La religieuse française Marie Rivier va être canonisée

Le Pape François a promulgué de nouveaux décrets, lundi 13 décembre 2021. Le Pape François a promulgué de nouveaux décrets, lundi 13 décembre 2021.

La religieuse française Marie Rivier va être canonisée

La fondatrice de la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie est une future sainte. Au cours d’une audience accordée lundi 13 décembre au cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape François a autorisé la promulgation du décret correspondant. La religieuse italienne Maria Carola Cecchin sera également béatifiée, tandis que trois prêtres et une religieuse polonaise deviendront vénérables.

Isabella Piro – Cité du Vatican

La vie de Marie Rivier a été marquée par la souffrance et la charité. Elle n’avait que 16 mois lorsqu’elle est tombée du lit, s’est blessée à la hanche et a eu de graves problèmes pour grandir. C’était en 1770. Pendant des années, elle a été incapable de se tenir debout, finissant par se traîner sur le dos, s’aidant de ses mains. Ce n’est qu’en 1774 qu’elle a pu se lever à l’aide de béquilles et ce n’est que trois ans plus tard qu’elle s’est complètement rétablie. Mais la maladie lui a donné une intuition: consacrer le reste de sa vie à Dieu. Née à Montpezat-sous-Bauzon, en France, le 19 décembre 1768, après avoir reçu sa première communion, Marie Rivier mûrit le désir de se consacrer au Seigneur et demande à entrer dans la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Pradelles mais, à cause de sa santé, elle n’est pas jugée apte.

De petite et frêle à sainte

Elle décide d’ouvrir une école, ce qu’elle fait en 1768, et de se consacrer aux soins des malades et des pauvres. Lorsque la Révolution française éclate, elle s’installe à Thueyts où elle rassemble quelques jeunes femmes: malgré la fermeture des ordres religieux par les révolutionnaires, le 21 novembre 1796, Marie fonde une petite communauté. Cinq ans plus tard, en 1801, avec l’approbation de l’évêque de Vienne, la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie voit le jour et, en quelques années, elle ouvre 46 maisons. Marie Rivier est décédée le 3 février 1838 à Bourg-Saint-Andéol. Saint Jean-Paul II l’a béatifiée le 23 mai 1982. Le miracle reconnu, attribué à son intercession, concerne la guérison d’une fillette nouveau-née souffrant d’une «hydrops embryo-fœtal généralisé précoce non immunologique», qui a eu lieu en 2015 aux Philippines.

L’Italienne Maria Carola Cecchin béatifiée

Maria Carola Cecchin, née Fiorina, religieuse professe de la Congrégation des Sœurs de Saint Joseph Benoît Cottolengo, sera béatifiée. Née le 3 avril 1877 à Cittadella, dans la province de Padoue, elle a fait sa profession religieuse le 6 janvier 1899, après être entrée dans la Petite Maison de la Divine Providence de Turin. En 1905, elle est envoyée au Kenya, avec quatre religieuses Cotolenghi et deux missionnaires de la Consolata. Catéchiste infatigable dans de nombreux villages, des forêts aux steppes arides de Kikuyo, de la savane aux landes de Meru, Maria Carola était toujours prête à ouvrir les portes de nouvelles missions. Elle a vu toutes sortes de misères et de souffrances, a subi de grandes privations, mais a tout enduré, avec un amour infini, animée par le zèle missionnaire. Entre-temps, elle a été nommée supérieure et envoyée dans différentes communautés, dont la dernière était Tigania, où elle est tombée gravement malade. Il est décidé de la renvoyer en Italie, mais Maria Carola meurt pendant le voyage en bateau à vapeur le 13 novembre 1925, à l’âge de 48 ans. Les règles d’hygiène de l’époque exigeaient que son corps soit jeté dans les eaux de la mer Rouge. Le miracle reconnu pour sa prochaine béatification et attribué à son intercession concerne le retour à la vie d’un bébé né en «absence prolongée d’activité cardiaque, respiratoire et neurologique». L’événement s’est produit à Meru, au Kenya, en 2013.

Vénérable Père Bernardo Sartori, réfugié parmi les réfugiés

Parmi les décrets promulgués lundi 13 décembre par la Congrégation pour les Causes des Saints, figurent aussi ceux concernant trois prêtres et une religieuse, qui sont devenus Vénérables avec la reconnaissance de leurs vertus héroïques. Le témoignage de Bernardo Sartori, prêtre profès des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus, se distingue particulièrement. Né le 20 mai 1897 à Falzé di Trevignano, dans la province de Trévise, il est entré dans la Congrégation des Comboniens en 1921. Il a été ordonné prêtre en 1923 et, après un travail missionnaire dans le sud de l’Italie, il est envoyé en 1934 à West Nile, dans le nord-ouest de l’Ouganda, environnement à prédominance musulmane. Dans les années suivantes, il a fondé de nouvelles missions et écoles, tandis qu’en 1962, il a promu la consécration à la Vierge Marie de tous les missionnaires comboniens en Afrique. Il a vécu les événements turbulents qui ont suivi la chute du dictateur ougandais Amin et, en 1979, il a suivi son peuple au Zaïre, devenant un réfugié parmi les réfugiés. Après un court séjour en Italie, il est retourné au Zaïre en 1982, à l’âge de 85 ans, pour rester proche de son peuple. Infatigable dans son travail apostolique et dans l’aide à son prochain, il est décédé le 3 avril 1983, dimanche de Pâques, à Ombaci, en Ouganda. Son corps a été retrouvé sans vie dans l’église, devant le tabernacle.

Vénérable Maria Malgorzata, la force de la foi en temps de guerre

L’histoire de Maria Malgorzata, mourant dans le jardin de Gethsémani (née Ludovica Banaś), une religieuse professe de la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Nazareth, est également particulière. Née le 10 avril 1896 à Klecza Dolna, en Pologne, elle est entrée dans la Congrégation le 15 février 1917 et a fait sa profession perpétuelle le 31 juillet 1926. En 1937, elle a été transférée à Nowogródek (aujourd’hui Bélarus), où elle a travaillé à l’hôpital. Son engagement dans l’apostolat envers les pauvres, les nécessiteux, les orphelins et les prisonniers était grand. Après l’occupation de la ville par les troupes soviétiques en 1939, les sœurs ont été expulsées de leur couvent et retirées de l’hôpital. Contraints de porter des vêtements profanes, ils ont dû chercher un logement dans des familles amies. Deux ans plus tard, douze religieuses ont été convoquées par les Allemands au poste de police et fusillées dans le bois adjacent. Ferme et inébranlable dans sa foi, Maria Malgorzata réussit à se sauver et, après la retraite des Allemands en 1944, elle fit exhumer les corps des onze sœurs assassinées et leur donna une sépulture digne de ce nom dans l’église. Saint Jean Paul II les a béatifiés en 2000. À la fin de la guerre, les territoires de la Pologne orientale ont été incorporés à l’Union soviétique. Maria Malgorzata n’est pas retournée dans son pays natal, comme beaucoup d’autres, mais est restée à Nowogródek pour poursuivre sa mission, en tant que seule gardienne de l’église et de la tombe de ses sœurs. C’est là qu’elle s’est éteinte le 26 avril 1966, à l’âge de 70 ans, après une longue maladie qu’elle a supportée avec patience et sérénité.

Vénérable Carlo da Abbiategrasso, exemple de piété, d’humilité et de charité

La vie de l’Italien Carlo da Abbiategrasso (né Gaetano Antonio Vigevano), prêtre profès de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins, est également exemplaire. Né le 30 août 1825 à Abbiategrasso, il se distingue dès son plus jeune âge par sa religiosité et le zèle avec lequel il enseigne le catéchisme à ses contemporains. Il a immédiatement ressenti la vocation à la vie consacrée, mais sa frêle constitution et la tuberculose ont ralenti sa progression. La profession solennelle dans l’Ordre des Frères Capucins n’a eu lieu que le 30 mars 1855. Le 26 décembre de la même année, il est ordonné prêtre et se consacre en particulier à l’exercice de la charité. Pendant les années où le choléra se répandait à Milan, même s’il était atteint de fièvre, Charles demandait à genoux la permission de se rendre à l’hôpital pour aider les malades.  En 1858, il est transféré au Sanctuaire de Notre-Dame des Capucins à Casalpusterlengo, où il se distingue par son extraordinaire piété, son humilité et sa charité, acquérant également une réputation de thaumaturge. Compte tenu de sa réputation de sainteté, le gouvernement autrichien a demandé sa destitution, mais l’évêque de Lodi, Mgr Gaetano Benaglio, a refusé catégoriquement. Il tombe malade de broncho-pneumonie et de consomption et meurt le 21 février 1859.

Vénérable Andrea Garrido Perales, apôtre des prisonniers

Enfin, l’Espagnol Andrea Garrido Perales, prêtre profès de l’Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie de Mercede, est également devenu Vénérable. Né le 29 novembre 1663 à Vallada, il était un théologien expert et a consacré sa vie à la prédication, à l’administration du sacrement de la réconciliation et à l’aide aux marginaux, aux orphelins, aux pauvres, aux malades, aux prisonniers, aux gitans et aux sans-abris. Souffrant d’une forme grave d’arthrite qui déformait son corps, il a fait preuve d’une force d’âme exemplaire, nourrie par une prière constante. Fidèle au charisme mercedarien, il a répandu l’Évangile parmi les prisonniers comme moyen de libération de la captivité de la marginalisation sociale et du mépris, encourageant leur réintégration dans la société et leur chemin de foi. Il est mort à Xátiva le 23 février 1728, à l’âge de 65 ans.

Source: VATICANNEWS, le 13 décembre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s