Toussaint : « Nous sommes tous appelés à la sainteté »

Le Père jésuite Antoine Kerhuel nous introduit à la méditation avec les lectures de la Toussaint Le Père jésuite Antoine Kerhuel nous introduit à la méditation avec les lectures de la Toussaint  

Toussaint : « Nous sommes tous appelés à la sainteté »

Le Père jésuite Antoine Kerhuel nous introduit à la méditation avec les lectures de la Toussaint 

Aujourd’hui 1 novembre, nous honorons tous les saints – c’est-à-dire tous les hommes, les femmes et les enfants dont l’Eglise a pu, et su, reconnaître un attachement au Christ si fort que, sans doute possible, ils participent pleinement à la Vie reçue de Dieu. Ces personnes ont été officiellement proclamées saintes, mais nous savons que, au sein de la communauté chrétienne, d’autres personnes – qui demeurent inconnues du grand public – peuvent elles aussi être des modèles pour nous. Nous sommes tous appelés à la sainteté.

Tirée du livre de l’Apocalypse, la première lecture dresse un tableau splendide et solennel de la gloire des élus, issus de toutes les nations, races et langues de la terre. Tirée de la première lettre de saint Jean, la deuxième lecture rappelle, avec une grande sobriété, notre dignité d’enfants de Dieu, tout en précisant que cette dignité sera pleinement accomplie lorsque nous verrons le Fils de Dieu tel qu’il est ; nous serons alors semblables au Fils de Dieu.

Face à des perspectives aussi grandioses, le texte de l’Evangile proclamé aujourd’hui évoque une réalité plus rude, et commune à tous les temps et à tous les lieux : celle des personnes en grande souffrance. L’Evangile des Béatitudes parle des pauvres de cœur, des doux, de ceux qui pleurent, de ceux qui ont faim et soif de la justice, des miséricordieux, des cœurs purs, des artisans de paix, de ceux qui sont persécutés pour la justice, de ceux qui sont insultés, calomniés et persécutés pour leur attachement à Jésus. Tous se trouvent plongés dans les épreuves, et cependant Jésus les déclare bienheureux. Les Béatitudes semblent dévoiler à nos yeux l’itinéraire que les disciples de Jésus sont appelés à suivre … mais comme ce chemin paraît au-delà de nos forces humaines ! Les Béatitudes seraient-elles réservées aux seuls saints ? Lorsque nous fêtons les saints, prétendons-nous qu’ils ont vécu toutes les Béatitudes ? Qui peut prétendre vivre l’ensemble des Béatitudes ? Si nous y pensons bien, nous pouvons reconnaître qu’une seule personne a vécu pleinement chacune des Béatitudes, et cette personne, c’est Jésus lui-même. Lorsque nous entendons proclamer le texte des Béatitudes, sachons reconnaître – comme en filigrane – l’itinéraire suivi par Jésus. Les Béatitudes n’énoncent pas des préceptes moraux. Les Béatitudes n’invitent pas à considérer des souffrances comme des événements heureux ; les souffrances demeurent des maux. Les Béatitudes nous appellent plutôt à suivre la manière de faire de ce Jésus qui, comme un serviteur souffrant, porte à tous la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu qui vient. Nos existences en sont transformées ! Telle est la voie que les saints et bienheureux ont empruntée et qu’ils nous montrent.

En ce jour de la Toussaint, nous célébrons donc tous ceux et celles qui nous ont précédés dans cette aventure à la suite du Christ. Tous ont, d’une manière ou d’une autre, été exemplaires dans la manière dont ils ont accepté que le Christ bouleverse leur existence. Ils se sont laissés prendre par celui qui a enseigné les Béatitudes à ses disciples et qui a lui-même donné chair à ces Béatitudes. Ces saints et bienheureux, ils sont morts … et nous, nous sommes vivants. Ils sont pour nous comme autant de grands frères et de grandes sœurs dont nous pouvons nous sentir proches. Nous pouvons leur demander de prier pour nous le Seigneur qu’ils ont aimé et servi. Comme nous, ils sont pécheurs, mais ils ont su accueillir la miséricorde de Dieu dans leur quotidien, et ils ont accepté que cette expérience renouvelle radicalement leur manière de voir le monde et de s’engager dans leur vie.

En ce jour, réjouissons-nous donc pour les multiples manières dont le Seigneur travaille nos vies, tant celles des saints et saintes à qui nous demandons de prier pour nous que les vies de chacun d’entre nous. Comme les saints, laissons le Seigneur bouleverser nos cœurs !

Méditation de la solennité de Tous les Saints avec le Père Antoine Kerhuel, SJ

Conseil | The Society of Jesus

Source: VATICANNEWS, le 30 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s