La Parole de Dieu: l’écouter, la célébrer et la méditer

 Père Hyppolite Agnigori curé de la paroisse Saint-Jean de Cocody en Côte d’IvoirePère Hyppolite Agnigori curé de la paroisse Saint-Jean de Cocody en Côte d’Ivoire

La Parole de Dieu: l’écouter, la célébrer et la méditer

L’Église célèbre le 22 janvier, le quatrième Dimanche de la Parole de Dieu qui coïncide, comme chaque année avec 3ème dimanche du temps ordinaire. 

Entretien réalisé par Françoise Niamien-Cité du Vatican

C’est par le motu proprio Aperuit Illis – «il leur ouvrit» (cf Lc 24,45), publié le 30 septembre 2019 que le Saint-Père a institué le Dimanche de la Parole de Dieu. François a inscrit sa démarche dans le sillage de grands textes du Magistère, tels que la Constitution dogmatique Dei Verbum et l’Exhortation apostolique de Benoît XVI Verbum Domini.
Le père Hyppolite Agnigori est le curé de la paroisse Saint-Jean de Cocody dans l’archidiocèse d’Abidjan en Côte d’Ivoire, Docteur en Patristique (Pères de l’Eglise). Enseignant à l’ICMA, l’Institut Catholique Missionnaire d’Abidjan et membre du Conseil d’Administration de l’Alliance biblique de Côte d’Ivoire, le père Agnigori salue l’initiative du Pape qui, selon lui, remet la Parole de Dieu au cœur de la vie du Chrétien.

Comment définissez-vous la Parole de Dieu ?

Je voudrais tout d’abord m’unir au souverain pontife en félicitant cette initiative du Dimanche de la Parole de Dieu.

La Parole de Dieu est le Contenu de la Révélation divine. Elle s’exprime en premier lieu par l’Écriture, qui comprend l’Ancien et le Nouveau Testaments, elle est écrite sous l’inspiration de l’Esprit Saint. Il ne s’agit pas seulement d’une histoire, d’un texte mais de Quelqu’un. La Parole de Dieu c’est Jésus-Christ, «Verbe incarné». Cette Parole est un chemin de vie sur lequel Dieu vient à la rencontre de l’homme pour lui permettre de le suivre. La Parole de Dieu est la référence fondamentale pour la foi et la vie des chrétiens.
Le document conciliaire Dei verbum est dans cette même dynamique: La Parole de Dieu est la Révélation de Dieu, l’initiative de Dieu s’adressant aux hommes «comme à des amis». Sa visée première n’est pas d’établir des vérités inaccessibles à la seule raison, mais de «rendre l’homme participant à la nature divine».

Si elle s’effectue par des paroles et des actions, on ne doit pas oublier qu’elle est d’abord une rencontre personnelle dont le point culminant est le Christ, «à la fois le médiateur et la plénitude de toute la Révélation», en qui Dieu se «communique lui-même». Le Concile a d’abord voulu rappeler que toute vie chrétienne est d’abord une écoute de la Parole de Dieu.

Que pensez-vous de cette initiative du Saint-Père alors que la Parole de Dieu est célébrée au quotidien au cours de nos différentes messes ?

Nos habitudes de célébrations journalières de la Parole peuvent facilement glisser dans une monotonie, un fait machinal et banal et une paresse qui ne mettent pas en valeur la profondeur de la Parole de Dieu. Mais en instituant le Dimanche de la Parole de Dieu, le Pape demande qu’on s’arrête devant cette grâce qu’elle est pour nous. Il le dit bien dans sa lettre apostolique Aperuit illis qui traduit la haute portée de la Parole de Dieu: «il leur ouvrit» en référence à Lc 24,47: «Il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Écritures». En son Numéro III, la «Parole de Dieu indique à ceux qui se mettent à son écoute le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide». Le Pape fait prendre conscience que le ralliement des chrétiens ne se vit pas en l’air, mais autour de la Parole de Dieu: il s’agit de l’unité entre les chrétiens.

Le Pape François nous invite à repenser la place que doit avoir la Parole de Dieu dans notre vie de foi. Ce dimanche, selon ses mots, doit être «entièrement consacré à la Parole de Dieu, pour comprendre l’inépuisable richesse qui provient de ce dialogue constant de Dieu avec son peuple».
C’est une invitation très forte à écouter la Parole de Dieu dans le sens complet de ce verbe, c’est-à-dire l’entendre, la lire, la célébrer, la méditer. Chacun de nous est ainsi appelé à trouver une richesse dans l’écoute et la méditation de cette Parole.
Le concile œcuménique Vatican II avait déjà donné une impulsion forte à l’importance de la redécouverte de la Parole de Dieu par la constitution dogmatique de Dei Verbum (1965). Ainsi il est écrit «toute écriture inspirée de Dieu est utile pour enseigner, réfuter, redresser, former à la justice, afin que l’homme de Dieu se trouve accompli, équipé pour toute œuvre bonne».

Le Pape veut ainsi manifester, comme je l’ai évoqué, la dimension œcuménique de la Parole de Dieu. La Bible est le livre du peuple de Dieu tout entier. Comme l’écrit le Pape François, «célébrer le dimanche de la Parole de Dieu exprime une valeur œcuménique parce que l’Écriture Sainte indique à ceux qui se mettent à l’écoute le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide».

Quelle est la place que le chrétien doit accorder à la Parole de Dieu dans sa vie?

Je répondrai que la place qui doit être accordée à la Parole de Dieu dans la vie du chrétien est évidement la place centrale. Une autre place ne pourrait et ne saurait convenir à la Parole de Dieu. Cette institution du dimanche de la Parole de Dieu est tout simplement un point de départ et un rappel.
Son objectif est de faire en sorte que la familiarité avec la Parole de Dieu dans la vie quotidienne des communautés chrétiennes, dans la vie personnelle et familiale soit vraie, concrète.

Le Pape lance une invitation à aimer l’Écriture avec la même intensité que nous retrouvons dans un passage du Deutéronome: «Ces paroles que je te donne aujourd’hui resteront dans ton cœur. Tu les rediras à tes fils, tu les répéteras sans cesse, à la maison ou en voyage, que tu sois couché ou que tu sois levé; tu les attacheras à ton poignet comme un signe, elles seront un bandeau sur ton front, tu les inscriras à l’entrée de ta maison et aux portes de ta ville» (Dt 6, 6-9).
La place centrale que doit occuper la Parole de Dieu dans notre vie est la prise de conscience de l’importance de la Sainte Écriture pour notre vie de croyants, à partir de sa résonance dans la liturgie qui nous place dans un dialogue vivant et permanent avec Dieu. Sans la Parole de Dieu, nous n’avons plus de repères.

Pensez-vous qu’aujourd’hui le chrétien africain a-t-il une grande connaissance de la Parole de Dieu ?

Parlez ici du chrétien africain est bien délicat car comme dans tous les continents, il y a des chrétiens qui ont une grande connaissance de la Parole de Dieu et certains qui n’ont qu’une simple approche.
En tentant de donner une réponse à votre réponse, je dirai qu’aujourd’hui le chrétien africain à une connaissance plus ou moins variée de la Parole de Dieu.

L’alliance biblique Internationale et les alliances bibliques par pays s’attèlent à promouvoir la Parole de Dieu dans leur triple dimension: traduction, promotion et diffusion de la Parole de Dieu. On constate un certain engouement autour de la Parole de Dieu. Mais quant à la grande connaissance je ne saurais m’y hasarder puisqu’elle constitue, à cette étape, une action personnelle et individuelle même si impulsée par les communautés chrétiennes.
Je puis dire simplement que le chrétien africain aujourd’hui sent le besoin de se rapprocher de la Parole de Dieu pour que son histoire soit vécue avec le chemin que lui offre cette Parole de Dieu. C’est un sain désir. En toute objectivité, Je ne saurais parler clairement de grande connaissance, le terme rapprochement m’a l’air plus approprié.

Que faut-il comme méthodes et moyens pour amener les chrétiens à se familiariser avec la Parole de Dieu ?

Je parlerai de cheminer avec la Parole de Dieu car elle est une histoire voulue par Dieu qui intègre l’homme dans sa marche terrestre. Comme voulue par la lettre Apostolique Aperuit illis, Pour moi il faut:
Tout d’abord une catéchèse approfondie de la Parole de Dieu qui met en valeur l’essentielle lumière de la Parole de Dieu dans la vie des chrétiens. Si cette catéchèse manque, les chrétiens verront toujours cette Parole comme une entité lointaine qui ne saurait les concerner et les nourrir. Souvenons-nous du Christ ressuscité qui ouvrit l’esprit des apôtres à l’intelligence des Saintes Écritures.

Il faut ensuite mettre en valeur les documents relatifs à la Parole de Dieu: Dei verbum, Verbum Domini et Aperiuit illis.
La plupart de nos chrétiens semblent bien loin de ces documents qu’ils ne connaissent pas et donc ne sauraient exploiter pour un rapprochement adéquat de la Parole de Dieu. Pour cheminer avec la Parole de Dieu, l’immersion des chrétiens dans ces documents ferait rejaillir l’envie d’explorer les trésors de Dieu contenus dans la Parole de Dieu.

Il faut également une formation biblique permanente avec des experts pour que les fidèles n’aient pas la Parole de Dieu sans comprendre son utilité et sa valeur. On constate que plusieurs personnes ont leur bible mais ne chemine pas avec elles comme il se doit puisque leur compréhension et leur exploration les éloignent du cheminement que Dieu désire faire avec elles.

Pour les prêtres, préparer sérieusement les homélies en incitant les fidèles chrétiens à voir dans la Bible le récit du mystère du salut où la rencontre de Dieu avec les hommes culmine dans l’incarnation du Fils Unique Jésus-Christ. Si l’amour de la Parole de Dieu manque chez le prêtre, c’est sûr qu’elle n’aura aucun effet sur le fidèle qui l’écoute.

Enfin il faut autoriser et faciliter la vente des Bibles dans les paroisses.

Source : VATICANNEWS, le 21 janvier 2023

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s