Sœur Becquart: « un signe de confiance pour les femmes dans l’Église »

Soeur Nathalie Becquart
Soeur Nathalie Becquart

Sœur Becquart: « un signe de confiance pour les femmes dans l’Église »

La religieuse française, ancienne responsable de la pastorale des jeunes et des vocations au sein de la conférence des évêques de France, réagit à sa nomination comme sous-secrétaire du synode des évêques. 

Entretien réalisé par Marine Henriot- Cité du Vatican 

Le Pape François a nommé ce samedi 6 février deux nouveaux sous-secrétaire du synode, parmi lesquels une femme, et une française, sœur Nathalie Becquart. Cette religieuse xavière, ancienne responsable de la pastorale des jeunes et des vocations au sein de la Conférence des Evêques de France était nommé consultante pour le synode des évêques en 2019. Nous l’avons joint au téléphone, elle nous livre sa première réaction :

Je n’aurais jamais imaginé cela, je fais l’expérience que l’Esprit-Saint est plein de surprises. Je suis assez impressionnée et en même temps je reçois cela comme un appel de l’Église et du Pape François qui vient rejoindre un appel intérieur que j’entendais depuis plusieurs années à servir la synodalité. Je viens de passer un an et demi à faire un travail de recherche sur la synodalité au Boston College et cet appel est venu me rejoindre dans ce travail-là. Il y a eu aussi l’expérience du synode des évêques sur les jeunes, qui a été pour moi un moment très fort, mon expérience à la conférence épiscopale à la pastorale des jeunes. Donc, c’est avec tout cela que j’aborde cette nouvelle étape que je perçois vraiment comme une nouvelle aventure.

Comment recevez-vous ce geste de confiance du Saint-Père ?

Je suis très touchée par cette confiance du Saint-Père qui me fait toucher du doigt quelque chose du don de Dieu, qui se donne d’appel en appel ; touchée aussi de rejoindre l’équipe du cardinal Mario Grech. J’étais déjà un peu en lien avec elle puisque j’ai été pendant deux ans consultrice du Secrétariat général du Synode.

Cela tombe sur moi mais je le reçois aussi comme un signe de confiance pour les femmes dans l’Église, pour les religieuses, et plus largement aussi pour les laïques, en réponse à tout ce qui s’est dit durant les derniers synodes et sur lequel le Pape insiste beaucoup: l’enjeu d’associer les femmes aux prises de décisions et au discernement dans l’Église.

Qu’est-ce que cela représente pour vous justement d’être la première femme à ce poste ?

Je le reçois comme un surcroît d’exigence spirituelle. Plus on a de responsabilité, plus on doit se mettre au service. Ce qui est bon et aidant pour moi, c’est d’avoir déjà vu des femmes sous-secrétaires, puisque dans mes années à la conférence épiscopale, j’ai eu l’occasion d’être en lien avec les dicastères des champs de mission que représentait le service Jeunes et Vocations, à savoir la congrégation pour la Vie consacrée (…), la section Jeunes du dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie où travaillent deux femmes laïques sous-secrétaires. Avoir vu ces figures de femmes qui exercent ce type de mission, je sens que cela m’aide.

Concrètement, quelle sera votre mission et quelle contribution espérez-vous apporter ?

La mission du sous-secrétaire, telle qu’elle est définie dans la Constitution apostolique Episcopalis communio, promulguée en 2018, est vraiment d’être l’adjoint du secrétaire général en l’accompagnant dans toutes ses missions. Là, ce qui est heureux, c’est que nous sommes deux à être nommés et nous serons amenés à travailler ensemble avec le cardinal Mario Grech. J’aime beaucoup travailler en équipe diversifiée, je l’ai toujours fait dans mes différentes expériences ; et pour moi, l’enjeu c’est cela: travailler ensemble en Église, hommes, femmes, prêtres, évêques, laïcs, religieux, religieuses, dans la diversité des vocations.

Cette nomination intervient alors que votre congrégation, celle des Xavières, fête son centenaire…

Je reçois aussi cette nomination comme religieuse xavière, portée avec toute ma communauté qui vient d’entrer dans son centenaire, ouvert le 4 février. Et je crois que cet appel à la synodalité rejoint beaucoup le charisme des xavières qui est de faire le lien entre l’Église et ceux qui en sont loin, travailler à la réconciliation et à l’unité. Donc c’est aussi avec cette vocation de xavière que j’ai le désir de servir au mieux cette nouvelle mission pour la synodalité dans l’Église. 

Entretien avec soeur Becquart

Source: VATICANNEWS, le 6 février 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s