Le pontificat de Benoît XVI en images

Le Saint-Siège a annoncé la mort du pape émérite Benoît XVI, âgé de 95 ans. Prions pour le repos de son âme !

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a communiqué ce samedi 31 décembre. « J’ai la douleur d’annoncer que le pape émérite, Benoît XVI, est décédé aujourd’hui à 9h34, au Monastère Mater Ecclesiae, au Vatican. D’autres informations vous seront communiquées dès que possible » écrit Matteo Bruni.

Depuis l’annonce de la dégradation de son état de santé, une vague de prière a manifesté l’attachement de nombreux fidèles à travers le monde. Lors de l’audience générale du mercredi 28 décembre, François a invité à une prière spéciale pour Benoit XVI « très malade », pour « demander au Seigneur de le consoler et de le soutenir dans ce témoignage d’amour pour l’Eglise jusqu’à la fin ». Des appels à la prière pour le pape émérite ont été repris dans le monde entier.

Il y a presque 10 ans, Benoît XVI a renoncé à sa charge au terme d’un pontificat de 8 années, de 2005 à 2013. Grand théologien, le 265e successeur de Pierre laisse une empreinte profonde par ses enseignements. Proche collaborateur de saint Jean-Paul II comme préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi pendant de longues années, Benoît XVI a été élu pape le 19 avril 2005. Le 11 février 2013, à la grande surprise du monde entier, il annonçait renoncer à sa charge en raison de l’avancement de son âge et de la diminution de ses forces.

Le conclave de 2013 a débouché sur l’élection du pape François, qui a vu dans son prédécesseur « un homme qui personnifie la sainteté, un homme de paix, un homme de Dieu ».

Biographie


Naissance le 16 avril 1927 à Marktl am Inn (Allemagne)

1946-1951 : études à l’École supérieure de philosophie et de théologie de Freising et à l’Université de Munich
29 juin 1951 : Ordination sacerdorale (diocèse de Munich)
1951-1952 : Desservant de la paroisse du Précieux Sang à Munich
1952-1959 : Enseignant à l’École supérieure de philosophie et de théologie de Freising
1953 : Obtention d’une maîtrise en théologie avec un mémoire intitulé : « Peuple et Maison de Dieu dans la doctrine de l’Église de saint Augustin »
1957 : Habilitation au professorat avec un mémoire intitulé : « La théologie de l’histoire de saint Bonaventure »
1957-1959 : Professeur de théologie dogmatique et de théologie fondamentale à l’École supérieure de philosophie et de théologie de Freising
1959-1969 : Enseignant à Bonn
1963-1966 : Enseignant à Münster
1966-1969 : Enseignant à Tübingen
1969 : Vice-président et professeur de dogmatique et d’histoire des dogmes à l’université de Ratisbonne
25 mars 1977-15 février 1982 : Nomination épiscopale, archevêque de Munich et Freising
28 mai 1977 : Consécration épiscopale
27 juin 1977 : Créé cardinal par le pape Paul VI
1980 : Rapporteur de la 5e Assemblée générale du Syndode des évêques sur le thème de la famille chrétienne dans le monde contemporain
25 novembre 1981 : Nommé préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi par le pape Jean-Paul II. Il devient Président de la Commission pontificale biblique et de la Commission théologique internationale
6 novembre 1998 : Nommé vice-Doyen du Collège cardinalice
30 novembre 2002 : Nommé vice-Doyen du Collège cardinalice
19 avril 2005 : Le cardinal Ratzinger est élu pape. Il devient le 265ème souverain pontife de l’Église catholique.
11 février 2013 : Renonciation du pape Benoît XVI de sa charge d’évêque de Rome 

Devise épiscopale
 «  ut cooperatores simus veritatis » (Jo 3,1.8)

  « Nous devons servir de cette manière que nous soyons coopérateurs de la vérité »

Benoît XVI avait choisi saint Benoît comme figure de son pontificat

Quelques heures avant la mort de Jean-Paul II, en recevant le « Prix Saint-Benoît » décerné par la Fondation « Vie de Famille », Joseph Ratzinger avait pris saint Benoît de Nursie comme modèle : « Nous avons besoin d’hommes comme Benoît de Nursie, qui en un temps de dissipation et de décadence, s’abîma dans la solitude la plus extrême, réussissant, après toutes les purifications qu’il dut subir, à remonter à la lumière. Il rentra et fonda le Mont-Cassin, la ville sur les hauteurs qui, au milieu de toutes ces ruines, réunit les forces à partir desquelles fut créé un monde nouveau. Ainsi Benoît, comme Abraham, devint le père d’un grand nombre de peuples ».

« J’ai voulu m’appeler Benoît, pour me relier en pensée au vénéré pontife Benoît XV (1914-1922) qui a conduit l’Église dans une période tourmentée à cause du premier conflit mondial. Il fut un prophète de paix courageux et authentique. » Benoît XVI.

Blason de Benoît XVI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s