La tristesse d’être loin de la Vierge

La tristesse d’être loin de la Vierge

Certains auteurs slovaques protestants expriment leur tristesse de ne pouvoir prier la Vierge parce que leur confession le leur défend. C’est cette nostalgie que traduit un poème de Maria Razusova Martakova(1), qui dit sa tristesse de ne plus pouvoir s’appuyer sur Marie dans son pèlerinage terrestre :

« Cette certitude gît dans mon cœur,

Et Dieu sait combien le désir est ancien,

De brûler du thymian(2) à vos pieds,

Et de vous dire : conduisez-moi, pleine de grâce !

Mais pour moi, vous êtes, comme les étoiles, inaccessible.

Ce désir n’est qu’un rêve et ne s’accomplira point,

Vers Dieu je dois aller par le chemin de la souffrance solitaire,

Par un étroit sentier, tout encombré d’épines. »

(1)  Maria Razusova Martakova est une poétesse et écrivain slovaque (1905-1964)

(2)  Thymian : nom allemand du thym

Encyclopédie Maria tome IV

Beauchesne 1956 – p. 771

Prions:

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: https://www.uneminuteavecmarie.com/2020/juin/semaine-27/2020-07-03/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s