Le soutien du patriarche à la guerre de Poutine divise les orthodoxes

Patriarch’s support for Putin’s war fueling Russian Orthodox rift
Un prêtre prie devant une croix à la paroisse orthodoxe russe Saint-Nicolas de Myre à Amsterdam, aux Pays-Bas. (Crédit: paroisse Saint-Nicolas de Myra)

Le soutien du patriarche à la guerre de Poutine divise les orthodoxes

La paroisse orthodoxe russe d’Amsterdam a officiellement demandé l’autorisation canonique de se séparer de Moscou et de rejoindre le patriarcat orthodoxe de Constantinople.

La paroisse Saint-Nicolas de Myre a annoncé cette décision dans un pop-up sur son site web samedi, déclarant que cette décision “est extrêmement douloureuse et difficile pour toutes les personnes concernées“.

Cette décision fait suite à plusieurs déclarations récentes du patriarche orthodoxe russe Kirill, qui semblait soutenir l’invasion de l’Ukraine par la Russie et dans lesquelles il tenait l’Occident pour responsable du conflit en ne tenant pas compte des préoccupations de la Russie en matière de sécurité.

Selon le site d’information néerlandais Nederlands Dagblad, les quatre prêtres et un diacre en poste à Saint-Nicolas ont initialement écrit à leur autorité diocésaine, l’archevêque Elisey, pour dire qu’ils avaient décidé de ne pas mentionner le nom de Kirill pendant leur célébration de la Divine Liturgie parce qu’il “a exprimé son soutien total à la guerre“.

Avant d’envoyer cette lettre, la paroisse, où des croyants orthodoxes de différentes origines et nationalités prient ensemble depuis des années, avait déjà signé une pétition demandant à Kirill d’appeler à la fin de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Depuis le début de la guerre il y a un peu plus de deux semaines, au moins 15 diocèses orthodoxes russes ont publiquement donné leur bénédiction aux prêtres pour qu’ils cessent de commémorer Kirill dans leurs célébrations de la Divine Liturgie.

Alors qu’Elisey n’a apparemment pas accordé cette permission, les pasteurs de Saint-Nicolas ont décidé de s’abstenir d’utiliser son nom de leur propre chef, mais, à l’époque, sans intention de quitter l’Église orthodoxe russe.

Dans une déclaration aux paroissiens annonçant les raisons de leur décision, les pasteurs ont déclaré : “Nous n’avons pas quitté le Patriarcat de Moscou. Bien que nous ayons suspendu la commémoration du patriarche Kirill, nous continuons à nous souvenir de l’archevêque Elisey comme de notre évêque diocésain.

Ils ont noté qu’à certains moments de l’histoire orthodoxe russe, les clercs “ont trouvé impossible de se souvenir d’un chef d’église qui avait pris une certaine position politique“, et ont fait référence à plusieurs prêtres qui ont refusé de mentionner le nom du patriarche lorsqu’il “s’est déclaré loyal à l’État bolchevique en 1927.”

Aucun d’entre eux n’a considéré cela comme un abandon de l’église“, ont-ils ajouté.

Cependant, la situation a changé après une visite inopinée d’Elisey à la paroisse dimanche dernier, le 6 mars. Selon le Nederlands Dagblad, l’archevêque est arrivé dans une voiture diplomatique, qui appartiendrait à l’ambassade de Russie aux Pays-Bas, alors que la Divine Liturgie avait déjà commencé. La coutume orthodoxe veut que l’archevêque célèbre la Divine Liturgie s’il est présent, et Elisey a donc pris le relais.

Selon les règles orthodoxes, si le nom du patriarche n’est pas prononcé lorsque l’archevêque préside, cela entraîne un schisme ecclésial immédiat, de sorte que le nom de Kirill a finalement été mentionné par un diacre qui n’appartient pas à la paroisse.

Une fois l’office terminé, M. Elisey se serait entretenu en privé avec les deux prêtres les plus anciens de la paroisse pour les informer “que votre église suscite un grand intérêt” et leur dire que leur attitude “préoccupe beaucoup non seulement le patriarcat, mais aussi le ministère russe des affaires étrangères.

Les prêtres ont déclaré que depuis la visite d’Elisey dimanche dernier, la pression s’est accrue sur la paroisse, qui a été vandalisée mardi avec le symbole pro-russe controversé “Z“.

Face à ces menaces, la paroisse a pris contact avec la police et la justice locale.

Source: CRUX, le 13 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s