Je ne sais, ô Seigneur, à quelle heure Tu viendras…

Je ne sais, ô Seigneur, à quelle heure Tu viendras, je veille donc sans cesse et je tends l’oreille, comme Ta bien-aimée que Tu as élue.

Car je sais que Tu aimes venir inaperçu. Mais je T’attends, Seigneur, dans le calme et le silence, avec au cœur une grande nostalgie et un désir inassouvi.

Viens donc enfin, mon très doux Seigneur, et emporte mon cœur altéré là-bas, chez Toi, dans les hautes contrées des Cieux où règne éternellement Ta vie.

La vie sur Terre n’est qu’une agonie, car mon cœur sent qu’il est créé pour les hauteurs et rien ne l’intéresse des misères de cette vie. Car ma patrie c’est le Ciel, et je crois en cela invinciblement. Ainsi soit-il.

Prière extraite du « Petit Journal » de Sainte Marie Faustine Kowalska (1905-1938) surnommée aussi Sœur Faustine du Saint Sacrement, religieuse mystique polonaise de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde et Apôtre de la Miséricorde divine canonisée en 2000 par Jean-paul ll.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s