Mgr Gallagher: le dialogue exige le sacrifice de tous, sans trahir l’esprit d’Helsinki

Mgr Paul Richard Gallagher devant l'OSCE le 1er décembre.Mgr Paul Richard Gallagher devant l’OSCE le 1er décembre.

Mgr Gallagher: le dialogue exige le sacrifice de tous, sans trahir l’esprit d’Helsinki

Le secrétaire du Vatican pour les Relations avec les États est intervenu lors de la 29e réunion du Conseil ministériel de l’OSCE le 1er décembre à Łódź (Pologne). Il a appelé à la paix et s’est dit préoccupé par la situation de tant de personnes déplacées dans des situations de conflit qui finissent par être victimes de trafics criminels. Le chef de la diplomatie vaticane a aussi dénoncé la hausse de l’intolérance et de l’antisémitisme et des préjugés anti-religieux. 

Salvatore Cernuzio – Cité du Vatican

Restaurer la paix, dialoguer même au prix d’un «sacrifice» de la part de chacun, retrouver l’esprit de la Conférence d’Helsinki, «trahi» bien avant le 24 février. L’archevêque Paul Richard Gallagher, secrétaire du Vatican pour les Relations avec les États, s’est adressé à la 29e réunion du Conseil des ministres et à toute la famille de l’OSCE. La rencontre s’est tenue le 1er décembre, à Łódź, en Pologne, à un moment historique où – a déclaré Mgr Gallagher – «l’Europe et le monde entier sont secoués par une guerre d’une gravité particulière, en termes de violation du droit international, de risques d’escalade nucléaire et de graves conséquences économiques et sociales».

L’Ukraine et les conflits dans le monde

Si la référence est faite au conflit en Ukraine, ce n’est pas le seul drame qui touche le monde : «D’autres États participants sont encore confrontés à de nombreux défis pour leur sécurité et leur stabilité, en raison de conflits vieux de plusieurs décennies, de conflits plus récents, ainsi que d’attaques terroristes», a souligné le chef de la diplomatie du Saint-Siège, réitérant l’engagement actif du Saint-Siège en faveur de «la poursuite de la paix, de la sécurité et de la justice et du développement continu de relations amicales et de coopération» entre les États participants de l’OSCE.

«Comment avons-nous pu trahir l’esprit d’Helsinki ?»

C’est ce même engagement que le Saint-Siège a démontré en 1975 – en maintenant toujours «une position impartiale» – lors des négociations qui ont abouti à l’Acte final de la Conférence Helsinki, c’est-à-dire aux accords conclus par 35 États à l’issue de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. C’est précisément cet événement que Mgr Gallagher a rappelé, en posant cette question cruciale aux personnes présentes à Łódź : «Comment avons-nous pu trahir l’esprit d’Helsinki ?» Une trahison qui, selon lui, «a commencé bien avant février dernier», c’est-à-dire depuis la première attaque russe à Kiev.

L’époque de la Guerre Froide

Le secrétaire pour les Relations avec les États a ensuite rappelé l’histoire et l’époque complexe de la guerre froide, lorsque «l’Est et l’Ouest étaient séparés par la différence radicale ou l’inconciliabilité de leurs systèmes respectifs, chacun proclamant ses propres convictions, ses propres prophéties ; agressifs, ou du moins agressivement placés sur la défensive, animés par un esprit d’affirmation et d’expansion». Ce mur qui semblait insurmontable a au contraire été surmonté : «Nos prédécesseurs se sont réunis autour d’une table à Helsinki et ont réussi à discuter de questions d’intérêt commun, acceptant et honorant des engagements au service du bien commun. Plus la communauté internationale tarde à assumer ses responsabilités globales, plus elle perd de sa crédibilité», a déclaré Mgr Gallagher.

Réfugiés et déplacés réduits en esclavage par des criminels

Dans son discours, il s’est également inquiété de la situation des réfugiés et des personnes déplacées dans l’ensemble de l’espace de l’OSCE et dans le monde entier : «Dans les situations de conflit et les crises humanitaires, les criminels assujettissent, asservissent et trafiquent les gens», a-t-il déclaré. «Tant les femmes que les hommes peuvent être victimes de ce crime odieux, mais il est clair que la majorité des victimes sont des femmes et des filles». Le problème est malheureusement que «l’organisation des sociétés mondiales est encore loin de refléter clairement le fait que les femmes possèdent la même dignité et les mêmes droits que les hommes».

La hausse de l’intolérance et des discriminations

Le représentant du Vatican a enfin noté l’augmentation de l’intolérance et de la discrimination motivées par l’antisémitisme et les préjugés à l’encontre des musulmans, des chrétiens et des membres d’autres religions. En ce qui concerne spécifiquement les chrétiens, Mgr Gallagher a noté que la persécution dont ils font l’objet augmente «en raison d’une atmosphère de plus en plus hostile», non seulement dans les pays où ils sont minoritaires, mais aussi dans ceux où ils sont majoritaires. «Se désintéresser à ce problème, a-t-il dit, ne peut être une option !»

Source : VATICANNEWS, le 3 décembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s