Les chrétiens du Nigeria gardent la foi au milieu de l’insurrection et des persécutions persistantes

Les chrétiens du Nigeria gardent la foi au milieu de l’insurrection et des persécutions persistantes

19 janvier 2021

Chaque dimanche matin à 8 heures, Daniel Musa, 32 ans, se précipite à l’église, à un demi-kilomètre de sa maison dans le quartier de Polo à Maiduguri, sa bible à la main droite. En semaine, il s’assure que rien ne l’empêche d’assister aux offices de milieu de semaine, même dans cette ville qui a été attaquée à plusieurs reprises par le redoutable Boko Haram depuis 2002.

Sa première rencontre avec les insurgés a eu lieu le 6 janvier 2012, juste après la célébration du Nouvel An à Maiduguri. Il a commencé à entendre des cris de différentes tonalités résonnant de l’extérieur de sa maison. Il a ouvert sa porte pour savoir ce qui se passait, mais n’a rien trouvé. « Je suis donc allé chercher des paquets de nouilles pour le dîner », raconte-t-il. « Sur le chemin du retour, deux de mes amis chrétiens ont couru vers moi sans savoir qu’ils étaient suivis par trois membres du groupe redouté. Ils nous ont rattrapés, nous ont encerclés et en ont éliminé un d’une balle dans la tête », rapporte-t-il. De retour dans sa ville natale de Goza – autrefois contrôlée par les insurgés de Boko Haram – son oncle maternel, Joseph Aga, a été coupé en morceaux et laissé pour mort. « Ils l’ont molesté et l’ont laissé pour mort alors que tout le monde autour fuyait pour se mettre à l’abri. » a déclaré Musa au Catholic Herald.

Le Nigeria est divisé de façon à peu près égale : un peu plus de la moitié des 206 millions d’habitants du pays sont musulmans, un peu moins de la moitié sont chrétiens. Dans la partie nord du pays, l’islam est la religion dominante, tandis que le christianisme est présent dans le sud – mais la plupart des meurtres ont lieu dans la zone centrale du Nigeria, où les deux moitiés du pays se rencontrent. Si la religion n’était pas à l’origine une question liée au conflit au Nigeria, elle est passée au premier plan. 

Les questions qui ont initialement catalysé le conflit dans certaines régions du Nigéria étaient la politique, l’économie et l’ethnicité. C’est une question complexe, et sans doute encore plus aujourd’hui. Le Nigéria est un pays profondément religieux, dans lequel de nombreux citoyens ont des opinions très fortes sur la religion et s’identifient même à elle. Lorsque l’insurrection de Boko Haram a débuté en 2002, elle était considérée comme un mouvement djihadiste visant à établir un ordre islamique dans le nord. La persécution des chrétiens est devenue de plus en plus une politique pour de nombreuses factions du Boko Haram, en particulier après que son fondateur, Yusuf Muhammed, ait été tué par la police nigériane alors qu’il était en détention en 2009. 

L’année dernière, le Nigeria s’est classé troisième dans l’index mondial du terrorisme parmi 163 pays, une position qu’il conserve depuis 2015. Boko Haram, un groupe terroriste opérant principalement au Nigeria, est l’une des principales raisons de ce classement. Les facteurs qui ont produit le Boko Haram sont nombreux, ce qui rend difficile de comprendre pourquoi l’organisation terroriste mène une guerre contre le gouvernement et les croyants religieux qui ne s’alignent pas sur son idéologie : L’islamisation. Le groupe s’est également scindé, certaines factions ayant des liens avec d’autres organisations terroristes internationales et menant une guerre contre les croyants non islamiques dans tout le nord du Nigeria.

Le père Aniedi Okure, prêtre catholique et directeur exécutif de l’Africa Faith and Justice Network, affirme que la perception qu’a Boko Haram des chrétiens comme agents de l’occidentalisation a fait des chrétiens une cible. « Cela montre », a-t-il déclaré au Catholic Herald, « qu’ils enlèvent des jeunes filles et les convertissent à l’Islam, les vendent comme épouses de l’autre côté de la frontière et les utilisent comme kamikazes ». « Nous avons également l’exécution publique de pasteurs et de dirigeants chrétiens qui ont été décapités, et l’enlèvement de Leah Sharibu, une écolière chrétienne de Dapchi qui est toujours en captivité pour avoir refusé de renoncer à sa foi chrétienne ».

Alors que le Nigeria s’apprêtait à se rendre aux urnes pour choisir un président qui gérerait les affaires du pays jusqu’aux élections générales de 2015, des accusations et contre-accusations ont été lancées contre l’ex-président Goodluck Jonathan, un chrétien, comme étant responsable de l’insurrection de Boko Haram. L’équipe de campagne du président Muhammadu Buhari a monté ce cheval de bataille pour vaincre Jonathan. Cinq ans plus tard, l’insurrection et le banditisme se poursuivent sans relâche.

Le Dr Leo Igwe, spécialiste des questions religieuses et président de l’Association humaniste, affirme qu’il y a eu une compétition entre le christianisme et l’islam dans le nord « et cette compétition a été politique, sociale et économique, elle a impliqué l’utilisation d’armes par des zélateurs musulmans. Le mouvement jihadiste est devenu une aile militaire non étatique des efforts des musulmans pour supprimer, opprimer et persécuter les chrétiens ».

« Boko Haram a été armé par les musulmans pour promouvoir leur religion, combattant ainsi le christianisme, en supprimant et en persécutant les non-musulmans », a déclaré le Dr Igwe au Catholic Herald. (…) Le chercheur sur les conflits violents, Idris Mohammed, n’est pas d’accord : « Lorsque vous observez de manière critique les activités du Boko Haram », dit-il, « vous vous rendez compte qu’ils ciblent tous ceux qui ne sont pas en accord avec leur idéologie, la majorité de leurs victimes sont des musulmans, en particulier ceux qui, selon eux, ne soutiennent pas leur campagne ». Mohammed a cité les nombreux centres de culte – y compris les mosquées et les églises – que les insurgés ont rasés. « Ils visaient tous ceux qui sont contre leur idéologie », a-t-il expliqué. « Tout musulman qui ne croyait pas en leur idéologie est un infidèle », a-t-il déclaré. « Ils se battent pour leur idéologie », a-t-il dit.

Le père John Bakeni, secrétaire général du diocèse catholique de Maiduguri, dans l’État de Borno, affirme que la persécution des chrétiens est plus ou moins systémique et qu’elle est ancrée dans les structures gouvernementales et politiques depuis plus de dix ans. « Nous avons vu des violences et des agressions typiques sur les vies et les propriétés des chrétiens », a déclaré le père Bakeni au Herald, « en particulier dans les lieux de culte. C’est notre foi qui nous a maintenus en vie, et c’est notre espoir et nos convictions dans notre propre croyance ». « Il y a eu beaucoup d’enlèvements forcés de nos fils et de nos frères, ainsi que des mariages de nos filles », a-t-il poursuivi. « Ce sont les problèmes avec lesquels nous vivons depuis des décennies, et des voix se sont élevées contre cela dans certains milieux, et nous, en tant que dirigeants chrétiens, avons essayé de faire avancer la partie relation et dialogue ». « Pour moi, c’est plus productif », nous a dit le père Bakeni, « mais la réalité demeure : la persécution est calculée, délibérée et systémique ».

Le diocèse de Maiduguri comprend tout l’État de Borno, Yobe et une partie de l’Adamawa, tous situés dans le nord-est du Nigeria. C’est le plus grand en termes de superficie. Mais en termes de population, le diocèse compte environ 300 000 catholiques, selon le père Bakeni. « Nous vivons de la générosité des gens et nous utilisons nos ressources pour répondre aux besoins humanitaires des chrétiens déplacés, y compris les musulmans et les non-chrétiens ; nous nous concentrons sur l’aspect humain, pas sur la religion ». Le père Bakeni a déclaré.

En 2015 et 2016, le diocèse catholique de Maiduguri a enregistré plus de 90 000 catholiques déplacés dans le nord-est ; plus de 60 000 d’entre eux vivaient à Minawao au Cameroun, et sont retournés et réintégrés dans leur communauté de Pulka à Goza. Le diocèse de Maiduguri a dépensé plus de 150 millions de nairas (416 000 dollars américains) pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays, en utilisant ses propres fonds et les dons des diocèses du Nigeria et d’organisations étrangères. Le diocèse a également reçu des fonds d’autres organisations, dont MISSIO, l’organisation caritative officielle de l’Église catholique pour les missions à l’étranger. En 2017, l’Aide à l’Église en détresse a fourni une subvention de 75 000 dollars pour 5 000 veuves et 15 000 orphelins pris en charge par le diocèse. Le Catholic Relief Services fournit des uniformes scolaires, des manuels et des frais de scolarité aux enfants des écoles catholiques.

Sur les onze camps de déplacés chrétiens existants à Borno, un a été créé par l’Église catholique. Le diocèse de Maiduguri dispose également de fonds pour l’éducation de certains des enfants afin qu’ils puissent retourner à l’école, et parraine plus de 200 élèves dans des écoles de différents niveaux.  Jusqu’à présent, plus de 100 000 catholiques, plus de 250 catéchistes, prêtres et religieuses ont été déplacés, et plus de 200 paroisses, notamment dans la partie nord de l’Adamawa et dans le nord de Borno, ont été détruites.

Le secrétaire du diocèse affirme que l’attaque contre les prêtres, les catéchistes et les religieuses est effrayante. « Quand on l’envisage sous l’angle de la foi, on le voit comme un appel au martyre. Donc, cela ne nous vient pas comme quelque chose d’entièrement nouveau. Beaucoup d’entre nous ont souffert au cours de l’histoire de l’Eglise et ce n’est pas quelque chose qui est propre aux autres Nigérians. Nous vivons préparés et voyons chaque jour comme une grâce ».

Le père Bakeni, cependant, affirme que les catholiques ne sont pas découragés. « Personne ne peut arrêter l’Evangile du Christ », a-t-il dit. « Ce n’est pas un projet humain, mais un projet divin qui ne peut être arrêté. » « Nous sommes conscients que c’est un terrain difficile et exigeant », a déclaré le père Bakeni, « mais nous continuerons à propager l’Évangile. »

(*) Valentine Iwenwanne (@valentineiwen) est une journaliste et photographe basée au Nigeria qui couvre la santé mondiale, le développement et l’environnement. Ses travaux ont été présentés dans Vice News, Ozy, The National News, Equal Times, CNN Africa, Byline Times, Sojourners et bien d’autres.

Source:

Catholic Herald , le 19 janvier 2021

Belgicatho, le 26 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s