Le cardinal D. António Marto a présenté l’espoir comme un remède aux «pandémies sociales d’individualisme, d’indifférence et de corruption»

Cardeal D. António Marto apresentou a esperança como cura para as “pandemias sociais do individualismo, da indiferença e da corrupção”Le cardinal D. António Marto a présenté l’espoir comme un remède aux «pandémies sociales d’individualisme, d’indifférence et de corruption»

Dans l’homélie de la messe pour la solennité de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, l’évêque de Leiria-Fátima s’est penché sur le mystère marial, que l’Église célèbre aujourd’hui, et a présenté le chemin vers un monde plus fraternel.

Le cardinal D. António Marto a présidé, à la fin de cette matinée, dans la zone de prière du sanctuaire de Fátima, la messe pour la solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, où il a présenté Notre-Dame et le mystère qui est aujourd’hui célébré comme un réconfort et une consolation dans la lutte entre le bien et le mal »; « Beauté de notre glorieuse destinée avec Dieu » et chemin d’espérance pour la guérison d’un « monde malade des pandémies sociales d’individualisme, d’indifférence et de corruption ».

Dans l’homélie, l’évêque de Leiria-Fátima a commencé par donner une brève explication du dogme marial à l’assemblée des pèlerins présents à Cova da Iria, pour présenter, sur la base de la Parole proclamée, trois points pour «comprendre et contempler la beauté de la foi et notre vie avec Dieu »que synthétise le« mystère de l’Assomption de Marie ».

Dans le premier point, déduit de la première lecture, de l’Apocalypse de saint Jean, où Marie est présentée comme «une femme ayant le soleil pour manteau et la lune sous ses pieds» qui lutte contre le mal symbolisé par un dragon, D. António Marto a souligné la «force intérieure de la foi» de Notre-Dame, qui «montre que la grâce de Dieu est plus forte que le péché du monde, et que le dernier mot de Dieu sur l’histoire est celui de la victoire de la vie sur la mort et du bien contre le mal ».

«Dans la lutte que nous combattons entre le bien et le mal, Marie ne nous laisse pas seuls… Elle est toujours avec nous et elle se bat avec nous: elle met en nous l’espoir de gagner et ne succombe pas à la force du mal et du péché… Elle met en nous une confiance inconditionnelle en Dieu, qui nous conduit à attendre avec confiance l’avenir que Dieu nous réserve. »

Dans un second point, et présenté sur la base de la seconde lecture, de l’épître de l’apôtre saint Paul aux Corinthiens, le cardinal portugais a concentré son attention sur la beauté de Marie qui vient de sa participation à la glorieuse résurrection de son Fils.

«Comme Marie, chacun de nous est également appelé à être le chef-d’œuvre de Dieu. Dans son élévation au Ciel, Marie nous annonce que rien n’est perdu à construire dans notre monde le bien, le beau, le juste, le saint, le vrai et l’authentique, et que tout cela sera assumé en gloire avec Dieu.

Le troisième point, déduit par le Président de la célébration du chant du Magnificat de Marie, entendu dans l’Évangile d’aujourd’hui, le prélat a présenté la Vierge Marie comme la »dame de la joie », qui « transmet la joie au cœur des chrétiens et du monde » .

«Le Magnificat est le chant de ceux qui font face à la lutte de la vie, portant dans leur cœur l’espérance de Dieu, qui nous permet de penser à la beauté d’un monde différent, où nous pouvons tous prendre soin les uns des autres et guérir notre monde malade, pas seulement la pandémie sanitaire, mais des pandémies sociales plus larges: individualisme, indifférence et corruption, qui génèrent pauvreté et exclusion. Maria chante avec nous le magnificat de l’espoir! Ne laissons pas nous faire voler cet espoir ! », A-t-il exhorté.

L’évêque de Leiria-Fátima a conclu sa réflexion en invitant les pèlerins à être disponibles pour les soins de Notre-Dame, en priant avec l’assemblée la traditionnelle prière mariale «Sub tuum praesidium (Sous ta miséricorde)».

À la fin de la célébration, le cardinal D. António Marto a laissé un salut aux pèlerins présents, en particulier aux groupes internationaux qui ont été annoncés aux services du sanctuaire: un groupe allemand, un groupe espagnol et cinq groupes anglais.

Sub tuum praesidium (Sous ta miséricorde)

(Cette antienne mariale est la plus ancienne prière adressée à la Vierge Marie – IIIe siècle).

Sub túum praesídium confúgimus,

sáncta Déi Génitrix.

Nóstras deprecatiónes ne despícias

in necessitátibus,

sed a perículis cúnctis

líbera nos semper,

Vírgo gloriósa et benedícta.

Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions,

Sainte Mère de Dieu.

Ne méprise pas nos prières $

quand nous sommes dans l’épreuve,

mais de tous les dangers

délivre-nous toujours,

Vierge glorieuse et bénie.

2020-08-15_Missa_2.jpg
Sanctuaire de Fatima, le 15 août 2020

Source: Sanctuaire de Fatima, le 15 août 2020 (en portugais)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s