Giovanni, tué par un officier SS parce qu’il avait tenté de sauver une jeune fille

GIOVANNI FORNASINI

Public Domain US

Giovanni, tué par un officier SS parce qu’il avait tenté de sauver une jeune fille

Giovanni Fornasini (1915-1944), jeune prêtre italien, a donné sa vie pour ses paroissiens. Il a été reconnu martyr par l’Église catholique. 

En ce matin d’octobre 1944, Don Giovanni grimpe une colline, chargé d’huile et d’eau bénite pour les morts. Ce chemin mène au lieu où sont abandonnés les corps de ceux que les nazis ont exécutés. Comme chaque fois, il compte les enterrer lui-même. Mais alors qu’il parvient au sommet, il se retrouve face à un officier SS. Sans dire un mot, le soldat allemand sort son pistolet. Mais dans l’instant qui précède le coup de feu, le jeune prêtre n’éprouve aucun regret. Car cet instant, c’est la preuve que son devoir est accompli.

Giovanni Fornasini est né à Pianaccio, en Italie, en 1915. Fils de charbonnier, il grandit dans une famille pauvre mais très pieuse. Et tout jeune, il veut se consacrer à Dieu et aux autres.

Berger des hommes et résistant 

Giovanni entre au séminaire mineur à l’âge de 16 ans. Il est ordonné prêtre en 1942. Son ministère débute en tant que prêtre assistant à Sperticano dans la province de Bologne. La paroisse compte près de 400 fidèles et le jeune père Giovanni s’attache à chacun d’entre eux. Ils sont ses « enfants », le troupeau que Dieu lui a confié. Lors de sa première messe solennelle à l’église Saint-Thomas de Sperticano, il déclare dans son homélie : « Le Seigneur m’a choisi pour être enfant parmi les enfants ».

Un an seulement après son ordination, il fait sonner les cloches lorsque Benito Mussolini est destitué. Loin d’être indifférent aux ravages de la Seconde Guerre mondiale, il s’engage rapidement dans la résistance. Suspecté de complicité avec les partisans, le père Giovanni est sans cesse surveillé par les autorités. Le jeune prêtre défend ses paroissiens face à la cruauté et l’oppression des officiers nazis. Il sauve de nombreuses vies au péril de la sienne sans hésitation. Et c’est l’un de ces fameux sauvetages, qui lui coûtera la sienne. 

Martyr pour avoir sauvé une brebis

Le 12 octobre 1944, l’anniversaire d’un commandant nazi est célébré dans une école de Sperticano. Les fêtards boivent sans mesure et dansent avec des prostitués. Dans un coin se trouve Don Giovanni, contenant sa colère du mieux qu’il peut. 

Dans la journée, un officier SS avait repéré une jeune fille parmi les paroissiens. Il avait décidé de la faire participer aux festivités. Don Giovanni, n’écoutant que son devoir, s’est invité à la soirée afin de récupérer sa paroissienne emmenée de force. Pour le plus grand désarroi des invités, la présence du père Giovanni ne passe pas inaperçue. Il fixe l’officier SS toute la soirée. Le commandant nazi, ne voulant pas inciter la colère des paroissiens, ordonne alors au père Giovanni de quitter les lieux avec la jeune fille.

Cet officier SS est celui-là même que rencontre Don Giovanni sur la colline le lendemain matin. Le nazi exécute sa mesquine vengeance en tirant une balle dans la tête du jeune prêtre. Ainsi prend fin la courte vie du père Giovanni Fornasini, le 13 octobre 1944. Il est reconnu comme martyr par l’Église et officiellement en voie de béatification depuis le 21 janvier 2021. 

Source: ALETEIA, le 26 avril 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s