Joan Roig i Diggle: martyr pour l’Eucharistie

Un’immagine della beatificazione (foto di Guillermo Simon Castellví)
Le jeune Joan Roig i Diggle est béatifié dans la Sagrada Familia à Barcelone

L’Eucharistie a été la nourriture qui a renforcé la foi et l’espérance de Joan Roig i Diggle. Le cardinal Juan José Omella Omella, archevêque de Barcelone, l’a rappelé lors de la messe de béatification du jeune martyr tué en 1936 pendant la guerre civile espagnole.

La cérémonie a été présidée par le cardinal, représentant le pape François, samedi matin 7 novembre, dans la basilique de la Sagrada Familia de la ville catalane. Comme les premiers chrétiens, a déclaré le cardinal lors de l’homélie, Joan « ne pouvait pas vivre sans participer à l’Eucharistie ou sans la Sainte Communion ». Pour cette raison, avant d’être arrêté, il a voulu recevoir l’hostie consacrée et a pu rassurer sa mère par ces mots: « Dieu est avec moi ». « Et sa mère, comme toutes les mères – a ajouté le célébrant – a pu endurer ce terrible moment parce qu’elle avait son espoir dans le Seigneur ».

La vie eucharistique, a souligné le cardinal, a conduit le jeune Joan « à vouloir être le pain rompu et partagé avec les hommes et les femmes de son temps». D’où l’espoir que tous les croyants puissent vivre les célébrations eucharistiques «avec la même passion et la même joie avec lesquelles les bienheureux ont vécu».

Dans les souvenirs de sa sœur Lourdes, Joan apparaît comme « un garçon sensible aux injustices et qui aimait particulièrement les personnes les plus vulnérables ». Et à cet égard, le cardinal archevêque a souligné que, lorsque le jeune homme voyageait en train, il était choqué de voir les conditions des chauffeurs qui « travaillaient dur pour gagner un salaire dérisoire, tandis que les riches festoyaient sur la plage indépendamment de la souffrance des autres ».

La Fédération des Jeunes Chrétiens de Catalogne, à laquelle a participé Joan « a aidé notre martyr à mieux connaître Jésus et à devenir un ardent défenseur de la doctrine sociale de l’Église », a poursuivi l’archevêque de Barcelone, soulignant que le nouveau bienheureux est engagé « Dans la construction de la civilisation de l’amour et dans la lutte pour la justice, la paix et la solidarité ».

Joan a su reconnaître « l’existence d’un désir de justice sociale » et, consciente de la situation de son temps – si proche de ce que vit l’humanité aujourd’hui –  » il a voulu transformer la société » non pas avec des moyens violents, mais avec l’Évangile «qui se traduit en œuvres dans la doctrine sociale de l’Église».

Source: Traduction de l’italien de l’article de L’Osservatore Romano du 7 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s