François aux Maristes: on ne naît pas gardien de la Création, on le devient

Le Pape reçoit des frères maristes, le 24 mars 2022Le Pape reçoit des frères maristes, le 24 mars 2022 (Vatican Media)

François aux Maristes: on ne naît pas gardien de la Création, on le devient

Le Saint-Père a reçu ce jeudi 24 mars dans la matinée une quarantaine de participants à la conférence générale des frères maristes. À ces religieux engagés dans l’éducation, il a parlé des principaux défis qui se présentent dans leur mission, en particulier l’écologie, et les a invités à suivre l’exemple de Marie, qui avait toujours dans son cœur «l’horizon du Royaume de Dieu». 

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

C’est avec une image utile pour le discernement que le Saint-Père a débuté son discours aux frères maristes. Le croyant qui discerne est «comme celui qui est à la barre d’un bateau: pour voir si le cap est bon, il ne regarde pas le sillage derrière lui, mais il regarde devant lui, en gardant l’œil sur deux ou trois points de repère qui lui donnent une orientation». Et le premier de ces «points fixes» est la Parole de Dieu, à laquelle le Carême devrait nous permettre de donner la priorité.

Les Maristes, congrégation désormais multiculturelle, sont invités à «s’ouvrir à l’horizon d’une fraternité universelle», a ensuite expliqué le Souverain pontife. Mais dépasser les frontières imposées par une mentalité ne signifie pas se «détacher de ses racines», a averti François. «Il n’y a pas de contradiction entre la fidélité à ses racines et l’ouverture universelle: c’est la continuité, la croissance normale», si l’on reste dans la charité.

À l’école du Magnificat

Pour les Frères Maristes, congrégation enseignante fondée en 1817 par saint Marcellin Champagnat dans un village de la Loire, «cela signifie rester fidèles au service d’éducation et d’évangélisation des jeunes», selon le charisme du fondateur et en suivant l’exemple de la Vierge Marie. Et le Saint-Père d’indiquer le cantique du Magnificat, «où le plan de salut de Dieu résonne à travers la voix de son humble servante. Quoi de plus beau, de plus efficace que le Magnificat pour éduquer une jeune fille ou un jeune garçon à s’ouvrir à Dieu et à son projet d’amour ? Le Magnificat contient une vision de la vie et de l’histoire ; il est une école de foi et de prière, qui nous libère de l’enfermement sur soi et de tout spiritualisme, et nous montre la joie de croire, d’espérer et d’aimer selon l’Évangile du Christ», a résumé le Pape.

L’écologie intégrale à travers l’éducation

Les défis du moment viennent cependant donner une coloration particulière à cette fidélité au charisme. «Par exemple, les jeunes montrent une sensibilité et un intérêt pour l’écologie. Il y a là un grand champ pour l’éducation, car malheureusement la mentalité mondaine – permettez-moi le jeu de mots – pollue aussi l’écologie, la réduit, la rend idéologique et superficielle», a regretté le Pape. «Au contraire, l’horizon de Dieu est celui d’une écologie intégrale, qui tient toujours ensemble les dimensions environnementales et sociales, le cri de la Terre et le cri des pauvres».

Le Successeur de Pierre a reconnu que «les enfants et les jeunes sont prédisposés à devenir les gardiens de la création, mais ils doivent apprendre que ce n’est pas seulement un slogan, ce n’est pas seulement une dénonciation, c’est un mode de vie, cela demande de la patience, de la force d’âme, de la tempérance, de la justice. En bref, on ne naît pas gardien de la création, (…) mais on le devient à travers un parcours éducatif».

La vie spirituelle, un apprentissage fondamental

Outre l’écologie, d’autres domaines sont concernés : l’engagement social et politique, la communication, le travail et les études. «Mais surtout, l’éducation religieuse et spirituelle, qui est la base de la croissance intégrale», a insisté le Saint-Père. «Jésus-Christ est le Maître de la vie et de la vérité, le chemin à suivre pour devenir des hommes et des femmes dans leur plénitude, et l’Esprit Saint est le Maître intérieur qui forme le Christ en nous», a-t-il rappelé. Une grande et noble mission pour les frères maristes, «mais Dieu – nous rappelle notre Mère – aime faire de grandes choses avec les petits et les pauvres, à condition qu’ils s’ouvrent humblement à Lui et accueillent Sa Parole, en se rendant disponibles».  

François a conclu en demandant aux religieux de «regarder au-delà pour éduquer à regarder au-delà, avec Marie, sur les traces du Seigneur Jésus». Une vision qui «détruit toute la conception statique et illuministe, idéologique de l’éducation», a-t-il ajouté.

Source: VATICANNEWS, le 24 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s