Accord entre le Saint-Siège et la Chine: entretien avec le cardinal Parolin

Prière dans l'église catholique Xuamwumen de PékinPrière dans l’église catholique Xuamwumen de Pékin

Accord entre le Saint-Siège et la Chine: entretien avec le cardinal Parolin

Entretien avec le cardinal Secrétaire d’État du Saint-Siège sur le renouvellement pour deux ans de l’accord provisoire entre le Saint-Siège et la République populaire de Chine, «un accord sur les biens essentiels à la vie quotidienne de l’Église en Chine».

Entretien réalisé par Andrea Tornielli

«Le cœur de l’accord bien sûr a trait à la consolidation d’un bon dialogue institutionnel et culturel, mais il concerne surtout des biens essentiels à la vie quotidienne de l’Église en Chine». C’est par ces mots que le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin, interrogé par L’Osservatore Romano et Radio Vatican-Vatican News, explique les raisons qui ont conduit le Saint-Siège à signer et à renouveler pour la deuxième fois l’accord provisoire avec la République populaire de Chine.

Éminence, que pouvez-vous nous dire du chemin qui a conduit le Saint-Siège à choisir de renouveler l’accord provisoire ?

Pour répondre, il est nécessaire de rappeler un fait: le 22 septembre 2018, le Saint-Siège et le gouvernement de la République populaire de Chine ont signé un accord provisoire sur la nomination des évêques. Cet accord est «provisoire» car nous sommes encore en période d’expérimentation. Comme c’est toujours le cas, les situations difficiles et délicates nécessitent un temps de mise en œuvre suffisant pour pouvoir vérifier l’efficacité du résultat et identifier les améliorations éventuelles. En outre, comme nous le savons, la pandémie de Covid-19 a créé des obstacles compréhensibles aux réunions entre les délégations, qui suivent de près et évaluent la mise en œuvre de l’accord. Pour ces raisons, la validité de l’accord a été prolongée une première fois en 2020 et est à nouveau prolongée de deux ans. Le Pape François, avec détermination et une patiente clairvoyance, a décidé de poursuivre sur cette voie, non pas dans l’illusion de trouver la perfection dans les règles humaines, mais dans l’espoir concret de pouvoir assurer aux communautés catholiques chinoises, même dans un contexte aussi complexe, la conduite de pasteurs dignes et aptes à la mission qui leur est confiée.

Pour nommer de nouveaux évêques en Chine, des procédures spéciales ont été convenues avec le gouvernement de Pékin. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?

L’histoire nous enseigne que le Saint-Siège est souvent parvenu, dans la délicate et importante question de la nomination des évêques, à s’accorder sur de procédures qui tiennent compte des conditions particulières d’un pays, sans toutefois jamais manquer à ce qui est essentiel et fondamental pour l’Église, à savoir la nomination de pasteurs bons et dignes. La procédure prévue par l’accord a été soigneusement étudiée, en tenant compte des caractéristiques particulières de l’histoire et de la société chinoises et du développement consécutif de l’Église en Chine. A cet égard, je ne peux manquer de rappeler les nombreuses situations laborieuses et, parfois, de lacération dans lesquelles se sont trouvées les communautés catholiques au cours des dernières décennies. Il a donc semblé prudent et sage de tenir compte à la fois des besoins exprimés par les autorités du pays et des besoins des communautés catholiques.

Si l’on considère ces quatre premières années depuis l’entrée en vigueur de l’accord provisoire, quels fruits ont été récoltés?

Dans l’immédiat, je pense qu’il y a trois fruits principaux, mais j’espère que d’autres viendront à l’avenir. Le premier est que, conformément à l’accord, depuis septembre 2018, tous les évêques de l’Église catholique en Chine sont en pleine communion avec le Successeur de Pierre et qu’il n’y a plus d’ordinations épiscopales illégitimes. Pour les simples fidèles, cela est perceptible chaque jour dans la Sainte Messe célébrée par n’importe quel prêtre chinois: en effet, le Pape est explicitement mentionné dans la prière eucharistique, ce qui était impensable il y a quelques années. Le second fruit est constitué par les six premières ordinations épiscopales qui ont eu lieu dans l’esprit de l’accord et conformément à la procédure établie qui laisse au Pape le dernier mot décisif. Le troisième fruit est qu’au cours de cette période, les six premiers évêques «clandestins» ont également été enregistrés. Ils ont donc vu leur position officialisée, et son reconnus comme évêques par les institutions publiques.

Ces réalisations peuvent sembler modestes mais, pour ceux qui regardent l’histoire avec les yeux de la foi, elles constituent des pas importants vers la guérison progressive des blessures infligées à la communion ecclésiale par les événements du passé. Il convient donc de souligner encore une fois, si besoin est, que le cœur de l’accord a trait bien sûr à la consolidation d’un bon dialogue institutionnel et culturel, mais qu’il concerne surtout des biens essentiels à la vie quotidienne de l’Église en Chine. Je pense, par exemple, à la validité des sacrements célébrés et à la certitude pour des millions de fidèles chinois de pouvoir vivre leur foi en pleine communion catholique, sans être soupçonnés de ne pas être des citoyens loyaux envers leur propre pays.

Au cours de ces quatre années, il y a eu 6 nouvelles ordinations épiscopales suite à l’accord provisoire. Cela ne vous semble-t-il pas peu?

Ce sont les premières, tandis que d’autres procédures sont en cours. En même temps, nous sommes conscients qu’il y a encore beaucoup de diocèses vacants et que d’autres ont des évêques très âgés. Il y a aussi des diocèses dans lesquels le chemin de la réconciliation, tant souhaité par le Pape François, marque le pas. Enfin, il existe des diocèses dans lesquels, malgré les efforts et la bonne volonté, il n’est pas possible d’avoir un dialogue fructueux avec les autorités locales. Nous espérons sincèrement qu’au cours des deux prochaines années, nous pourrons continuer à identifier de bons candidats à l’épiscopat pour l’Église en Chine selon la procédure établie. Évidemment, nous ne pouvons pas faire fi des nombreuses difficultés qui touchent la vie concrète des communautés catholiques, auxquelles nous accordons la plus grande attention. Pour qu’une bonne solution soit trouvée, de nouvelles avancées sont nécessaires dans un esprit de collaboration entre de nombreux acteurs: le Saint-Siège, les autorités centrales, les évêques avec leurs communautés et les autorités locales.


À la lumière d’une grande confiance dans la Providence de Dieu et réconfortés également par les témoignages douloureux et lumineux de tant de chrétiens chinois, les Souverains Pontifes de notre époque (Saint Jean-Paul II, Benoît XVI, le Pape François), ont décidé d’entreprendre et de poursuivre, au-delà de toute opposition, la voie du dialogue constructif avec la Chine, dans laquelle l’accord provisoire pour la nomination des évêques occupe une part limitée mais significative. Le but ultime de ce parcours est que le «petit troupeau» des catholiques chinois progresse dans la possibilité de vivre une vie chrétienne sereine et libre, faite de l’annonce de l’Évangile, d’une solide formation, de la célébration joyeuse de l’Eucharistie, ainsi que d’un témoignage assidu de charité, afin d’être proche de ceux qui ont le plus de difficultés à faire face à la vie, comme ce fut le cas pendant la difficile période de pandémie.

Source : VATICANNEWS, le 22 octobre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s