« Je suis l’âme qui magnifie le Seigneur » (II)

« Je suis l’âme qui magnifie le Seigneur » (II)

Mais ce nouveau message(1) – « Consacre-toi à moi » – était étrange et troublant. Je n’avais pas encore, dans mon cheminement catholique, rencontré la tradition de la consécration mariale, aussi cette expression m’était-elle étrangère. Que pouvait-elle signifier ? Je n’étais pas sûre de vouloir le savoir, ce qui révélait le profond malaise que j’éprouvais encore à l’égard de Marie – la vraie Marie, et non Marie en tant que symbole féministe.

Pendant un moment, j’ai essayé de rejeter toute cette expérience, de la considérer comme une fantaisie de mon imagination. Mais je n’arrivais pas à me défaire de la façon dont cette pensée m’avait surprise. Ainsi, avec réticence et de nombreux doutes, j’ai commencé à essayer de comprendre ce que l’on me demandait.

La consécration mariale, d’après ce que j’ai pu comprendre, était une pratique consistant à se consacrer à Jésus par Marie, c’est-à-dire à donner toute sa personne. Il s’agissait de prendre Marie comme modèle et guide spirituel afin de grandir dans la dévotion au Christ. Certains de ces principes m’ont semblé intuitifs. En tant que mère, je savais que l’amour de Marie pour le Christ, et son dévouement envers lui, sont d’une puissance et d’une intensité uniques. Ainsi, pourrais-je accroître ma propre foi et mon amour pour le Christ grâce à son exemple et à ses conseils.

La question du rôle de médiatrice de Marie est plus épineuse. Le Christ n’est-il pas le seul médiateur entre le Père et les êtres humains ? J’avais toujours le sentiment que toute dévotion ou attention explicite portée à Marie détournait ou concurrençait en quelque sorte mon amour pour le Christ. Et c’était là mon erreur : considérer ces amours comme des rivaux.

Marie n’est pas une médiatrice au même titre que le Christ. Marie n’est pas divine, elle ne peut pas nous sauver. Et pourtant, elle a été choisie par Dieu pour jouer un rôle unique de porteuse de Dieu. Elle est l’être humain choisi pour amener le Christ dans le monde – et ceci est bien un rôle de médiatrice. C’est par Marie que l’Incarnation nous est connue. Marie est donc une médiatrice entre le Christ et l’humanité, d’une manière qui est à la fois analogue et distincte de la médiation du Christ auprès du Père. Personne ne rencontre le Christ de manière isolée ; l’Évangile est toujours transmis par d’autres personnes. Et qui est mieux à même de conduire au Christ que sa Mère ?

Abigail Rine Favale, Into the Deep: An Unlikely Catholic Conversion – Cascade Books, 2018, pp 163-165 (extrait traduit de l’anglais)

(1) Voir Une Minute avec Marie du 3 juillet 2022

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s