Saint-Siège-Chine: accord renouvelé pour la deuxième fois

L'église du Saint-Sauveur de PékinL’église du Saint-Sauveur de Pékin (©WaitforLight – stock.adobe.com)

Saint-Siège-Chine: accord renouvelé pour la deuxième fois

Après des «consultations et évaluations appropriées», les deux parties ont convenu de prolonger de deux ans la validité de l’accord provisoire sur la nomination des évêques stipulé pour la première fois en 2018. Le Saint-Siège entend poursuivre un dialogue respectueux et constructif pour faire avancer la mission de l’Église catholique et le bien du peuple chinois.

Vatican News

«Le Saint-Siège et la République populaire de Chine, après des consultations et des évaluations appropriées, ont convenu de prolonger de deux ans la validité de l’accord provisoire sur la nomination des évêques, conclu le 22 septembre 2018 et renouvelé pour la première fois le 22 octobre 2020». C’est ce qui ressort d’un communiqué de la Salle de presse du Saint-Siège publié aujourd’hui.

«La partie vaticane, poursuit le communiqué, est disposée à poursuivre le dialogue respectueux et constructif avec la partie chinoise, pour une mise en œuvre fructueuse de l’accord susmentionné et pour un développement ultérieur des relations bilatérales, en vue de faire progresser la mission de l’Église catholique et le bien du peuple chinois».

La diplomatie de la patience

Le Pape François, dans un entretien accordé à l’agence Reuters en juillet dernier, avait espéré que l’accord puisse être renouvelé au mois d’octobre. «L’accord est bon», avait-il dit en se référant aux nominations des évêques, même si «cela va lentement»«à la chinoise»,  avait-il ajouté, «parce que les chinois ont cette notion du temps que personne ne les bouscule» et puis «ils ont eux aussi des problèmes», les autorités locales agissent de manière différente avec l’Église catholique et «la situation n’est pas la même dans toutes les régions du pays».

Le Pape, rappelant les efforts diplomatiques du cardinal Agostino Casaroli, l’architecte de l’Östpolitik du Vatican envers les pays de l’Est, avait parlé du «martyre de la patience»: «Beaucoup ont dit tant de choses contre Jean XXIII, contre Paul VI, contre Casaroli, avait expliqué le Pape, mais la diplomatie est ainsi faite. Face à une situation fermée, il faut chercher le possible, pas l’idéal. La diplomatie est l’art du possible et de rendre le possible réel».

Source: VATICANNEWS, le 22 octobre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s