Blog

28.10.2020 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,12-19. 

Commentaire de Luc 6,12-19

En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu.
Le jour venu, il appela ses disciples et en choisit douze auxquels il donna le nom d’Apôtres :
Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy,
Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélote,
Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, qui devint un traître.
Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon.
Ils étaient venus l’entendre et se faire guérir de leurs maladies ; ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé.
Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Évangile et Homélie du Lundi 23 Oct 2017. Il appela ses disciples et en  choisit douze auxquels il donna le nom d'Apôtres - Chorale Belgo-Burundaise  CSFA

COMMENTAIRE :

Benoît XVI

pape de 2005 à 2013. – Audience générale du 3/5/2006 (trad. DC 2359, p. 514 © copyright Libreria Editrice Vaticana)

« Il appela ses disciples, en choisit douze et leur donna le nom d’apôtres »

La Tradition apostolique n’est pas une collection de choses, de mots, comme une boîte de choses mortes ; la Tradition est le fleuve de la vie nouvelle qui vient des origines, du Christ jusqu’à nous, et elle nous implique dans l’histoire de Dieu avec l’humanité. Ce thème de la Tradition (…) est d’une grande importance pour la vie de l’Église. Le Concile Vatican II a souligné, à cet égard, que la Tradition est apostolique d’abord dans ses origines : « Dieu, en son extrême bienveillance, prit des dispositions pour qu’elle demeure toujours en son intégrité et qu’elle soit transmise à toutes les générations. C’est pourquoi le Christ Seigneur, en qui s’achève toute la révélation du Dieu très-haut (2Co 1,20 ;3,16-4,6), ordonna à ses apôtres de la prêcher à tous, comme la source de toute vérité salutaire et de toute règle morale » (Dei Verbum, 7). Le Concile poursuit en soulignant que cet engagement a été fidèlement exécuté « par les apôtres, qui dans la prédication orale, dans les exemples et les institutions, transmirent tout ce qu’ils avaient appris de la bouche du Christ en vivant avec lui et en le voyant agir, et aussi ce qu’ils tenaient des suggestions du Saint Esprit ». Avec les apôtres, ajoute le Concile, collaborèrent aussi « des hommes de leur entourage qui, sous l’inspiration du même Esprit Saint, consignèrent par écrit le message de salut ». Chefs de l’Israël eschatologique, douze eux aussi comme l’étaient les tribus du peuple élu, les apôtres continuent la « moisson » commencée par le Seigneur et ils le font avant tout en transmettant le don reçu, la Bonne Nouvelle du Royaume venu aux hommes en Jésus Christ. Leur nombre exprime non seulement la continuité avec la sainte racine, l’Israël des douze tribus, mais aussi la destination universelle de leur ministère, porteur de salut jusqu’aux extrémités de la terre. On peut saisir cela à partir de la valeur symbolique des nombres dans le monde sémitique : douze est le résultat de la multiplication de trois, nombre parfait, par quatre, nombre qui renvoie aux quatre points cardinaux et donc au monde entier.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,12-19.

LECTURES :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22.

Frères, vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes membres de la famille de Dieu,
car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est le Christ Jésus lui-même.
En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
En lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint.

Messe du 3 juillet, vendredi de la 13ème... - Notre Dame des Internautes |  Facebook


Psaume 19(18),2-3.4-5ab.

Les cieux proclament la gloire de Dieu,
le firmament raconte l’ouvrage de ses mains.
Le jour au jour en livre le récit
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

Pas de paroles dans ce récit,
pas de voix qui s’entende;
mais sur toute la terre en paraît le message
et la nouvelle, aux limites du monde.

imagetext_resized.php?fic=../IMG/arton2580.jpg&nx=750&ny=500&te=Les+cieux+ proclament+la+gloire+de+Dieu,%0A%0Ale+firmament+raconte+l'ouvrage+de+ses+ mains.%0A ...

À Paris, Marie est venue bénir le premier quartier d’affaires d’Europe

À Paris, Marie est venue bénir le premier quartier d’affaires d’Europe

Suite et fin de l’escale parisienne pour le grand pèlerinage du « M de Marie » qui a tracé un grand « M » de 2000 km sur le sol de France, entre le 1er juin et le 13 septembre 2020, pour visiter les cinq sanctuaires marials qui forment un immense « M » sur le pays. Ce pèlerinage à pied, derrière la Vierge Notre-Dame-de-France, portée par une calèche à cheval, est passé par deux routes différentes :

– alors que la calèche de la route Ouest, partie de Lourdes, s’est arrêtée au sanctuaire marial de Pontmain (Mayenne) pour le 15 août, les pèlerins de la route Est ont quitté Paris le mardi 18 août, après six jours passés dans la capitale. Ils y ont été accueillis en grande pompe par l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit lui-même, qui a notamment animé le chapelet du vendredi 14 août devant le parvis de Notre-Dame, avant de présider la messe du 15 août au Sacré-Cœur de Montmartre, en présence des pèlerins.

Le lendemain, ils ont pris la direction de La Défense, où la calèche de Marie a fait un grand tour de la dalle pour bénir le premier quartier d’affaires d’Europe. La centaine de fidèles présents pour l’occasion a ardemment prié pour les près de 180.000 personnes qui sont employées dans ces immenses tours. Après avoir arpenté le grand parvis, ils ont assisté à la messe, juste à côté de la Grande Arche.

Pour suivre le reportage photo : Aleteia

Prions:


Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

27.10.2020 – SAINT ET MARTYR DU JOUR

Saint Évariste
Pape (5e) de 97 à 105
 Martyr († 108)

Évariste, grec de naissance, était cependant d’origine juive. On ignore à quelle époque il embrassa la foi et comment il vint à Rome, mais on sait qu’étant devenu prêtre, il édifia grandement les fidèles par ses exemples, sa charité et ses instructions. Il succéda à saint Clément.

Ce véritable Père de la chrétienté mit tous ses soins à pourvoir aux besoins de l’Église dans un temps où elle était persécutée par les païens et déchirée par les hérétiques des diverses sectes de Gnostiques qui infestaient alors le christianisme. Le souverain pontife veilla si bien à la garde de son troupeau que les fidèles de Rome conservèrent toujours la pureté de la foi et que le poison de l’hérésie ne put jamais gagner ni le cœur ni l’esprit des chrétiens romains. Évariste ne se reposait pas uniquement sur les prêtres de Rome pour distribuer la parole de Dieu, mais il prêchait souvent lui-même et visitait les différentes paroisses de la ville avec un zèle infatigable.

La persécution de Trajan, regardée comme la troisième dans l’histoire de l’Église, commença sous le pontificat du saint pape Évariste. Cet empereur impie éprouvait une aversion mortelle pour les chrétiens qu’il persécuta pendant les neuf dernières années de son règne. Pour venir plus facilement à bout du troupeau, ce tyran s’attaqua au pasteur suprême. 

Saisi et jeté en prison, Évariste fit éclater si fortement sa joie de souffrir pour Jésus-Christ que les magistrats en étaient interdits et stupéfaits. Cet admirable souverain pontife endura le martyre en même temps que l’illustre évêque d’Antioche, saint Ignace.

L’héroïque et glorieuse confession de ces deux grands Saints, unit les Églises d’Orient et d’Occident dans une même profession de foi. Le corps de saint Évariste est enterré au Vatican, près du tombeau de saint Pierre.

Saint Evariste priez pour nous !

27.10.2020 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,18-21. 

En ce temps-là, Jésus disait : « À quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer ?

Il est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »

Commentaire de Luc 13,18-21

Il dit encore : « À quoi pourrai-je comparer le règne de Dieu ?
Il est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »

Épinglé sur Jésus Aujourd'hui

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916)

ermite et missionnaire au Sahara. – § 190, psaume 95 (Méditations sur les psaumes ; éd. Nouvelle Cité, 2002 ; p. 386-387 ; rev.)

Tout âme peut devenir la première dans le Royaume

Que vous êtes bon, mon Dieu, d’appeler toutes les nations au salut. (…) Et non seulement toutes les nations en général par vos apôtres et leurs successeurs, mais chaque homme en particulier et à tout moment, par l’action incessante de votre grâce ! Et non seulement au salut et au ciel, mais à « la première place » dans le ciel, puisque vous êtes sans cesse « à la porte de chaque âme, frappant » par votre grâce, et qu’il dépend de toute âme, en acceptant une grâce à un moment quelconque, en y étant fidèle, d’en recevoir aussitôt après une plus grande, et de voir ainsi la grâce croître, augmenter en elle de moment en moment, et prendre bientôt des développements immenses, si elle est fidèle à la recevoir continuellement. Soyons fidèles à la grâce, avec constance, à partir de n’importe quel moment de notre vie, et elle deviendra en nous, en peu de temps, comme le grain de sénevé, un arbre où pourront venir se reposer les oiseaux du ciel, qui par la communion des saints, par l’application de ses mérites, la puissance de ses prières et de ses exemples rapportera une grande gloire à Dieu, non seulement par lui-même mais en aidant à la sanctification de beaucoup d’autres !.. Oh ! mon Dieu ! quelle destinée vous nous faites à tous ! Toute âme peut devenir un soleil, un grand arbre, « la première dans le royaume de Dieu », toute âme peut recevoir des torrents de grâce ; vous offrez sans cesse tout cela à chacun de nous : il nous suffit pour cela d’être constamment fidèle à la grâce à partir de n’importe quel instant de notre vie. Que le moment présent soit pour moi ce bienheureux instant !

LECTURES :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 5,21-33.

Frères, par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ;
les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus ;
car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps.
Eh bien ! puisque l’Église se soumet au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes à l’égard de leur mari.
Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle,
afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ;
il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée.
C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même.
Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église,
parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture :
‘À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.’
Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église.
Pour en revenir à vous, chacun doit aimer sa propre femme comme lui-même, et la femme doit avoir du respect pour son mari.

Une pause par jour – 14 février 2019 | «Notre-Dame des 3 Vallées


Psaume 128(127),1-2.3.4-5.

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.

PRIERE. HEUREUX QUI SUIT LE SEIGNEUR! - YouTube

Accrochée au mur de son lit, une image de Marie, intacte

Image d’illustration

Accrochée au mur de son lit, une image de Marie, intacte

Durant la semaine du 15 août 2020, à Lunéville (Meurthe-et-Moselle, France), un camion s’est encastré accidentellement dans la façade d’une maison où vivait une dame âgée. Il a fallu une matinée d’efforts pour déblayer les gravats de la maison effondrée.

Très choquée, l’occupante, Domitila, vieille dame de 93 ans, avait été conduite à l’hôpital de Lunéville et son médecin était très inquiet pour sa vie. Pourtant, la dame a repris très vite le dessus et s’est remis du choc en racontant à ses visiteurs ce qui s’est passé : dans son lit au moment de l’impact, Domitila a vraisemblablement été sauvée par une poutre en bois soutenant une partie de l’étage supérieur. Restée en place, la poutre a protégé la nonagénaire de la masse de gravats recouvrant la cabine du camion.

Accrochée sur le mur contre lequel se trouvait son lit subsiste, intacte, une pieuse image de la Vierge Marie que sa famille a retrouvée et garde précieusement…

Le dégagement du tracteur, enseveli sous les gravats, a pris plusieurs heures en raison du risque d’effondrement de la maison. Photo ER /Didier HUMBERT

Adapté de : Estrepublican

Prions:

Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

26.10.2020 – SAINTS ET MARTYRS DU JOUR

Saints Lucien et Marcien
Magiciens, puis martyrs chrétiens 
(† 250)

Lucien et Marcien, nés dans les ténèbres de l’idolâtrie, étaient passionnés pour l’étude de la magie. Mais ils se convertirent en voyant l’inutilité de leurs charmes sur une vierge chrétienne, et la défaite des malins esprits par la vertu du signe de la croix. Ils n’eurent pas plus tôt ouvert les yeux à la lumière de l’Évangile, qu’ils brûlèrent leurs livres de magie, au milieu de la ville de Nicomédie. 

S’étant purifiés de leurs crimes par le baptême, ils distribuèrent leurs biens aux pauvres , et se retirèrent dans la solitude, afin que par l’exercice de la prière et par la pratique de la mortification, ils pussent soumettre leurs passions, se fortifier dans les résolutions qu’ils avaient prises pour se mettre plus sûrement à l’abri du danger, et fuir plus facilement les tentations auxquelles on est exposé dans le monde, jusqu’à ce que leur vertu fût solidement établie. 

Lorsqu’ils eurent passé de la sorte un temps considérable, ils se mirent à prêcher Jésus-Christ aux gentils, pour les rendre participants de la grâce qu’ils avaient reçue.

L’édit de Dèce contre les chrétiens ayant été publié en Bithynie, l’an 250, ils furent arrêtés et conduits devant le proconsul Sabin. Comme celui-ci demandait à Lucien de quelle autorité il prêchait Jésus-Christ, il lui répondit que tout homme devait faire ses efforts pour retirer ses frères de l’erreur. Marcien ne fit pas une profession moins généreuse de sa foi. Le juge ordonna qu’ils fussent étendus sur le chevalet. 

« Tandis que nous adorions les idoles, lui dirent Lucien et Marcien, nous avons commis plusieurs crimes, nous avons donné publiquement dans les abominations de la magie, sans qu’on nous fît subir aucun châtiment : mais nous devenons chrétiens, nous remplissons les devoirs de bons citoyens, et l’on nous applique à des tortures barbares. » Le proconsul les menaçant de les faire souffrir encore davantage, Marcien reprit : « Nous sommes prêts à souffrir tout ce qu’il vous plaira : mais nous ne renoncerons point au vrai Dieu, de peur qu’il ne nous précipite dans un feu qui ne s’éteindra jamais. » 

Il eut à peine fini de parler, que Sabin les condamna tous deux à être brûlés vifs. Ils allèrent avec joie au lieu de l’exécution. Ils expirèrent au milieu des flammes, en louant et bénissant le Seigneur.

Saints Lucien et Marcien priez pour nous !

Saint Lucien, prêtre à Antioche, martyr à Nicomédie (312) – Orthodoxie.com