘Ligotons le juste, car il nous est odieux’ » (Ps 37,21; cf. Jr 11,19). Pourquoi as-tu commis ce crime sans nom ? Tu as déshonoré celui qui t’avait honoré, tu as humilié celui qui t’avait exalté, tu as renié celui qui t’avait reconnu, tu as rejeté celui qui t’avait appelé, tu as tué celui qui te vivifiait. (…) Il fallait qu’il souffre, mais non par toi. Il fallait qu’il soit humilié, mais non par toi. Il fallait qu’il soit jugé, mais non par toi. Il fallait qu’il soit crucifié, mais non par ta main. Voici les paroles que tu aurais dû crier à Dieu : « Ô Maître, s’il faut que ton Fils souffre, si telle est ta volonté, qu’il souffre, mais non par moi ».    

LECTURES :

Premier livre de Samuel 17,32-33.37.40-51.

En ces jours-là, David dit à Saül : « Que personne ne perde courage à cause de ce Philistin. Moi, ton serviteur, j’irai me battre avec lui. »
Saül répondit à David : « Tu ne peux pas marcher contre ce Philistin pour lutter avec lui, car tu n’es qu’un enfant, et lui, c’est un homme de guerre depuis sa jeunesse. »
David insista : « Le Seigneur, qui m’a délivré des griffes du lion et de l’ours, me délivrera des mains de ce Philistin. » Alors Saül lui dit : « Va, et que le Seigneur soit avec toi ! »
David prit en main son bâton, il se choisit dans le torrent cinq cailloux bien lisses et les mit dans son sac de berger, dans une poche ; puis, la fronde à la main, il s’avança vers le Philistin.
Le Philistin se mit en marche et, précédé de son porte-bouclier, approcha de David.
Lorsqu’il le vit, il le regarda avec mépris car c’était un jeune garçon ; il était roux et de belle apparence.
Le Philistin lui dit : « Suis-je donc un chien, pour que tu viennes contre moi avec un bâton ? » Puis il le maudit en invoquant ses dieux.
Il dit à David : « Viens vers moi, que je te donne en pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages ! »
David lui répondit : « Tu viens contre moi avec épée, lance et javelot, mais moi, je viens contre toi avec le nom du Seigneur des armées, le Dieu des troupes d’Israël que tu as défié.
Aujourd’hui le Seigneur va te livrer entre mes mains, je vais t’abattre, te trancher la tête, donner aujourd’hui même les cadavres de l’armée philistine aux oiseaux du ciel et aux bêtes de la terre. Toute la terre saura qu’il y a un Dieu pour Israël,
et tous ces gens rassemblés sauront que le Seigneur ne donne la victoire ni par l’épée ni par la lance, mais que le Seigneur est maître du combat, et qu’il vous livre entre nos mains. »
Goliath s’était dressé, s’était mis en marche et s’approchait à la rencontre de David. Celui-ci s’élança et courut vers les lignes des ennemis à la rencontre du Philistin.
Il plongea la main dans son sac, et en retira un caillou qu’il lança avec sa fronde. Il atteignit le Philistin au front, le caillou s’y enfonça, et Goliath tomba face contre terre.
Ainsi David triompha du Philistin avec une fronde et un caillou : quand il frappa le Philistin et le mit à mort, il n’avait pas d’épée à la main.
Mais David courut ; arrivé près du Philistin, il lui prit son épée, qu’il tira du fourreau, et le tua en lui coupant la tête. Quand les Philistins virent que leur héros était mort, ils prirent la fuite.

Psaume 144(143),1.2.9-10.

Béni soit le Seigneur, mon rocher !
Il exerce mes mains pour le combat,
il m’entraîne à la bataille.

Il est mon allié, ma forteresse,
ma citadelle, celui qui me libère ;
il est le bouclier qui m’abrite,
il me donne pouvoir sur mon peuple.

Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
pour toi qui donnes aux rois la victoire
et sauves de l’épée meurtrière David, ton serviteur.

Résultat de recherche d'images pour "« Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ?"

République Dominicaine, Higuey : Notre-Dame d’Altagracia (1650)

Notre-Dame de Haute Grâce

La basilique de Notre-Dame d’Altagracia (de « Haute Grâce ») est située à 180 km de Saint Domingue, en République Dominicaine. Le sanctuaire s’appelle aussi Notre-Dame de la Nina, du nom d’une jeune adolescente à l’origine du sanctuaire.

En effet, un colon espagnol avait l’habitude de se rendre à la ville de Ozama faire quelques courses. Cette fois-là, sa fille Nina, âgée de 14 ans, lui avait demandé une image de Notre-Dame de « Haute Grâce ».

Mais il revint sans l’avoir trouvée. Il fit étape dans une auberge, et confia sa peine à un vieil ami qu’il y rencontra. Un autre personnage intervint alors et sortit de sa besace une toile représentant Notre-Dame de « Haute Grâce », la Vierge en prière devant l’Enfant Jésus, et saint Joseph derrière elle.

Plein de joie, il voulut la lui acheter, mais ce dernier la lui offrit. Le lendemain matin, le mystérieux personnage avait disparu, et la fille Nina vient à la rencontre de son père, un 21 janvier. C’est à l’endroit où le père et la fille se rencontrèrent, à Higuey, qu’est aujourd’hui construit le sanctuaire.

Le culte a commencé le 21 janvier 1569, anniversaire de l’évènement. Le pape saint JeanPaul II est venu dans ce sanctuaire en 1992.

L’image de Notre-Dame de Haute Grâce représente la scène de la naissance de Jésus dans la crèche de Bethléem. On y met en relief la maternité de la Vierge. Ce qui attire d’abord notre attention c’est le visage de Marie en attitude d’adoration, les mains jointes. Sur la poitrine de Marie, on remarque comme une lumière blanche, en forme de triangle, expression de la naissance virginale de Jésus. Sa tête est couverte d’une voile bleu foncé qui tombe jusqu’aux épaules et porte une couronne de perles, symbole de sa condition de Reine, puisqu’elle est la Mère du Roi.

Derrière, se détache une grande étoile, celle-là même qui a accompagné les Mages pour leur faire connaître le Sauveur, et tout autour douze étoiles, qui représentent l’Eglise, fondée sur les Douze Apôtres. Devant la Mère, on voit l’Enfant Jésus, nu, endormi sur de la paille et plus loin, derrière, se trouve Saint Joseph, vêtu d’une cape rouge et tenant un cierge dans la main gauche.

Source: https://us3.campaign-archive.com/?e=011dea2e3f&u=bbaf519c73482457368060b5b&id=c57dfce373