La demande de Notre-Dame des Victoires (I)

© Guilhem Vellut from Paris, France, CC BY 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0, via Wikimedia Commons

La demande de Notre-Dame des Victoires (I)

« En 1836, la paroisse de Notre-Dame des Victoires, située au centre de Paris en France, entourée de théâtres et de lieux de plaisirs, était devenue le point central d’où partaient et où aboutissaient les mouvements politiques qui ont agité Paris pendant tant d’années. Ainsi, la paroisse de Notre-Dame des Victoires avait vu s’éteindre dans son sein presque tout sentiment, presque toute idée religieuse ; son église était déserte, même aux jours des plus grandes solennités ; les sacrements, les pratiques religieuses étaient abandonnés, rien ne semblait mettre un terme à ce déplorable état qui avait déjà dix années d’existence.

Le 3 décembre 1836, fête de saint François-Xavier, à 9 heures du matin, je commençais la sainte messe au pied de l’autel de la Sainte Vierge ; j’en étais au premier verset du psaume Judica me, quand une pensée vint saisir mon esprit. C’était la pensée de l’inutilité de mon ministère dans cette paroisse ; cette pensée, hélas, ne m’était pas étrangère, je n’avais que trop d’occasions de la concevoir et de me la rappeler.

Malgré tous mes efforts pour repousser cette malheureuse pensée, elle s’opiniâtra tellement qu’elle absorba toutes les facultés de mon esprit, au point que je lisais, je récitais les prières sans plus comprendre ce que je disais. Après avoir récité le Sanctus, je m’arrêtai un instant, je cherchai à rappeler mes idées ; effrayé de l’état de mon esprit, je me dis : « Mon Dieu ! Dans quel état suis-je ? Comment vais-je offrir le divin Sacrifice ? Je n’ai pas assez de liberté d’esprit pour consacrer. Ô mon Dieu, délivrez-moi de cette malheureuse distraction ! »

À peine eu-je achevé ces paroles que j’entendis très distinctement ces mots prononcés d’une manière solennelle : « Consacre ta paroisse au Très Saint et Immaculé Cœur de Marie.«  »

Abbé Desgenettes, curé de ND des Victoires, fondateur de la confrérie du Très-Saint et Immaculé Cœur de Marie (1778 – 1860)

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s