Les évêques de Buenos Aires réaffirment leur opposition à l’avortement

Manifestation contre l'avortement en 2018Manifestation contre l’avortement en 2018 

Les évêques de Buenos Aires réaffirment leur opposition à l’avortement 

«La vie est toujours empreinte de dignité», tel est le titre d’une déclaration publiée par les évêques de l’archidiocèse de Buenos Aires, en Argentine, après l’adoption par le corps législatif de la ville, et à une large majorité, d’une loi rendant légale l’interruption de grossesse. 

Vatican News

La loi a été votée avec 49 voix pour, 7 contre et 3 abstentions. Le texte adopté par les élus de la capitale argentine, fait de l’avortement une pratique qui ne peut être l’objet de sanction, pourtant, soulignent les prélats, cela «contredit les garanties constitutionnelles qui sont, au contraire, en faveur de la vie la plus sans défense».

En Argentine, en effet, l’avortement est illégal. Il n’est autorisé que dans des cas exceptionnels, tels que la protection de la vie et de la santé des mères.

«Nous ne sommes pas contre les droits des femmes mais en faveur de la vie, en toutes circonstances» réaffirment ici les évêques.

L’Église locale souligne en outre que cette décision, «cette loi qui n’honore pas la vie» a été prise en période de pandémie, alors que «la population de Buenos Aires vit les pires moments de l’urgence sanitaire, au milieu d’une quarantaine nécessaire mais longue et épuisante» ; alors que le nombre de personnes infectées et décédées «nous choque» chaque jour un peu plus ; alors que «de nombreux agents de santé et travailleurs essentiels exposent et mettent leur vie en danger pour sauver celle d’autrui».

«Oui aux deux vies»

À ceux qui se prononcent pour « le droit à l’avortement », les évêques répondent en répétant que «les garanties constitutionnelles sont en faveur des enfants à naître». Une telle réforme est donc en contradiction avec la loi fondamentale de l’État. «Nous sommes en faveur de la vie, toujours, insistent les prélats, même en pleine pandémie, dans les quartiers les plus humbles comme dans les plus aisés». Partout, à Buenos Aires, il souhaite que l’on entende un «oui à la vie, aux deux vies» : celle de la mère et celle de l’enfant à naître. En fait, si l’on nie «le droit à la vie, qui est le plus fondamental, alors tous les droits de l’Homme ne tiennent qu’à un fil, car sans vie, il n’y a pas de liberté» poursuit la déclaration.

Quant aux arguments de ceux qui considèrent l’avortement comme « un problème de santé de la femme », les évêques de Buenos Aires écrivent : «La santé ne peut être conçue avec une approche univoque et ne peut être protégée en écartant un autre être humain», car «il n’est pas humain de favoriser une personne faible par rapport à une autre encore plus faible». Enfin, les évêques invoquent la protection de la Vierge de Lujan pour qu’elle continue à «protéger avec tendresse tous ceux qui, dans le ventre de leur mère, espèrent partager ce monde qui est le nôtre».

La déclaration est signée par le cardinal Mario Aurelio Poli, archevêque de Buenos Aires, et les auxiliaires, Mgr Joaquin Sucunza, Mgr Enrique Eguia Seguí, Mgr Alejandro Giorgi, Mgr Ernesto Giobando SJ, Mgr Juan Carlos Ares, Mgr Jose Maria Baliña et Mgr Gustavo Carrara.

Source: VATICANNEWS, le 18 juillet 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s