Causes des saints: un miracle, 2 martyrs, et 7 « héros » de la foi

Décrets du 9 avr. 2022 © Cause dei Santi

Décrets Du 9 Avr. 2022 © Cause Dei Santi

Causes des saints: un miracle, 2 martyrs, et 7 « héros » de la foi

Vers la béatification d’une religieuse française

Le Vatican authentifie un « miracle » obtenu par la prière du bienheureux  Artemide Zatti (1880-1951), religieux italien de la Société de Saint François de Sales, qui a vécu au service des malades en Argentine et qui a béatifié par Jean-Paul II il y a 20 ans, le 14 avril 2002. Il pourrait être canonisé.

Dix décrets

Le miracle c’est le cas d’une guérison déclarée inexplicable du point de vue de la science, d’un père de famille d’origine philippine, en 2016.

Le pape François a en effet approuvé, samedi, 9 avril 2022, décrets de la Congrégation pour les causes des saints, que lui a présentés le cardinal préfet, Marcello Semeraro: ce miracle dû au bienheureux Artemide, sept décrets reconnaissant le caractère « héroïque » des vertus des 7 baptisés (ils pourront être béatifiés si un miracle est ensuite authentifié), et deux martyrs (ils pourront être béatifiés sans qu’un miracle autre que leur fidélité face à la mort ne soit nécessaire).

Un miracle aux Philippines

On attribue à l’intercession du bienheureux Artemide la guérison d’un homme frappé d’un « AVC ischémique cérébelleux droit, compliqué d’une importante lésion hémorragique », le 24 août 2016, à Tanauan Batangas (Lipa, Philippines).

Le 11 août 2016, l’homme s’était plaint de vertiges, de vomissements, de difficultés à marcher. Il avait été transporté aux urgences du Centre médical « Daniel Mercado » dans la ville de Tanunan, où il avait été hospitalisé dans un état grave. Les examens cliniques permis le diagnostique.

Le 13 août 2016, l’état du patient s’était aggravé. Après son transfert en soins intensifs, les médecins ont recommandé une intervention chirurgicale, mais les membres de la famille qui n’en avaient pas les moyens ont refusé l’opération.

Le 21 août 2016, les proches, contre l’avis des médecins, décident de ramener le patient chez lui, afin qu’il puisse passer les derniers jours de sa vie avec sa famille. Le 22 août 2016, le patient reçut l’onction des malades pendant que les membres de la famille attendaient la fin imminente.

Soudain, au matin du 24 août 2016, l’homme retira lui-même la sonde nasogastrique avec laquelle il était nourri et l’oxygène qui l’aidait à respirer, puis il appella ses proches en disant qu’il voulait manger. Dans les jours suivants, il reprit une vie normale.

Entre-temps, le frère du patient avait invoqué l’intercession du bienheureux Artémide Zatti: il était lui-même un frère salésien, qui vivait à Rome. Le jour même de l’admission de son frère à l’hôpital, il a commencé demander par lui sa guérison qui a ensuite été presque immédiate et complète.

Deux décrets concernent deux prêtres italiens, Giuseppe Bernardi et Mario Ghibaudo, exécutés le 19 septembre 1943 par des SS en raison de leur foi. Après l’armistice de 1943, la ville de Boves (Piémont, au nord de l’Italie), a été un lieu de passage et d’exactions des forces allemandes. Alors qu’ils cherchaient à apporter de l’aide et du réconfort à la population, les deux prêtres italiens ont été assassinés par les forces SS, qui continuaient de semer la mort et la destruction dans la région.

Sept nouveaux « vénérables »

Enfin, le dicastère pour les saints reconnaît le caractère « héroïque » des vertus humaines et chrétiennes de sept baptisés, qui reçoivent donc le titre de « vénérables », deux évêques et cinq femmes dont trois laïques, une religieuse française, et une russo-polonaise:

-l’évêque espagnol Martín Fulgencio Elorza Legaristi, originaire d’Espagne, mort au Pérou, à Lima (1899-1966),

-le missionnaire et évêque franciscain italien Francesco Costantino Mazzieri, Ofmconv. mort en Zambie (1889-1983),

-soeur Lucie Noiret (au siècle, Géorgine), religieuse française , fondatrice de la Congrégation des Servantes du Sacré-Cœur de Jésus sous la protection de saint Joseph, originaire de Chambéry et morte en Italie, à Imola (1832-1899),

– mère Casimira Gruszczyńska (1848-1827), religieuse russo-polonaise de la Congrégation des Sœurs Messagères du Cœur de Jésus,

-une laïque espagnole, Aurora Calvo Hernández-Agero, célibataire (1901-1933),

-une laïque polonaise, Rosalia Celak, morte à Cracovie, célibataire (1901-1944),

– et une laïque italienne, Maria Aristea Ceccarelli, mariée contre son gré, et victime de la violence de son conjoint (1883-1971).

Source: ZENIT, le 11 avril 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s