Libéralisation de l’avortement pharmacologique: l’épiscopat britannique opposé

Londres voudrait pérenniser l'avortement pharmacologique à domicile.Londres voudrait pérenniser l’avortement pharmacologique à domicile. 

Libéralisation de l’avortement pharmacologique: l’épiscopat britannique opposé

Les autorités sanitaires britanniques étudient la possibilité de rendre permanente la dérogation adoptée pendant le confinement de 2020 permettant aux femmes de pratiquer l’avortement pharmacologique chez elles, et non plus à l’hôpital. Comme l’an dernier lors du vote de cette mesure provisoire, l’épiscopat catholique est choqué et appelle à protéger la vie.

Le ministère britannique de la Santé et de l’Aide sociale a lancé une consultation sur l’opportunité de rendre permanente, et non plus temporaire, la réglementation sur l’«avortement à domicile», l’avortement pharmacologique, communément appelé «Diy (do-it-yourself) Abortion». En 2020, le Royaume-Uni avait en effet temporairement modifié la réglementation pour l’accès à cette méthode en raison de la pandémie de covid-19.

Les femmes pouvaient ainsi prendre des médicaments abortifs directement chez elles, sans se rendre à l’hôpital afin d’éviter le risque d’infection au coronavirus. L’interruption pharmacologique volontaire de la grossesse était possible à domicile jusqu’à la dixième semaine de gestation, après une consultation téléphonique avec un médecin et en envoyant les médicaments nécessaires par courrier.

L’Église choquée

Comme à l’époque, l’Église catholique a vivement réagi: Mgr Sherrington, responsable de la conférence épiscopale pour les questions relatives à la vie, a réitéré l’opposition des évêques catholiques «à toute proposition de changement visant à rendre permanent un texte de loi qui s’est avéré dangereux et fatal pour les femmes enceintes, et qui a conduit à la perte tragique et inutile de milliers de vies à naître».

Il a ensuite exhorté les fidèles à soutenir la motion présentée par la députée Carla Lockhart, qui «a souligné les nombreux problèmes qui ont surgi à la suite de cette législation temporaire, tels que des complications graves, des urgences médicales, des avortements au-delà de la limite légale, des risques de coercition et le manque de garanties pour les femmes victimes de relations violentes.» «Nous encourageons vivement tous les catholiques», a conclu Mgr Sherrington, «à faire entendre leur voix sur cette question», afin que «le droit à la vie» soit protégé.

Une décision précipitée

En 2020, lors de la décision initiale, Mgr Sherrington, au nom de l’épiscopat avait déclaré: «Nous sommes choqués. Bien que nous vivions une période d’urgence, ces mesures mettent encore plus en danger les femmes qui se retrouvent à agir dans la précipitation et sans consultation médicale appropriée, peut-être contraintes par des partenaires violents».

«De telles mesures, avait réitéré le prélat, dévalorisent le sérieux avec lequel de telles décisions doivent être prises et ne prennent pas en considération les dangers physiques et psychologiques que l’administration de ces médicaments à domicile pourrait entraîner».

Source: VATICANNEWS, le 5 juin 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s