Messe du Pape François du 3 mai 2020 à la chapelle de Sainte Marthe

Le Pape prie pour les prêtres et les médecins qui donnent leur vie 

Lors de la messe à Sainte Marthe, le Saint-Père, en ce dimanche du Bon Pasteur, a pensé aux nombreux prêtres et médecins qui ont perdu la vie pour prendre soin des gens en cette période de pandémie.

Vatican News

Ce quatrième dimanche de Pâques, le dimanche du Bon Pasteur et la Journée mondiale de prière pour les vocations, marque la 50e célébration eucharistique en direct depuis la maison Sainte-Marthe.

«Trois semaines après la résurrection du Seigneur, l’Église célèbre aujourd’hui, le quatrième dimanche de Pâques, le dimanche du Bon Pasteur, Jésus le Bon Pasteur. Cela me fait penser à tant de pasteurs dans le monde qui donnent leur vie pour les fidèles, même dans cette pandémie, beaucoup, plus de 100 ici en Italie sont décédés. Je pense aussi à d’autres pasteurs qui se soucient du bien des gens, les médecins. Nous parlons des médecins, de ce qu’ils font, mais nous devons prendre garde au fait que, rien qu’en Italie, 154 médecins sont décédés, dans un acte de service. Que l’exemple de ces pasteurs prêtres et pasteurs médicaux nous aide à prendre soin du saint peuple fidèle à Dieu», a ainsi déclaré le Souverain Pontife.

Dans son homélie, le Pape a commenté la première lettre de saint Pierre (1 P 2, 20b-25) dans laquelle l’Apôtre dit que nous avons été guéris des blessures de Jésus.

Voici une traduction de l’homélie du Saint-Père:

La première lettre de l’apôtre Pierre, que nous avons entendue, est une étape de sérénité. Il parle de Jésus. Il dit : «Il a porté nos péchés dans Son corps sur le bois de la croix, afin que, ne vivant plus pour le péché, nous vivions pour la justice ; de Ses blessures, vous pourriez être guéris». Vous erriez comme des moutons, mais maintenant vous avez été ramenés au berger et au gardien de vos âmes. Jésus est le berger – c’est ainsi que Pierre le voit – qui vient pour sauver, pour sauver les brebis errantes : c’était nous. Et dans le Psaume 22 que nous avons lu après cette lecture, nous avons répété : «Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien». La présence du Seigneur comme berger, comme berger du troupeau.

Et Jésus, dans le chapitre 10 de Jean, que nous lisons, se présente comme le berger. En effet, non seulement le berger, mais la «porte» par laquelle on entre dans le troupeau. Tous ceux qui sont venus et qui ne sont pas entrés par cette porte étaient des voleurs ou des bandits ou voulaient profiter du troupeau : les faux bergers. Et dans l’histoire de l’Eglise, il y en a eu beaucoup qui ont exploité le troupeau. Ils n’étaient pas intéressés par le troupeau, mais seulement par la carrière, la politique ou l’argent. Mais le troupeau les connaissait, les a toujours connus et est allé chercher Dieu dans ses rues.

Mais quand il y a un bon berger, il y a le troupeau qui continue, qui continue. Le bon berger écoute le troupeau, mène le troupeau, soigne le troupeau. Et le troupeau sait faire la différence entre les bergers, ce n’est pas faux : le troupeau fait confiance au bon berger, fait confiance à Jésus. Seul le berger qui ressemble à Jésus donne confiance au troupeau, car il est la porte. Le style de Jésus doit être le style du berger, il n’y en a pas d’autre. Mais même Jésus, le bon berger, comme le dit Pierre dans la première lecture : «Il a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces : il n’a pas commis de péché et n’a pas trouvé de tromperie sur sa bouche ; il a été insulté, il n’a pas répondu par des insultes, il a été doux, il n’a pas menacé de se venger».

L’un des signes du bon berger est la douceur, c’est la douceur. Le bon berger est doux. Un berger qui n’est pas doux n’est pas un bon berger. Il a quelque chose de caché, parce que la douceur se montre telle qu’elle est, sans se défendre. Au contraire, le berger est tendre, il a cette tendresse de proximité, il connaît les moutons un à un par leur nom et s’occupe de chacun comme s’il était le seul, au point que lorsqu’ils rentrent à la maison après une journée de travail, fatigués, il se rend compte qu’il lui en manque un, il va au travail une autre fois pour le chercher et … il le prend avec lui, il le porte sur ses épaules. C’est le bon berger, c’est Jésus, c’est lui qui nous accompagne sur le chemin de la vie, à tous. Et cette idée du berger, et cette idée du troupeau et des moutons, est une idée de Pâques. La première semaine de Pâques, l’Église chante ce bel hymne pour les nouveaux baptisés : «Ce sont les nouveaux agneaux», l’hymne que nous avons entendu au début de la messe. C’est une idée de communauté, de tendresse, de bonté, de douceur. C’est l’Église qui veut Jésus et il est le gardien de cette Église.

Ce dimanche est un beau dimanche, c’est un dimanche de paix, c’est un dimanche de tendresse, de douceur, parce que notre pasteur prend soin de nous. « Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien.

Après la communion, le Pape a invité les fidèles ne pouvant pas communier à réciter l’acte de communion spirituelle suivant:

«Mon Jésus, je crois à votre présence dans le Très Saint Sacrement. Je vous aime plus que toute chose et je désire que vous veniez dans mon âme. Je ne puis maintenant vous recevoir sacramentellement dans mon Cœur : venez‐y au moins spirituellement. Je vous embrasse comme si vous étiez déjà venu, et je m’unis à vous tout entier. Ne permettez pas que j’aie jamais le malheur de me séparer de vous».

Il y a ensuite eu un temps d’adoration du Saint-Sacrement, suivi de la bénédiction eucharistique.

Puis, avant que le Saint-Père ne quitte la chapelle, dédiée à l’Esprit-Saint, l’antienne mariale du temps pascal Regina Cœli a été entonnée:

Regína caeli laetáre, allelúia. 

Quia quem merúisti portáre, allelúia.

Resurréxit, sicut dixit, allelúia.

Ora pro nobis Deum, allelúia.

Source: Vaticannews, le 3 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s