Pays-Bas: mobilisation pro-vie des évêques avant les législatives

Amsterdam. Les élections législatives néerlandaises de 2021 ont lieu du 15 au 17 mars. Amsterdam. Les élections législatives néerlandaises de 2021 ont lieu du 15 au 17 mars.  

Pays-Bas: mobilisation pro-vie des évêques avant les législatives 

Jour d’élections législatives mercredi 17 mars aux Pays-Bas. En vue du scrutin, la conférence épiscopale hollandaise a publié une longue note dans laquelle elle exhorte les catholiques à faire entendre leur voix, car voter «n’est pas seulement un droit, mais aussi un devoir par lequel vous faites savoir aux responsables politiques dans quelle société vous voulez vivre».

Dans le contexte actuel, guidés «par la foi, l’espérance et la charité», les fidèles sont exhortés à regarder vers l’avenir, vers un retour à la «normalité». Mais les évêques hollandais soulèvent un point: la «normalité» à laquelle il faut revenir ne doit pas être l’«ancienne normalité», celle d’avant la crise, dans laquelle «il y avait de l’injustice, de la violence et de la dégradation de l’environnement»; mais bien plutôt «une nouvelle normalité qui sait valoriser le soin, la solidarité et l’équité» dans l’ensemble de la société.

Choisir la vie, respecter la liberté religieuse

En premier lieu, l’Église catholique néerlandaise rappelle donc l’importance de «choisir la vie»: «Nous sommes convaincus de la dignité de tout être humain, écrivent les évêques. Il est donc important de voir comment les hommes politiques pensent sur ce point et sur les valeurs, droits et devoirs qui en découlent».

«Nous rejetons l’avortement, l’euthanasie, le suicide assisté et le sacrifice d’embryons pour la recherche scientifique», ajoutent les évêques, «le respect de l’inviolabilité de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, quel que soit son état, est de première importance». D’où l’appel à «la promotion et la protection d’une culture de la vie», ainsi qu’au «respect de la liberté d’expression et de religion».

Pour une société ouverte aux vulnérables

En substance, l’Église catholique néerlandaise exhorte à construire «une société ouverte», à l’image de l’encyclique Fratelli Tutti, «une société dans laquelle les gens sont ouverts à leurs semblables, même s’ils sont différents, vulnérables, réfugiés ou migrants».

 À cet égard, les évêques affirment «qu’il est bon que le gouvernement utilise des critères généreux pour l’admission des réfugiés et des migrants, en régulant le système migratoire selon sa responsabilité spécifique pour le bien commun». La véritable rencontre entre les peuples, en effet, «n’exclut personne», mais offre à chacun «la possibilité de se développer librement et de participer à la construction de la société».

En ce sens, «les parents ont le droit d’élever leurs enfants selon leurs convictions et, par conséquent, la liberté d’éducation doit être protégée», de même que la «liberté religieuse», afin que «les croyants puissent vivre leur foi sans entraves et la célébrer ouvertement, et pas seulement à la maison».

Principe de bien commun et responsabilité

Les évêques ont ensuite appelé au «principe du bien commun», afin de contrer la «mentalité de marché» profondément enracinée, qui «subordonne les personnes aux intérêts personnels de quelques-uns».

Lors des prochaines élections, les catholiques hollandais sont donc exhortés à «regarder au-delà de la pure politique de parti», afin de «choisir des candidats qui seront capables de considérer les valeurs fondamentales comme la base de leur programme électoral». Enfin, rappelant que «la politique est l’une des plus hautes formes de charité», les évêques néerlandais remercient tous ceux qui sont prêts à «assumer la responsabilité» de diriger le pays et prient pour qu’ils aient «sagesse, intuition et persévérance».

Un exécutif fragilisé en route vers la réélection 

Les élections législatives du 17 mars interviennent à un moment critique pour les Pays-Bas: outre la pandémie de Covid-19 qui a provoqué 1,14 million d’infections et près de 16 000 décès à ce jour, le pays est sans gouvernement depuis deux mois.

À la mi-janvier, en effet, l’exécutif a démissionné en raison d’un scandale concernant les primes aux familles en difficulté: plus de 10 000 familles ont été accusées à tort de fraude fiscale et contraintes de restituer la subvention, alors qu’elles y avaient effectivement droit.

Malgré cela, le Premier ministre sortant, Mark Rutte, du VVD (Parti populaire pour la liberté et la démocratie), est en tête dans les sondages et semble se diriger vers un quatrième mandat.

Source: VATICANNEWS, le 13 mars 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s