Veillons nos défunts avec Marie

Veillons nos défunts avec Marie

Aujourd’hui se termine le mois de l’année dédié à nos défunts.Il semble que le sens de la prière pour les mourants se soit un peu estompé de nos jours. Pourtant il est important de le rappeler. Il est dommage que dans notre société matérialiste la mort ne soit plus considérée comme un événement liturgique mais simplement comme une affaire clinique, confiée à quelques spécialistes, et cachée au plus grand nombre.

On ne veille plus le défunt. On s’empresse d’assurer qu’il est au Paradis pour se dispenser d’avoir à prier. On peut dire que notre société a complètement oublié ce qu’une sagesse séculaire et universelle véhiculait : l’ars moriendi. (L’art de mourir).

Au pied de la croix se tenait Marie, Notre-Dame de Compassion. C’est pourquoi nous avons l’espoir qu’elle nous assiste à l’heure de notre mort, comme elle le fit pour son Fils Jésus « l’aîné d’une multitude de frères » (Rm 8,29). La Passion du Fils de Dieu au Calvaire n’est-elle pas ce que Jésus dans l’évangile de Jean appelle précisément : l’heure, l’heure de sa mort, son heure ?

L’heure de la Passion de Jésus est aussi l’heure de la compassion de la Vierge. Aussi prions pour notre heure à nous, afin qu’elle soit aussi l’heure de Marie, consolatrice des affligés ! L’expérience commune montre que beaucoup d’agonisants en appellent spontanément à leur mère. Le cri « maman » jaillit de toutes les lèvres souffrantes et angoissées. Le besoin d’une tendresse maternelle en ces moments déchirants est profondément ancré dans la nature humaine.

L’invocation de Marie à l’heure de la mort apparaît ainsi comme l’une des manifestations les plus émouvantes de la piété chrétienne. Dans sa grande sagesse l’Église, experte en humanité, offre à ses fidèles des mots d’une grande confiance pour l’heure décisive. Mais ce n’est pas comme une régression nostalgique vers un âge infantile que nous prions la Vierge. C’est au contraire comme une projection vers un avenir où nous savons que notre Mère nous précède et nous attend. (…)

Elle nous précède, elle nous attend, elle nous accueillera, nous l’espérons. C’est pourquoi la liturgie de l’Église l’appelle « Porte du ciel toujours ouverte » et nous supplie de regarder l’étoile pour atteindre le port de toute félicité.

Adapté d’un extrait d’un livre du Père Guillaume de Menthière, Je vous salue Marie, Paris 2000

http://notredamedesneiges.over-blog.com

Prions :

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source : une minute avec Marie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s