Messe du Pape François du 30 avril 2020 à la chapelle de Sainte Marthe.

Le Pape prie pour les victimes anonymes de la pandémie

Lors de la messe à Sainte-Marthe, François a adressé ses pensées à ceux qui sont morts du Covid-19, priant tout particulièrement pour les morts anonymes, enterrés dans les fosses communes. Dans son homélie, il a souligné qu’annoncer Jésus ce n’est pas faire du prosélytisme mais témoigner de la foi par sa vie privée et prier le Père pour qu’il attire les personnes vers le Fils. 

Vatican News

François a célébré la messe en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe en ce jeudi de la IIIe semaine de Pâques. Dans son introduction, il a adressé une pensée toute particulière aux victimes du nouveau coronavirus :

«Prions aujourd’hui pour les défunts, ceux qui sont morts pour la pandémie ; et aussi, et spécialement pour les défunts – disons comme cela – anonymes : nous avons vu les photos des fosses communes. Tellement nombreuses…»

Dans son homélie, le Pape a commenté le passage des Actes des Apôtres (Ac 8, 26-40) qui relate la rencontre de Philippe avec un eunuque éthiopien, un fonctionnaire de Candace, désireux de comprendre qui il était tel que décrit par le prophète Isaïe : «Comme une brebis, il fut conduit à l’abattoir.» Après que Philippe lui a expliqué que c’était Jésus, l’Éthiopien s’est laissé baptiser.

«C’est le Père – affirme François en rappelant l’Évangile d’aujourd’hui (Jn 6, 44-51) – qui nous attire à la connaissance du Fils : sans cette intervention, nous ne pouvons pas connaître le mystère du Christ.» C’est ce qui est arrivé au fonctionnaire éthiopien qui, en lisant le prophète Isaïe, a eu une inquiétude placée dans son cœur par le Père. «Ceci – observe le Pape – s’applique également à la mission : nous ne convertissons personne, c’est le Père qui attire. Nous pouvons simplement donner un témoignage de foi. Le Père attire par le témoignage de la foi. Il est nécessaire de prier pour que le Père attire les gens vers Jésus : le témoignage et la prière sont nécessaires. C’est le centre de notre apostolat. Demandons-nous : est-ce que je témoigne avec mon mode de vie, est-ce que je prie pour que le Père attire les gens vers Jésus ? Partir en mission n’est pas du prosélytisme, c’est du témoignage. Nous ne convertissons personne, c’est Dieu qui touche le cœur des gens. Demandons au Seigneur – c’est la dernière prière du Pape – la grâce de vivre notre travail par le témoignage et la prière afin qu’il puisse attirer les gens vers Jésus.»

Traduction de l’homélie selon notre transcription 

«“Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » ; Jésus se souvient que même les prophètes avaient prédit cela : « Ils seront tous instruits par Dieu lui-même.” C’est Dieu qui attire la connaissance du Fils. Sans cela, on ne peut pas connaître Jésus. Oui, on peut étudier, même étudier la Bible, même savoir comment il est né, ce qu’il a fait. Mais le connaître de l’intérieur, connaître le mystère du Christ n’est possible que pour ceux qui y sont attirés par le Père.

C’est ce qui est arrivé à ce ministre de l’économie de la reine d’Éthiopie. On peut voir qu’il était un homme pieux et qu’il a pris le temps, dans beaucoup de ses affaires, d’aller adorer Dieu. Un croyant. Et il rentra chez lui en lisant le prophète Isaïe. Le Seigneur prend Philippe, l’envoie dans ce lieu et lui dit ensuite : « Approche, et rejoins ce char « , et il entend le ministre lire Isaïe. Il s’approche de lui et lui pose une question : « Comprends-tu ce que tu lis  ? –  » Et comment le pourrais-je
s’il n’y a personne pour me guider ? « , et il pose la question : « de qui le prophète parle-t-il ? S’il vous plaît, montez dans le char », et pendant le voyage – je ne sais pas combien de temps, je pense au moins quelques heures – Philippe a expliqué : il a expliqué Jésus.

Cette agitation que ce monsieur avait dans la lecture du prophète Isaïe était celle du Père, qui l’attirait vers Jésus : il l’avait préparé, il l’avait fait venir d’Éthiopie à Jérusalem pour adorer Dieu et ensuite, avec cette lecture, il avait préparé son cœur à révéler Jésus, au point que dès qu’il a vu l’eau, il a dit : « Je peux être baptisé ». Et il y croyait.

Et cela – le fait que personne ne peut connaître Jésus sans que le Père ne l’attire – cela est valable pour notre apostolat, pour notre mission apostolique en tant que chrétiens. Je pense aussi aux missions. « Qu’allez-vous faire dans les missions ? » – « Moi, convertir les gens » – « Mais arrêtez, vous ne convertissez personne ! Le Père attirera ces cœurs pour qu’ils reconnaissent Jésus ». Partir en mission, c’est témoigner de sa foi ; sans témoignage, on ne fait rien. Partir en mission – et les missionnaires sont bons ! – ne signifie pas faire de grandes structures, des choses… et s’arrêter comme ça. Non : les structures doivent être des témoignages. Vous pouvez faire une structure hospitalière et éducative d’une grande perfection, d’un grand développement, mais si une structure est sans témoignage chrétien, votre travail ne sera pas une œuvre de témoignage, une œuvre de véritable prédication de Jésus : ce sera une société de bienfaisance, très bonne, mais rien de plus.

Si je veux partir en mission, et je le dis si je veux partir en apostolat, je dois partir avec la volonté du Père d’attirer les gens vers Jésus, et c’est ce que fait le témoignage. Jésus lui-même l’a dit à Pierre lorsqu’il a confessé qu’il est le Messie : « Tu es heureux, Simon Pierre, parce que le Père te l’a révélé ». C’est le Père qui attire, et qui attire aussi par notre témoignage. « Je ferai beaucoup d’œuvres, ici, ici, là, d’éducation, de ceci, d’autre… », mais sans témoignage ce sont de bonnes choses, mais ce n’est pas la proclamation de l’Évangile, ce ne sont pas des lieux qui donnent la possibilité que le Père attire à la connaissance de Jésus. Travailler et témoigner.

« Mais comment puis-je faire en sorte que le Père se donne la peine d’attirer ces gens ? ». La prière. Et voici la prière pour les missions : prier pour que le Père attire les gens vers Jésus. Témoignage et prière, ils vont ensemble. Sans témoignage et sans prière, on ne peut pas faire de prédication apostolique, on ne peut pas faire d’annonce. Vous ferez un beau sermon moral, vous ferez beaucoup de bonnes choses, toutes les bonnes choses. Mais le Père n’aura pas la possibilité d’attirer les gens vers Jésus. Et c’est le centre : c’est le centre de notre apostolat, que le Père puisse attirer les gens vers Jésus. Notre témoignage ouvre les portes au peuple et notre prière ouvre les portes du cœur du Père pour attirer les gens. Témoignage et prière. Et ce n’est pas seulement pour les missions, c’est aussi pour notre travail en tant que chrétiens. Est-ce que je témoigne de la vie chrétienne, vraiment, avec mon mode de vie ? Est-ce que je prie pour que le Père attire les gens vers Jésus ?

C’est la grande règle pour notre apostolat, partout, et de façon particulière pour les missions. Partir en mission n’est pas du prosélytisme. Il était une fois… une dame – bien, vous avez pu voir qu’elle était de bonne volonté – s’est approchée de moi avec deux garçons, un garçon et une fille, et a dit : « Ce [garçon], Père, était protestant et converti : je l’ai convaincu. Et cette [fille] était… » – Je ne sais pas, animiste, je ne sais pas ce qu’elle m’a dit, « et je l’ai convertie ». Et la dame était bonne : bonne. Mais elle avait tort. J’ai un peu perdu patience et j’ai dit : « Mais écoutez, vous n’avez converti personne : c’est Dieu qui a touché le cœur des gens. Et n’oubliez pas : le témoignage, oui ; le prosélytisme, non ».

Demandons au Seigneur la grâce de vivre notre travail par le témoignage et la prière, afin que Lui, le Père, puisse attirer les gens vers Jésus.»

Le Pape a terminé la messe par un temps d’adoration puis la bénédiction eucharistique, invitant aussi à la communion spirituelle.

Voici la prière récitée par le Pape:

«Mon Jésus, je crois que tu es vraiment présent dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus tout et te désire dans mon âme. Puisque je ne peux pas Te recevoir sacramentellement maintenant, viens au moins spirituellement dans mon cœur. Comme je suis déjà venu, je T’embrasse et je m’unis tout entier à Toi. Ne permet pas que je puisse jamais me séparer de Toi.»».

Avant que le Saint-Père ne quitte la chapelle dédiée à l’Esprit-Saint, l’antienne mariale de ce temps pascal, Regina Coeli, a été entonnée:

 «Regína caeli laetáre, allelúia.

Quia quem merúisti portáre, allelúia

.Resurréxit, sicut dixit, allelúia.

Ora pro nobis Deum, allelúia».

Source: Vaticannews, le 30 avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s