« Foutez-moi donc une Vierge là-haut, sur cette montagne ! »

« Foutez-moi donc une Vierge là-haut, sur cette montagne ! »

Vingt ans après le débarquement des Français sur les plages de Sidi Ferruch, à l’Ouest d’Alger, en 1830, c’est un mal bien réel qui frappe Oran au XIXe siècle. Une terrible épidémie de choléra survenue en septembre 1849. En un peu plus d’un mois, elle emporte près de 2 000 victimes sur une population estimée à moins de 30 000 habitants, et rien ne semble pouvoir la juguler. «  Le choléra a fondu sur notre pauvre ville comme un vautour qui la couvre de ses ailes noires. Il est presque impossible de sortir de chez soi ni d’ouvrir sa croisée, sans entendre le râle de la dernière heure  », écrit dans une lettre Pauline de Noirefontaine, une Française présente sur les lieux pendant le drame. Les hôpitaux sont débordés, des médecins militaires et des infirmières sont dépêchés de Paris, la population locale fuit les lieux et propage la maladie aux localités avoisinantes. Rien ne semble pouvoir contenir le bacille.

Le général Pélissier, qui commande l’état-major local, prend acte de l’impuissance des moyens temporels et décide de s’en remettre à Dieu et à la Sainte Vierge. L’homme n’a rien d’un premier communiant, comme en témoigne la façon dont il intime à l’abbé Suchet, vicaire général, d’organiser les choses : « Je ne suis pas curé, et pourtant, c’est moi, Pélissier, qui vous le dis : faites des processions ! Foutez-moi donc une vierge là-haut, sur cette montagne ! Elle se chargera de jeter le choléra à la mer. » L’injonction ne se discute guère.

En chantant des cantiques, les fidèles se réunissent dans le quartier de la Marine qui borde la mer et entreprennent de gravir les pentes de l’Aïdour, un contrefort du mont Murdjajo sur lequel les Espagnols, longtemps présents dans la région, avaient bâti le fort de Santa Cruz au XVIe siècle. Une statue de la Vierge les accompagne.

Cet élan de dévotion et de prière connaît un effet immédiat. Un rideau de pluie s’abat sur Oran, lavant le sol, les toits et les murs. La masse d’eau s’engouffre dans les égouts putrides et chasse vers la mer le liquide infect qui s’y était accumulé. La ville est sauvée.

C’est de cet épisode que date l’affection toute particulière des Français d’Algérie pour Notre Dame de Santa Cruz en l’honneur de laquelle une chapelle est bâtie deux ans plus tard, appelée à devenir ensuite un magnifique sanctuaire dominant la baie. En 1965, trois ans après l’indépendance de l’Algérie, l’évêque d’Oran, Mgr Bertrand Lacaste, fait don de la statue de la Vierge aux « pieds-noirs »(1) qui s’étaient installés dans la région de Nîmes et voulaient y perpétuer un culte vieux déjà de plus d’un siècle.

(1)   « Pieds noirs » : il s’agit du surnom donné aux Français nés en Algérie et dont les parents eux-mêmes y sont nés.

Adapté de : France Catholique

Prions;

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source:

https://www.uneminuteavecmarie.com/2020/juillet/semaine-28/2020-07-10/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s