Missions : Pauline Jaricot et Thérèse de Lisieux

Pauline Jaricot, église Saint-Nizier (Lyon) @ wikimedia commons / GO69

Pauline Jaricot, Église Saint-Nizier (Lyon) @ Wikimedia Commons / GO69

« Pauline Jaricot, comme Thérèse de Lisieux, comme sainte Bernadette de Lourdes, c’est tout d’abord le don total d’elles-mêmes pour le Seigneur au cœur d’un peuple pour faire connaître le nom de notre Seigneur Jésus-Christ et l’Évangile comme programme de vie ».

C’est ce qu’a dit à l’agence vaticane Fides le père Gilles Reithinger, supérieur général de la Congrégation des Missions étrangères de Paris (MEP), en vue de la Journée missionnaire mondiale qui sera célébrée le dimanche 18 octobre 2020.null

Il s’est attardé sur la figure de la vénérable Pauline Jaricot (1799-1862), fondatrice de l’Œuvre de la Propagation de la Foi, en affirmant qu’elle « nous lance un appel aujourd’hui à nous-mêmes: être missionnaires en partageant ce dont nous disposons, en partageant nos témoignages de vie, et avant tout, c’est premier, en nous donnant tout entier pour le Seigneur ».

En évoquant sainte Thérèse de Lisieux, « Patronne des Missions », le p. Reithinger a souligné qu’« il y a un lien entre ces jeunes filles finalement très humbles qui nous montrent le chemin, le chemin d’être complètement consacrés à Dieu ». Sainte Thérèse et Pauline Jaricot, a-t-il expliqué, « avaient cette volonté d’aller à l’autre bout du monde, mais finalement elles ne pourront pas y aller physiquement. Donc elles y sont allées par leur prière et par leur apostolat ».null

« Qu’a voulu sainte Thérèse de Lisieux? s’est interrogé le p. Reithinger: Elle voulait faire connaître le nom de Jésus de partout et Pauline Jaricot a voulu développer, elle a développé le mouvement de réparation du Cœur de notre Seigneur Jésus-Christ. »

La figure de Pauline Jaricot, a-t-il poursuivi, « vient nous aider à nous conforter sur notre chemin missionnaire par le réseau de partage de connaissances, de partage matériel, de partage de prière ».

Pauline Jaricot, a rappelé le supérieur général des MEP, « grâce à son frère, Phileas, et avec le père Chaumont, supérieur du séminaire des Missions étrangères à Paris, ont pu mettre en place ce système d’une pièce par semaine, un sou par semaine, qui en fait était un partage des biens que nous avons pour le bien des missions au loin ». Bien évidemment, a-t-il ajouté, « nous savons qu’au-delà du partage matériel, c’est avant tout un partage spirituel, ecclésial, fraternel qui fait de nous une grande famille de cœur, la grande famille de notre Seigneur Jésus-Christ ».null

Fides rappelle que la Congrégation des Missions étrangères de Paris contribue depuis 360 ans à l’évangélisation de nombreux pays asiatiques tels que la Thaïlande, le Vietnam, la Chine, le Cambodge, l’Inde, le Laos, le Japon, la Corée, la Malaisie, Singapour et la Birmanie. Au XXe siècle, elle a envoyé plusieurs missionnaires dont 23 ont été canonisés. Aujourd’hui, la Congrégation compte plus de 180 prêtres.

Source: ZENIT.ORG, le 11 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s