Les Brigittines et les Comboniennes reçues par François

Religieuses brigittines et comboniennes en audience chez le Pape, le 22 octobre 2022Religieuses brigittines et comboniennes en audience chez le Pape, le 22 octobre 2022 (Vatican Media)

Les Brigittines et les Comboniennes reçues par François

Prière et adoration d’un côté, ferveur d’une mission « ad gentes » de l’autre, le Pape François a souligné la complémentarité des deux charismes en recevant les religieuses de l’ordre de sainte Brigitte et les missionnaires comboniennes, au terme de leur chapitre général à Rome.

Jean Charles Putzolu – Cité du Vatican

Aux Brigittines, présentes aujourd’hui en Europe, en Amérique, en Asie et au Moyen-orient, le Saint-Père demande de «traduire leur charisme fondateur en choix apostoliques adhérents aux situations contemporaines», restant fidèles à leur vocation monastique, pour «confirmer la primauté de Dieu». Il les exhorte à se consacrer particulièrement à la prière d’adoration, à s’immerger dans l’amour de Dieu pour ensuite pouvoir en faire don à tous ceux qu’elles rencontreront sur leur chemin.

Les Brigittines sont une présence consolatrice, des instruments de bonté et de tendresse, accueillantes dans leurs communautés, dans l’Église et dans le monde. L’accueil, rappelle François, est un aspect caractéristique des sœurs de sainte Brigitte, qui sera rendu plus fécond encore lorsque «la prière contemplative vous fera sortir de vous-mêmes pour focaliser votre vie sur le Christ, le laissant ainsi agir en vous». Il s’agit d’un mouvement intérieur qui rend possible «le service de votre prochain», dans un esprit de proximité et de partage, autrement dit une ouverture vers l’autre dans la charité.

Contempler et agir

Reçues en audience par le Pape samedi matin en même temps que les Brigittines, les Comboniennes, également en chapitre général, dont la mission des 1500 religieuses est auprès des plus pauvres dans une trentaine de pays de quatre continents, ont écouté François leur parler des origines de leur institut, lorsque le fondateur, saint Daniele Comboni, en 1872 entendit l’appel à se rapprocher des victimes de l’esclavage au Soudan.

Aujourd’hui, suivant l’exemple du saint fondateur, il est encore nécessaire combattre des nouvelles formes d’esclavage, comme autant de «plaies sociales […] présentes à grande échelle partout dans le monde». Et François de dresser une liste glaçante: la prostitution, la traite des personnes, le travail forcé, la vente d’organes, la consommation de drogue, le travail des enfants, «une exploitation honteuse», ou encore les migrants. On ne se débarrassera pas du problème sans en éliminer les racines les plus profondes que sont la pauvreté, les inégalités et la discrimination. Le Souverain pontife invite les Comboniennes à une action de charité, fidèles à l’Évangile, et en même temps à contre-courant «en s’opposant à la culture de l’individualisme et de l’indifférence».

Dans leur action, les religieuses sont appelées à ne jamais délaisser la prière personnes, quel qu’en soit le motif, et à continuer à toujours rechercher le contact avec les autres, dans tous les continents, pour une mission «proche de tous, des grands et des petits, des personnes saines et des malades, de ceux qui sont proches comme de ceux qui sont loin».

Source : VATICANNEWS, le 22 octobre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s