A Cordoue, la béatification de Juan Elias Medina et ses 127 compagnons, martyrs

Juan Elias Medina et ses 127 compagnons, martyrs durant la guerer civile espagnole (1936-1939)Juan Elias Medina et ses 127 compagnons, martyrs durant la guerer civile espagnole (1936-1939) 

A Cordoue, la béatification de Juan Elias Medina et ses 127 compagnons, martyrs

Un pan de l’Histoire dont la mémoire peut devenir un lieu d’évangélisation dans des contextes sécularisés : tel a été le témoignage des martyrs de la guerre civile espagnole du début du XXe siècle, selon les mots du cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, qui a présidé samedi matin la messe de béatification dans la cathédrale de Cordoue.

Gabriella Ceraso – Cité du Vatican

C’est en novembre 2020 que le Pape François a promulgué les décrets de béatification de ces 127 martyrs, tués en haine de la foi à Cordoue, durant la guerre civile espagnole (1936-1939).

Il s’agissait de prêtres, dont Juan Elias Medina, mais aussi de religieux et de laïcs, dont les exécutions brutales s’inscrivaient dans le climat de persécution que la milice républicaine avait instauré contre tous ceux qui osaient professer leur appartenance à l’Église catholique. Certains d’entre eux étaient impliqués dans des activités ecclésiastiques ou étaient membres d’associations telles que l’Action catholique ou l’Adoration nocturne du Saint-Sacrement. Don Juan Elias lui-même a apporté réconfort et assistance spirituelle à ses compagnons pendant ses jours d’emprisonnement. Et la foi qu’ils ont confessée, ils l’ont portée dans leur cœur jusqu’au moment de la mort, l’exprimant fièrement par les mots “Viva Cristo Rey” (Vive le Christ -Roi), avant d’accorder leur pardon à leurs bourreaux.

Les élus du Seigneur

Mais quelle est cette haine du monde et qui sont ces martyrs ? Dans son homélie, le cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, a parlé d’eux comme étant «choisis» par le Seigneur, c’est-à-dire «retirés du monde», et pour cette raison même haïs : «Dans la haine du monde, il y a donc comme la jalousie et l’envie de ceux qui ont perdu leur proie, de ceux à qui on l’a enlevée. Voici donc le double engagement que la parole du Seigneur entend susciter dans notre volonté : s’éloigner du “monde”, qui désigne ici le groupe de ceux qui préfèrent les ténèbres à la lumière, l’erreur à la vérité, l’amour à la haine ; et puis, aussi, veiller à ne pas se laisser ensorceler par la nostalgie du péché.» 

La lumière, l’amour, la vérité, le détachement du péché ont ainsi marqué la vie des disciples, ainsi que celle de ces frères, mais aussi la «proximité de Dieu» : «Le scénario ouvert par l’annonce de la haine du monde est exactement le contraire de l’autre parole réconfortante et pleine de promesses : “Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique”. Il nous semble alors entendre l’écho de l’hymne pascal : “Mors et vita duello conflixere mirando … La mort et la vie s’affrontèrent en un duel prodigieux : le maître de la vie mourut ; vivant, Il règne”. C’est cette conscience qui a animé nos martyrs, dont beaucoup, comme l’a rappelé l’évêque de Cordoue Adolfo Pérez y Muñoz, ont crié “Vive le Christ Roi” au moment de leur mort.»

Détestés par le monde parce qu’ils appartiennent à Jésus

Le cardinal prévient toutefois que la haine du monde ne doit pas être confondue avec une «difficulté» ou une adversité «qui ne vient pas du fait que nous sommes de vrais disciples du Seigneur, mais qui est la conséquence de notre infidélité, du fait que nous sommes entrés dans la logique du monde». La haine du monde n’est, explique-t-il, que la «violence qui nous atteint parce que nous appartenons au Seigneur». A cause de son nom. C’est à cause de cette certitude intérieure que le chrétien en vient même à être heureux de souffrir, comme nous le lisons dans les Actes des Apôtres, explique encore le cardinal. C’est pourquoi, ajoute-il «la haine du monde est inséparable de la vie de disciple de Jésus et constitue aussi sa meilleure apologie».

La vie et l’histoire des 127 martyrs espagnols que l’Église a déclaré bienheureux, s’inscrivent dans ce contexte : une telle variété de profils humains «s’exprime dans la multiplicité des vies quotidiennes, avant d’atteindre le sommet du martyre qui scelle de son sang toute l’existence». Et le cardinal Semeraro de conclure : «Nous sommes confrontés à un pan de l’Histoire dont la mémoire peut devenir un lieu d’évangélisation dans des contextes sécularisés. C’est le témoignage d’une Église circumdata varietate. C’est comme l’explosion de la Pentecôte, l’accomplissement de la prophétie de Joël : l’Esprit Saint se répand sur tous : jeunes et vieux, fils et filles, et quiconque invoque le nom du Seigneur sera sauvé».

A l’issue de l’Angélus ce dimanche, le Pape François a évoqué la mémoire de ces martyrs : «Que leur fidélité nous donne à tous, en particulier aux chrétiens persécutés dans les différentes parties du monde, la force de témoigner courageusement de l’Évangile», a-t-il lancé avant d’inviter les fidèles réunis sur la Place Saint-Pierre à applaudir les nouveaux bienheureux.

Source: VATICANNEWS, le 18 octobre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s