Blog

La photo virale de ce médecin colombien qui prie le chapelet

Facebook-Luis Alberto Gallego

La photo virale de ce médecin colombien qui prie le chapelet

Alors que la Colombie est elle aussi durement touchée par la pandémie de Covid-19, une photo d’un médecin priant le chapelet dans le couloir d’un hôpital est devenue virale. Elle symbolise la foi et l’humanité, au cœur d’un pays manquant notamment d’un système de santé adéquat.

Dès qu’il en a l’occasion, l’anesthésiste Néstor Ramírez Arrieta, qui travaille dans une clinique de la ville de Carthagène (Colombie), profite de ses pauses pour prier avec le chapelet. Une photo a immortalisé ce moment. Publiée par le pasteur évangélique Luis Alberto Gallego, elle a été partagée et commentée par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux.

Cette image de mon grand ami et frère le docteur Nestor Ramirez, anesthésiste, m’a brisé le cœur. Comme de nombreux médecins, il subit des changements incessants et une très forte pression émotionnelle à laquelle beaucoup d’entre nous ne pourrions pas résister. Malgré tout, lors de ses brefs moments de repos, il sort son chapelet et se met à prier. Bien que nous soyons différents dans nos façons d’adorer et de prier, quelqu’un peut-il douter que Dieu n’entende pas cette prière ? Aujourd’hui, je me joins de tout cœur à sa prière en appelant tous les médecins et le personnel de santé qui se donnent au-delà de leurs limites pour le bien-être de leur prochain. Il n’y a pas de frontières quand il s’agit de Dieu.

Devant l’émotion suscitée par cette photo, Aleteia a contacté le docteur Ramirez qui a livré son témoignage. « Je n’ai aucun doute, Dieu entend nos prières, il est très heureux de guérir les malades et je témoigne de sa présence tous les jours. Il agit à travers mes mains et je lui demande d’utiliser mon ministère de guérison, d’autant plus que nous traversons une situation très difficile ».

En Colombie, selon les données fournies par l’OMS, plus de 11.000 personnes sont déjà mortes du coronavirus et près de 327.000 cas ont été confirmés. Carthagène est l’une des villes les plus touchées par le virus, avec plus de 16.000 cas et 476 morts. Une situation difficile, d’autant que les ressources hospitalières sont insuffisantes et que la pauvreté oblige de nombreux habitants à partir pour subvenir aux besoins de leurs familles, sans qu’ils puissent respecter les mesures de prévention.

NESTOR RAMIREZ

Le chapelet, un fidèle compagnon

Le docteur Ramírez a connu un avant et un après sa rencontre avec le Christ. « Après une crise familiale et une vie mondaine, j’ai eu l’occasion d’expérimenter un face-à-face avec Dieu un jour de solitude. J’ai commencé à fréquenter des groupes de prière, je me suis laissé guider par des conseillers spirituels, j’ai goûté à nouveau à l’Eucharistie et j’ai commencé à aimer le chapelet, compagnon fidèle dans ma vie professionnelle », a-t-il encore confié à Aleteia. Les prières de son épouse, Maria Bernarda Lopez, ont également favorisé sa conversion et aujourd’hui, après 36 ans de mariage, ils marchent main dans la main avec Dieu, qui soutient leur famille, qui comprend également leurs trois enfants et un petit-fils. Le chapelet l’accompagne chaque jour et il ne sépare jamais sa foi de son travail, comme en témoigne cette photo.

Source: ALETEIA, le 5 août 2020

Le Pape s’est rendu en la Basilique sainte Marie Majeure

Le Pape s’est rendu en la Basilique sainte Marie Majeure

Ce mercredi après-midi, le Pape François s’est rendu en la Basilique de Sainte Marie Majeure dont on fête la dédicace en ce 5 août.

Le Souverain Pontife est arrivé sur place aux alentours de 16h. Sous le regard des pèlerins et visiteurs présents, il s’est recueilli en prière devant l’icône de «Marie, Salut du Peuple romain» qui se trouve dans une des chapelles latérales.

Cette basilique majeure occupe une place à part dans le cœur du Pape François ; il s’y rend immanquablement avant chaque voyage apostolique et au retour de celui-ci. En mars dernier, alors que l’Italie confinée se trouvait au cœur de la pandémie de Covid-19, le Saint-Père était venu en pèlerinage auprès de cette icône, particulièrement chère aux Romains, avant de gagner l’église de San Marcello in Corso, où est conservé le crucifix miraculeux qui sauva la Ville éternelle de la peste au XVIe siècle.

Une basilique voulue par la Vierge Marie

L’histoire de cette basilique papale est célèbre. Elle raconte qu’au IVe siècle, en l’an 338, la Vierge Marie apparut en songe au Pape Libère et au patricien Jean, leur demandant d’ériger une église en son honneur sur le lieu qu’elle indiquerait. Et c’est ainsi que le matin du 5 août, en plein cœur de l’été donc, la colline de l’Esquilin fut recouverte d’une fine couche de neige : c’était le signe promis par la Mère de Dieu. Le Pape traça alors le périmètre de la nouvelle église et Jean pourvut à son financement. Sainte Marie Majeure devient ainsi la plus ancienne église de Rome consacrée à la Vierge Marie.

Chaque année, au cours de la messe solennelle du 5 août et des deuxièmes vêpres, le miracle de la neige est reproduit dans la basilique et nombreux sont ceux qui s’y pressent pour le contempler. Les flocons sont symbolisés par des pétales de rose qui sont déversés depuis le plafond de l’édifice sur le chœur.

La majestueuse basilique papale, de moindres proportions que ses trois autres consœurs, a gardé sa structure architecturale paléochrétienne. Ses magnifiques mosaïques du Ve siècle, ses fresques et la profusion de ses marbres en font une des plus belles églises de la ville.

En-dessous de l’autel central, est conservé une relique du berceau du Christ.

Source: VATICANNEWS, le 5 août 2020

Marie et la Transfiguration

Marie et la Transfiguration 

L’Évangile de la Transfiguration ne parle d’aucun rôle de Marie, mais la tradition de l’Église (notamment Grégoire Palamas en Orient) parle du rôle de Marie dans des expériences similaires de contact avec la gloire divine, de divinisation.

G. Palamas insista sur le fait que notre divinisation est possible et réelle, et que tout en restant créatures, nous participerons à la nature divine, à la vie divine, par les énergies divines. Marie la première y est parvenue, par la grâce.

Ensuite, considérant le mystère de l’Église comme une communion de déification, G. Palamas explique que Marie nous transmet le contact avec la vie divine, et ce contact nous transfigure, – les Orientaux disent qu’il nous divinise, – et nous fait participer à la vie divine.

Source : Marie de Nazareth

Prions:

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: https://www.uneminuteavecmarie.com/2020/aout/semaine-32/2020-08-06/

06.08.2020 – SAINTS ET MARTYRS DU JOUR

Saint Sixte II, pape (24e)
et ses compagnons, martyrs 
(† 258)

Grec de naissance, Sixte était diacre de l’Église romaine quand il succéda en 257 au pape saint Étienne. Saint Cyprien lui rend ce témoignage qu’il était « amateur de la paix et excellent en toutes sortes de vertus ». Saint Denis d’Alexandrie lui écrivit trois lettres pour le consulter.

Sixte occupait le trône pontifical depuis un an lorsqu’il subit le martyre. Au diacre Laurent qui se désolait de le voir aller au supplice et de ne pouvoir mourir avec lui, il dit : « Dans trois jours, tu me suivras ».

Sixte fut décapité dans le cimetière de Calixte en 258.

Avec lui furent martyrisés ses diacres Félicissime et Agapit ainsi que les sous-diacres Magne, Vincent et Étienne. St Cyprien ajoute à ces noms celui de Quartus.

Martyrologe Romain : À Rome, sur la voie Appienne, au cimetière de Calliste, en 258, la passion de saint Sixte II, pape, et de ses diacres, dont la mémoire sera célébrée le lendemain.

Saints Sixte II et tes compagnons martyrs priez pour nous !

06.08.2020 – EVANGILE DU JOUR

Son visage devint brillant comme le soleil - (Matthieu 17, 1-9 ...

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 17,1-9. 

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! »
Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Evangile et Homélie du Dim 12 Mars 2017. La transfiguration du ...

COMMENTAIRE :

Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231)

franciscain, docteur de l’Église. – Sermon du dimanche de la Septuagésime (Une Parole évangélique, trad. V. Trappazzon, éd. Franciscaines, 1995, p. 41, 43, 44, rev.)

Contempler le visage du Christ

« Il fut transfiguré devant eux » (Mt 17,2) Moule-toi, comme de la cire molle, sur cette figure, afin d’y imprimer l’image du Christ dont il est dit : « Son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la neige. » Dans ce passage, il faut considérer quatre choses : le visage, le soleil, les vêtements et la neige. Dans la partie antérieure de la tête qui s’appelle le visage de l’homme, il y a trois sens, ordonnés et disposés d’une manière admirable. Ce sont la vue, l’odorat, le goût. D’une manière analogue, dans le visage de notre âme, il y a la vision de la foi, l’odorat de la discrétion et le goût de la contemplation. (…) Dans le soleil, il y a la clarté, la blancheur et la chaleur. La clarté du soleil convient parfaitement à la vision de la foi qui, avec la clarté de sa lumière perçoit et croit les réalités invisibles. Que le visage de notre âme resplendisse comme le soleil. Que ce que nous voyons par la foi brille dans nos œuvres ; que le bien que nous apercevons par nos yeux intérieurs se réalise au dehors dans la pureté de nos actions ; que ce que nous goûtons de Dieu dans la contemplation se transforme en chaleur dans l’amour du prochain. Ainsi comme celui de Jésus, notre visage « resplendira comme le soleil ».

LECTURES :

Livre de Daniel 7,9-10.13-14.

La nuit, au cours d’une vision, moi, Daniel, je regardais : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent.
Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des milliers de milliers le servaient, des myriades de myriades se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres.
Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui.
Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.

READING OF THE DAY | Friar Jeff's Quiet Spot | Page 76


Psaume 97(96),1-2.4-5.6.9.

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Ténèbre et nuée l’entourent,
justice et droit sont l’appui de son trône.

Quand ses éclairs illuminèrent le monde,
la terre le vit et s’affola.
Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.

Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.
Tu es, Seigneur, le Très-Haut sur toute la terre :
tu domines de haut tous les dieux.

Psaume 96 - Le Seigneur est roi - Année C - YouTube

La Transfiguration de Notre Seigneur Jésus Christ

2 ièm Dimanche de carême: la transfiguration de Jésus

La Transfiguration de Notre Seigneur Jésus Christ
(Fête)

Quarante jours avant l’Exaltation de la Croix, la Transfiguration du Seigneur rappelle comment le Christ voulut « préparer le cœur de ses disciples à surmonter le scandale de la croix », mais elle est aussi une annonce de la « merveilleuse adoption » qui fait de tous les croyants des fils de Dieu en son Fils Jésus, et de la clarté dont resplendira un jour le corps entier de l’Église. (Missel romain, messe de la Transfiguration, prière d’ouverture)

La Transfiguration est un épisode de la vie de Jésus-Christ relaté par les Évangiles. Il s’agit d’un changement d’apparence corporelle de Jésus pendant quelques instants de sa vie terrestre, pour révéler sa nature divine aux trois disciples, qui devaient être témoins de Sa douloureuse agonie au jardin des Oliviers : Pierre, Jacques et Jean.

Les trois témoins gardèrent le secret, mais plus tard ce fait extraordinaire servit admirablement à tous les Apôtres pour prouver la divinité du Sauveur ; il leur servit aussi pour supporter avec courage les épreuves de leur apostolat.

Le mot « transfiguration » procède en français de la traduction latine du mot grec metamorphosis(métamorphose). Cet état physique, considéré comme miraculeux, est rapporté dans trois des quatre Évangiles : Matthieu 17, 1-9 ; Marc 9, 2-9 ; Luc 9, 28-36 (Bible de la liturgie AELF).

Saint Jean-Paul II
Angélus (extraits) du dimanche 6 août 2000
Castel Gandolfo

Très chers frères et sœurs! 

1. C’est aujourd’hui, 6 août, la fête de la Transfiguration de Notre Seigneur Jésus-Christ, fête liturgique que les chrétiens d’Orient et d’Occident célèbrent le même jour. […]

Selon le récit évangélique d’aujourd’hui, Jésus « fut transfiguré » devant Pierre, Jacques et Jean: « son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière » (Mt 17, 2). A travers le voile de l’humanité se révéla le Fils de Dieu, « Lumière de la Lumière ». Et cela fut confirmé par une voix mystérieuse provenant de l’au-delà: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur, écoutez-le » (Mt 17, 5). Nous nous trouvons face à une véritable épiphanie : la manifestation au monde du Fils de Dieu. […]

3. La fête de la Transfiguration rappelle à la mémoire mon bien-aimé prédécesseur, le Serviteur de Dieu Paul VI, décédé précisément le 6 août 1978 qui tombait alors comme aujourd’hui, un dimanche. 
Il fut un prédicateur inspiré de la Transfiguration, dans laquelle il contemplait tout le mystère du Christ, vrai homme et vrai Dieu. A l’homme contemporain, souvent tourmenté par mille appels trompeurs, Paul VI indique, avec un amour passionné et une doctrine savante, le Christ, « Maître, Pasteur, Lumière de l’âme ». « Il est nécessaire – affirmait-il dans une homélie – et nous ne pouvons nous passer de Lui; il est notre richesse, notre joie et notre bonheur, notre promesse et notre espérance; notre chemin, notre vérité et notre vie » (Insegnamenti, III [1965], 1192). 

Que la Vierge Marie, que Paul VI vénérait avec une affection filiale, aide tous les chrétiens à être des témoins fidèles du Seigneur. Qu’il soutienne en outre l’effort que les chrétiens des diverses confessions accomplissent pour avancer avec courage sur le chemin de la pleine unité. 

Au terme de l’Angélus, le Saint-Père s’est adressé aux pèlerins francophones : 
En cette fête de la Transfiguration, je souhaite aux personnes de langue française d’accueillir avec générosité la lumière de l’Évangile pour qu’elle éclaire toute leur existence et leur donne d’être au milieu de leurs frères des témoins ardents du Christ, « Lumière des peuples ». […]

La Transfiguration est donc une fête de la Gloire, une percée jusqu’au terme de l’histoire du salut, qui est l’entrée plénière dans la vie divine trinitaire. Si Moïse et Elie sont « vus dans la Gloire » (Lc 9, 31), c’est en raison de l’expérience partielle qu’ils eurent de cette Gloire au Sinaï (cf. Ex 33, 18-23 ; 1 R 19, 9-14) ; la mention des tentes par Pierre – même s’il ne savait pas ce qu’il disait (Lc 9, 33) – est une allusion à la Tente de la Rencontre où Yahvé et Moïse conversaient face à face (Ex 33, 7-11).
La nuée évoque aussi la présence de Dieu à son Peuple dans l’Exode (13, 21-22 ; 19, 9 ; 33, 9-10). La voix du Père, qui dit la parole même en laquelle il engendre le Fils, manifeste que l’entrée dans la Gloire – celle du Fils (cf. Jn 17, 22-24) – n’est possible pour nous que si nous écoutons Jésus pour le suivre. La Transfiguration est un appel à la Gloire et un rappel du chemin de souffrances qui y mène.
L’Église, en célébrant la fête de la Transfiguration, demande au Père qu’il nous accorde « d’écouter la voix de son Fils bien-aimé, afin de pouvoir un jour partager avec lui son héritage ».

Demandons à la Vierge Marie, Notre-Dame du Liban, de veiller sur votre pays et sur ses habitants »

La Prière de Saint Jean Paul II « Demandons à la Vierge Marie, Notre-Dame du Liban, de veiller sur votre pays et sur ses habitants » :

« Demandons à la Vierge Marie, Notre-Dame du Liban, de veiller sur votre pays et sur ses habitants, et de Vous assister de sa Tendresse maternelle, pour être les dignes héritiers des saints de votre terre et pour faire refleurir le Liban, ce pays qui fait partie des Lieux saints que Dieu aime, parce qu’il est venu y faire sa Demeure et nous rappeler que nous avons à construire la cité terrestre, en ayant les yeux fixés sur les valeurs du Royaume. Amen. » 

Saint Jean-Paul II (1920-2005) – Au Liban à Harissa en 1997

Le Pape François adresse ses prières pour le Liban

Le Pape François adresse ses prières pour le Liban

A l’issue de l’audience générale, le Pape François s’est tourné vers le Liban, meurtri par les explosions survenues mardi dans le port de Beyrouth.

Vatican News

A l’issue de sa catéchèse de l’audience générale, le Pape François a tenu à faire part de sa prière pour le Liban après les explosions qui ont ravagé le centre de Beyrouth mardi. «Hier, à Beyrouth, dans la zone portuaire, d’énormes explosions ont fait des dizaines de morts et des milliers de blessés, ainsi que de nombreuses destructions graves. Prions pour les victimes et leurs familles; et prions pour le Liban, afin qu’avec l’engagement de toutes ses composantes sociales, politiques et religieuses, il puisse faire face à ce moment tragique et douloureux et, avec l’aide de la communauté internationale, surmonter la grave crise qu’il traverse» a dit François. 

Une double explosion mardi après-midi s’est produite dans le port de Beyrouth, dévastant toute une partie de la capitale libanaise et provoquant la mort d’au moins 100 personnes, blessant 4000 autres, selon un bilan provisoire de la Croix Rouge locale.

Source: VATICANNEWS, le 5 août 2020

Explosions à Beyrouth: le patriarche maronite lance un appel aux Nations-Unies

Scènes de désolation dans toute la capitale libanaise ce mercredi matinScènes de désolation dans toute la capitale libanaise ce mercredi matin (AFP or licensors)

Explosions à Beyrouth: le patriarche maronite lance un appel aux Nations-Unies

Dans un texte intitulé «appel aux États du monde», le cardinal Béchara Raï lance un appel à la communauté internationale pour venir en aide au Liban meurtri. Il demande qu’un fonds contrôlé par l’ONU puisse être mis en place afin de gérer l’aide à la reconstruction de Beyrouth. 

Olivier Bonnel et Adelaïde Patrignani- Cité du Vatican

«Beyrouth est une ville dévastée, Beyrouth, la fiancée de l’Orient et le phare de l’Occident est blessée, c’est une scène de guerre sans guerre», commence le patriarche maronite. Dans son message, le cardinal Raï décrit la destruction et la désolation provoquées par la double explosion au port de la capitale libanaise: habitations, hôtels, hôpitaux, églises, magasins… les dégâts sont immenses. « Des centaines de familles sont sans-abris. Tout cela arrive et l’État est dans une situation économique et financière qui le rend incapable de faire face à cette catastrophe humaine et urbaine» relève le patriarche.


«L’Église, qui a mis en place un réseau de secours sur tout le territoire libanais se trouve aujourd’hui face à un nouveau grand devoir qu’elle est incapable à elle seule d’assumer» 
poursuit le cardinal Raï. Après avoir remercié les nombreux États qui ont manifesté leur aide, le chef de l’Église maronite s’adresse «aux pays amis et frères ainsi qu’aux Nations-Unies, pour apporter l’aide immédiate afin de sauver la ville de Beyrouth». Une aide, précise-t-il «sans aucune considération politique, parce que ce qui est arrivé est au-delà de la politique et des conflits».

Le Liban « mérite le soutien de ses frères »

Le patriarche maronite appelle également les associations caritatives étrangères afin de venir en aide aux populations affectées, « beyrouthines en particulier, afin qu’elles puissent soigner leurs blessures et restaurer leurs maisons».

Le patriarche demande concrètement que les aides à la reconstruction puissent être sous le contrôle des Nations-Unies.

«Pendant des années le Liban n’a cessé de vivre des catastrophes politiques, sécuritaires, économiques et financières qui nécessitent des interventions pour le sauver» note encore le patriarche Raï. « Le Liban, qui a offert l’alphabet au monde mérite le soutien de ses frères et amis afin de l’aider à restaurer sa capitale, à travers la fondation immédiate d’une “Caisse sous contrôle onusien” pour gérer les aides» écrit-il.

« Je m’adresse à vous car je sais combien vous souhaitez que le Liban retrouve son rôle historique au service de l’homme, de la démocratie, et de paix au Moyen-Orient et dans le monde» conclut le cardinal Raï.

L’onde de choc ressentie au sanctuaire de Harissa

Au nord de Beyrouth, dans le sanctuaire marial Notre-Dame du Liban à Harissa, où se situe une statue de la Vierge qui domine la capitale libanaise, l’explosion a été ressentie fortement. «Le lieu de l’explosion est à vingt kilomètres, explique le père Khalil Alwan, recteur du sanctuaire, nous avons senti malgré cela notre bâtiment trembler».

Le sanctuaire a mis une de ses maisons à disposition de la Croix Rouge afin qu’elle vienne en aide aux victimes. Le sanctuaire de Harissa a été ouvert pour les prières des fidèles, «nous avons l’adoration du Saint-Sacrement vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept messes quotidiennes à cette intention », précise le père Alwan.

Source: VATICANNEWS, le 5 août 2020