L’avortement en tant que droit humain, une dérive anthropologique pour la Comece

Le Parlement européen a approuvé le rapport Matic sur la santé et les droits reproductifs et sexuels Le Parlement européen a approuvé le rapport Matic sur la santé et les droits reproductifs et sexuels  

L’avortement en tant que droit humain, une dérive anthropologique pour la Comece

Le Parlement européen approuve le rapport Matic sur la santé et les droits reproductifs et sexuels dans l’Union. Pour le secrétaire de la Comece, le père Barrios Prieto, il s’agit d’un vote inquiétant, et il est inacceptable que l’accès à l’avortement puisse prévaloir sur l’objection de conscience. Les enfants à naître ont le droit fondamental à la vie.

Michele Raviart – Cité du Vatican

«Comment se fait-il qu’une Europe qui a des racines chrétiennes, une Europe qui place la dignité de la personne au premier rang et dont le projet européen se caractérise précisément par la défense de la vie et de l’être humain, de l’homme et de la femme, considère l’avortement comme un droit ?» Par cette question, le père Manuel Barrios Prieto, secrétaire général de la Comece, qui réunit les évêques des pays membres de l’Union européenne, exprime sa préoccupation quant à l’approbation par le Parlement européen du «rapport Matic» -du nom de l’eurodéputé croate qui l’a proposé- sur «la santé et les droits reproductifs et sexuels dans l’Union, dans le contexte de la santé des femmes».

Le rapport Matic

Ce texte, non contraignant pour les États membres, assimile l’avortement à un droit fondamental et considère les lois restrictives de certains États membres dans ce domaine comme une violation des droits de l’Homme et une forme de violence de genre. La résolution, votée jeudi soir par le Parlement avec 378 voix pour, 255 contre et 42 abstentions, demande également de garantir un accès universel à un avortement sûr et légal dans tous les États membres, dans le cadre d’un effort général visant à renforcer les droits des femmes.

«C’est une grosse erreur»

«Nous avons essayé d’appeler les députés européens à la responsabilité sur ce vote et à comprendre l’importance de cette question», explique encore le père Barrios, «qui ne concerne pas seulement la santé sexuelle et reproductive»«Le droit à la santé, réitère-t-il, est un droit fondamental et nous voulons tous qu’il soit respecté et protégé, en particulier dans le cadre de cette pandémie, et dans le contexte de la défense de la dignité des femmes, ce droit est encore plus précieux. Il est donc évident que l’Église veut promouvoir le droit à la santé, mais le problème est d’inclure dans ce cadre également le droit à l’avortement, considéré presque dans le document comme un droit fondamental. Je pense que c’est une grosse erreur et le fait que des parlementaires aient voté en faveur de ce texte est inquiétant».

Il n’y a pas de droit à l’avortement

«Il n’existe aucun traité international» qui prévoit un «droit humain à l’avortement», soulignent en effet les évêques européens. Dans le texte de la résolution, père Barrios souligne «qu’il est dit que ce droit à la santé, qui inclut également le droit à l’avortement, doit être garanti, en particulier dans les régions rurales, dans les endroits où l’accès aux services médicaux n’est pas fort, même au-delà du droit à l’objection de conscience».

La liberté de conscience doit toujours être respectée

Dans la résolution du Parlement européen, en effet, les députés «regrettent que la pratique courante dans certains États membres permette au personnel médical et parfois à des institutions médicales entières de fournir des services de santé sur la base de la soi-disant objection de conscience», ce qui mettrait en danger «la vie et les droits des femmes.» «Ce n’est pas acceptable», souligne encore le père Barrios. «Pour nous, l’objection de conscience comprend non seulement le droit du travailleur de la santé individuel», explique-t-il, «mais aussi le droit d’une institution qui a sa propre mission, sa propre vocation et ne peut se lier à quelque chose qu’elle considère précisément comme contraire à ses principes fondamentaux. Le droit à l’objection de conscience découle précisément du droit fondamental à la liberté religieuse et à la liberté de pensée et doit toujours être respecté».

Un changement de mentalité qui inquiète

«Le vote sur le rapport Matic a été très contesté, la différence entre un oui et un non n’était pas si grande», poursuit le secrétaire général de la COMECE, «cependant, cette dérive est inquiétante»«Elle témoigne d’une crise anthropologique, elle remet en cause une manière de comprendre l’être humain. Ce vote du Parlement européen, même s’il s’agit d’un document non contraignant, est inquiétant, car il y a là un changement de mentalité pour voir des choses qui devraient tous nous inquiéter un peu».

Le grand absent de cette résolution, soulignent les évêques, est l’enfant à naître, privé de son droit fondamental à vivre, comme tout être humain.

Source: VATICANNEWS, le 26 juin 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s